Nos amours

Membre du mois
https://i.imgur.com/kduP4Hh.png

Voteur du mois
https://i.imgur.com/kduP4Hh.png

Liberty ships...
https://i.imgur.com/OZLZyV8.png
Credits

contexte, thème, organisation
© jadziajan

[ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie B

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie B

Message par Liberty le Mar 24 Avr - 1:21

Ci-dessous seront postés les RPs de la partie B de l'événement organisé par le groupes REBELS.

Participants : Ned Foster, Jan Lyons, Akiro Lynn
Observateurs : Aucun
(Aucune autre participation acceptée)

Lieu : Le parc.

Jour et heure : Entre l'event Printemps et l'event Été. L'événement commence juste avant le coupe-feu, et continue au-delà.

Informations HRP : Pas de limite de temps pour cet événement, cependant, il est conseillé de ne pas le faire trop trainer : c'est-à-dire que vous n'avez pas à vous presser, vous pouvez attendre les week-ends ou les jours où vous rentrez tôt, mais il ne faut absolument pas l'oublier ! Pour plus d'informations ou si vous avez des questions, joindre le chan des Rebels sur le Discord, ou envoyer un MP à Akane Ueno, organisatrice de l'event.
Liberty prendra part à cet événement.

_________________
#FF99FF
avatar
Liberty
IA réaliste


IA réaliste

Messages : 106
Date d'inscription : 05/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie B

Message par Jan Lyons le Mer 25 Avr - 0:23


Attaque.
FT. NED FOSTER

Il fait enfin nuit-noire.
Jan et son écran de téléphone. Jan et son écran de téléphone. Jan et son écran de téléphone. Jan et 23h50.
Cinq minutes.
Jan et son idiotie sans limites.
Il n’est même pas au bon endroit.
« C’est pas grave. »
Fixer un écran depuis plusieurs minutes lui fait mal aux yeux.
« C’est pas grave. »
Il n’enverra pas de SMS.

23h51.
Il est toujours seul, assis sur ce banc. Personne n’est dans le parc à cette heure-là – seuls les fous.
Il lève la tête une seconde et illumine l’arbre à huit mètres de lui avec son téléphone. La corde qu’il y a accrochée n’aurait aucune raison d’être tombée.
Elle est glauque.
Il regarde à nouveau son téléphone et fixe les minutes qui passent.

23h52.
« On pourrait peut-être faire ça ailleurs qu’en public ? »
« … »
Les pensées silencieuses font plus mal que celles qui sont encore légèrement sensées. Ses yeux le piquent et il les retient de pleurer en ne cessant de fixer les chiffres blancs sur son fond d’écran sombre.
Qu’il est anonyme, ce fond.
« Qu’il est moche. »

23h53.
Ses jambes le supplient de se relever.
« C’est ridicule. »
Ainsi que certaines de ses pensées.

Il serre les dents. Au moins, ce bruit dérangeant et incessant va bientôt s’arrêter.
« … »
Il a presque envie de pleurer.
Quel intérêt, quand il a décidé de se tuer ? Il s’imaginait sourire. Il imaginait la partie dominante de ses « autres » pensées prendre le pouvoir sur lui et en profiter… Mais il l’entend lui dire qu’elle ne veut pas mourir.
Ça n’a aucun sens.
Rien n’a de sens. Ça fait des jours qu’il vit dans le noir. Ça fait des jours qu’il ne se lève pas et serre tristement son téléphone contre lui, espérant l’entendre enfin sonner.
Et il sonne.
Des messages de gens sans importance.
Mais ne vivait-il pas dans l’optique qu’ils étaient le plus important ? N’avait-il pas une bonne image pour eux ?
Il a arrêté de leur répondre. Il a arrêté de manger. Il a arrêté de bouger. Il a commencé à le comprendre.
Mais personne n’importe –
Qu’importe ?
Il n’importe pour personne. Personne ! Il n’y a personne. Personne ne l’aime et ceux qu’il aime l'abandonnent.
Mais il ne devrait pas aimer !
Il le fait.
Pourtant Akiro n’est pas aussi laid que sa mère. Il n’est pas aussi laid que lui.
Et il sera encore plus beau quand sans lui pour le déranger, il saura à nouveau sourire.
Il baisse les yeux sur son écran.

23h54.

Plus qu’une minute.
Il se sentirait rire cyniquement mais il ne le fait même pas.
Il fait de son mieux pour faire taire ses pensées : il a peur qu’elles soient plus sensées que lui. Il a peur qu’elles l’empêchent de les faire taire pour toujours.
Il a peur de devoir continuer à vivre dans un monde qui ne

l’aime pas
le mérite pas
le voit pas
l’égale pas
l’arrange pas
l’aime pas

l’aime pas

Lui non-plus ne s’aime pas. Mais ce n’est pas nouveau.
Il se cache depuis des années.
« Et nous aussi tu nous caches »
« Vous n’existez pas »

Le bruit d’un pas derrière-lui dans l’herbe. C’est pour ça qu’il se retourne.
Il aperçoit quelqu’un dans la pénombre – et son stupide téléphone illuminait son visage.
Il serre les dents.
Perte de temps.

Mais l’envie d’être l’image de Jan le reprend automatiquement.
Il en oublie la corde un peu plus loin, que l’inconnu dans le noir n’a de toute manière pas vue ; il décide qu’il est seulement énervé d’avoir été dérangé dans sa tranquillité.
Ne faut-il pas qu’il se méfie ? « Seuls les fous. »
Il ne faudrait pas que quelqu’un lui ôte la chose si importante qu’est sa vie.
« Qu’est-ce que tu veux ? »

_________________
❝ Blocked by the voice of a demon inside ❞
           Jan Lyons
avatar
Jan Lyons
Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Fiche de personnage
Âge: 17 ans
Origine(s): Anglais/Français
Nombres d'effractions : 1

Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Masculin Messages : 546
Date d'inscription : 10/08/2016
Appartement : Appartement 1, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur http://newwell-city.actifforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie B

Message par Ned Foster le Mer 25 Avr - 2:56

▲▼  C'était vraiment très intéressant.

Aaah... C'est un joli bruit de fond. La passion de quelqu'un, la détermination, je n'ai pas vraiment besoin de faire attention à ce qu'elle dit, ça viendra se graver dans ma mémoire tout seul. C'est la jolie fille, héroïne de cette histoire, qui va changer le monde aujourd'hui, elle me réexplique rapidement son plan, elle me confie une mission, une quête. Ce soir, je sors chasser, pour la belle dame qui est devant moi. Je me demande si le chasseur dans blanche neige se disait qu'il était du côté des gentils.  Après, me comparer à quelqu'un d'aussi noble, c'est un peu abuser. Je ne suis ni là parce que je crois en cette gamine, ni pour ses beaux yeux. Je suis là parce que je m'ennuie. Et si je m'ennuie, il faut trouver quelque chose d'intéressant à faire. Il se trouve que je m'apprête à faire exactement ça, quelque chose d'intéressant. Je sors, laissant mes jambes marcher par elles mêmes. Mes yeux qui regardent par eux même. Ce soir, je suis spectateur, et acteur en même temps.

Pendant que je laisse mes pensées faire le travail toutes seules, je me rends compte que je suis arrivé au parc. A une heure pareille, seuls les fous y traîneraient. Ça tombe bien, ce soir, c'est moi le fou. Je me vois être alerté par une lumière soudaine, et comme un insecte, je m'approche. C'est quelque chose d'intéressant, ça aussi. Il y a un banc, un gamin, le gamin est sur le banc, le banc est sous le gamin... Ha.
La lumière venait de son téléphone, qu'est ce qu'il fait sur son téléphone ? Il est seul, au milieu d'un parc, sur un banc, pendant la nuit, sur son téléphone. Sérieusement... Il le fait exprès ou...
Peut être qu'il le fait exprès tiens. Ça aussi, ça serait intéressant. Pendant que je m'approche je regarde le gamin, puis je le regarde encore et je vois un jeune homme, et je le regarde encore un peu, et je vois un homme beau, mais triste. La tristesse c'est mignon aussi, ça donne envie de le consoler et de lui dire que ça va aller. Il a l'air inquiet, impatient, tourmenté. Est ce que un problème si ça me donne encore plus envie d'aller vers lui ? Puis là je m'approche encore plus, et je me rends compte qu'il se rend compte que je suis là, il s'est rendu compte que je m'en étais rendu compte aussi, donc il me demande, frustré : « Qu’est-ce que tu veux ? »

Qu'est ce que je veux tiens... Je veux un retournement de situation, je veux quelque chose d’inattendu, d'imprévisible, de ridiculement absurde. Et si je me rendais compte que le jeune homme que j'apprêtais probablement à agresser était en fait une connaissance, ou même un ami, ami de tous, aimé de tous. Tiens, ça, ça serait définitivement intéressant.
Je me demande si il sera surpris de me voir, ou rassuré, ou effrayé, ou ennuyé...
Dans un coin de ma tête, je sais déjà la réponse à tout ça, je reconnais sa voix, son visage... Mais ce ne serait pas drôle si je prenais tout ça en compte. Ce serait ennuyant.

Je m'ennuie... Donc je lui demande :

« Tu t'ennuies, toi ? »


© 2981 12289 0
avatar
Ned Foster
Rebel

Fiche de personnage
Âge: 33 ans
Origine(s): Russo-japonais
Nombres d'effractions : 0

Rebel

Masculin Messages : 26
Date d'inscription : 16/02/2018
Appartement : Appartement 1, Résidence B

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie B

Message par Jan Lyons le Jeu 26 Avr - 1:08


Attaque.
FT. NED FOSTER

Dans la pénombre, il n’arrive pas à voir le visage de l’homme qui s’apprête à lui adresser la parole. Le parc est pauvrement éclairé la nuit, probablement pour décourager les habitants de la ville d’y rester trop longtemps, et le banc qu’il a choisi se trouve être loin d’être un lampadaire – il ne pensait plus jamais voir qui que ce soit.
« Tu t’ennuies, toi ? » entend-t-il.
Il grimace. La question l’étonnerait s’il ne reconnaît pas la voix à son origine.
Ned Foster, un caractère pathétique de par sa cruauté ; Jan aimerait lui répondre par la question qu’il lui a déjà posée, mais il suppose que pour bien cacher qu’il était sur le point de pour toujours effacer la belle image d’une belle personne qu’il avait dessinée, il n’a pas d’autre choix que de lui répondre correctement.
« Sûrement pas autant que toi. »
Il espère que lui non-plus ne le voit pas bien, et qu’il n’a pas le pathétique de reconnaître les voix de quiconque, au cas où ça puisse servir.
« À ce stalk que tu n’as pas envie de faire. »
Jan se redresse un peu sur son banc en regardant ailleurs, n’ayant pas envie de se tordre plus longtemps la nuque. Il ne sait pas quoi faire, pas plus qu’il ne sait quoi dire.
« Pour une fois. »
Il ne sait pas s’il doit choisir un autre endroit ou un autre moment, ou s’il doit laisser tomber. Si Ned reste-là à le faire trainer, il va perdre trop de temps, et Liberty va les forcer tous les deux à rentrer. Quel intérêt pour l’autre ? Et ça ne fera que pousser Jan à se tuer seul chez-lui. Ça ne le dérangerait pas plus que ça. Il voulait juste vaguement imiter.
Et il s’était dit qu’être resté dehors à attendre pour rien autrement l’aurait poussé à faire quelque-chose, alors que chez-lui, il pourrait trop facilement changer d’avis ; le « vrai » Jan n’est pas assez courageux, et le faux ne fait que s’en donner les airs. Il faut bien qu’il se force à mettre fin à cette mascarade, de toute manière, ça fera du bien à tout le monde.
« S’il te plaît »
« Non »
« Non »
« S’il te plaît »
« Non »
Surtout à lui, qui n’en peut plus de s’entendre penser.
« Il est tard. » dit-il.
Il y a bien une raison pour laquelle malgré ses années d’entraînement, il se retrouve à ne pas savoir quoi répondre à quelqu’un maintenant.
Il se méfie trop.
« Qu’est-ce que tu te moques de ce qui peut t’arriver si de toute manière tu vas te tuer ? »
Il a jamais dit qu’il était prêt à se tuer.
Il est tout simplement convaincu qu’il fera du bien à la communauté.
« Pour reformuler ma première question, qu’est-ce que tu fais-là ? »
Il sait bien qu’il risque de lui poser à lui aussi.
Mais qu’importe ? Il n’aura qu’à les tuer tous les deux. De toute manière, sa mort à lui aussi fera du bien à tout le monde. Balivernes qu’il pense, il est plus que prêt à mourir ; il n’a tout simplement pas la force d’en faire l’effort, mais il n’aura pas plus de mal à s’efforcer, et il sera bien content quand ce sera fait.
Le roux sera bien content quand ce sera fait, et c’est l’onde désagréable qui parcourt son corps à cette pensée qui lui donne envie de le faire.

_________________
❝ Blocked by the voice of a demon inside ❞
           Jan Lyons
avatar
Jan Lyons
Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Fiche de personnage
Âge: 17 ans
Origine(s): Anglais/Français
Nombres d'effractions : 1

Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Masculin Messages : 546
Date d'inscription : 10/08/2016
Appartement : Appartement 1, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur http://newwell-city.actifforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie B

Message par Ned Foster le Sam 28 Juil - 19:42

▲▼ Etreinte 

« Sûrement pas autant que toi » Qu'il me dit. Je l'aime bien celui là. Il a raison. Est ce qu'il a raison d'être ici ce soir ? Est ce qu'il a vraiment encore toute sa raison ? Est ce que si il criait sa voix raisonnerait? Ce n'est pas vraiment important maintenant, mais le simple fait de penser que je suis en train d'y penser me fait échapper un petit rire. Je sais que je suis en train de ruiner son petit moment, mais ça ne m'empêche pas de continuer. Il ne dit rien pendant un instant, et je fais de même. Qu'il y a t il à dire de toute façon.

« Il est tard. »

Exactement, il n'y a tellement rien à dire que même lui n'arrive pas à trouver quoi que ce soit d'autre à dire dans une situation pareille. Il sait ce qu'il va se passer. Je sais qu'il sait. En attendant, je reste silencieux. Ce n'est pas vraiment une perche très solide qu'il vient de me tendre là, pour avoir une conversation riche et colorée. Avoir une conversation sur le temps qu'il fait ou sur l'heure qu'il est est aussi ennuyant maintenant que d'habitude. Et je m'apprête quand même à faire quelque chose de terriblement stupide, de terriblement drôle, donc c'est dire.

« Pour reformuler ma première question, qu’est-ce que tu fais-là ? »

Ah bah voilà, on y vient enfin. La seule question à laquelle j'ai envie de répondre. Répondre avec des mots ? Non, il n'y a rien à dire. Mais sans rien lui dire, ça n'aura aucun sens, pas que ça soit important. Est ce que je suis obligé de faire ça ? Est ce qu'on me l'a demandé ? Personne ne m'a ordonné d'être ici en particulier. Mais on attend quelque chose de moi. Et moi aussi j'attends, lui aussi il attend ma réponse. Avant ça, il attendait aussi autre chose. Et maintenant, je me demande si il s'attend à ça.

Dans un contexte pareil... Probablement.

Sans restreinte, je l'attrape par le cou et mes mains serrent. Je serre, il serre, nous serrons... Ils seraient totalement contre si ils savaient quel genre de distraction j'ai choisi. Après, choisir n'est pas vraiment le mot. Plutôt, saisir. Ouais, saisir, c'est ça. Je le saisis. C'est satisfaisant, de faire au lieu de juste penser. Je suis sûr qu'il serait d'accord si il n'était pas en train de se faire étrangler par mes mains. Pour compenser, je réponds enfin à sa question.

« Moi, je m'amuse. »

Après, je m'amuse, mais je ne compte pas le tuer non plus. Et aussi con que ça puisse sonner, il a même pas l'air de se débattre. Donc je m'arrête et je lui assène un coup dans le ventre.  

© 2981 12289 0
avatar
Ned Foster
Rebel

Fiche de personnage
Âge: 33 ans
Origine(s): Russo-japonais
Nombres d'effractions : 0

Rebel

Masculin Messages : 26
Date d'inscription : 16/02/2018
Appartement : Appartement 1, Résidence B

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie B

Message par Jan Lyons le Dim 29 Juil - 1:14


Attaque.
FT. NED FOSTER

Il se raidit quand deux mains attrapent son cou, et par réflexe lève les siennes pour les retirer – mais il s’arrête à mi-chemin.
Ce n’est pas qu’il est prêt à se laisser mourir, ou souffrir, aux mains d’un autre. Rapidement défilent dans son esprit des pensées qui disent « au moins pas comme ça », « j’avais dit non », « pas lui », « pas maintenant » et toutes choses de ce type. Ce n’est pas par souhait de ne pas se défendre qu’il se retient de faire ce geste – c’est par peur de continuer à vivre.
Comment expliquer cela ? Tout se passe si vite. Le bracelet autour de son genou – le fait qu’il ne pourrait se débattre ou se détacher sans administrer la moindre violence – son image qu’il a si longtemps protégée. Si apparemment il était prêt à être trouvé pendu après avoir été toute sa vie parfait, car sûrement le mystère l’attirait-il toujours, il n’est pas prêt à ce que post-mortem l’on sache qu’il ait été violent – pire même, que l’on comprenne que c’était contre lui-même. Mourir, c’est une chose, mais tout gâcher ? Ne pourrait-il pas au moins avoir une belle fin ? Car son ego lui dit que son image vivra pour toujours – car ses angoisses ont peur de survivre littéralement à l’attaque d’un inexpérimenté – car Ned lui survivra – car il n’a pas envie d’être électrocuté. Et ce n’est pas tout, de toute manière – il n’est pas prêt à l’électrocuter.
Jan aura peut-être arrêté le lycée à 17 ans, il aura assez été en cours de Science pour savoir comment se conduit l’électricité.
Et une partie de lui lui dit que ce serait pourtant une bonne idée, le meilleur moyen de se protéger, mais celle qui doit vouloir le détruire lui hurle qu’il ne peut pas faire de mal à un autre humain.
Pourquoi ?
PARCE QUE JAN LYONS EST PARFAIT !
L’homme parfait ne fait pas de mal à son prochain,
l’homme parfait a une belle mort,
l’homme parfait n’a jamais été violent,
il ne s’est pas mutilé.
Tant de choses qui n’ont pas trop de sens, qui vont beaucoup trop vite, et qui l’empêchent de se défendre. Il reste immobile, à étouffer, à espérer que la fin sera rapide autant qu’elle n’arrivera pas. Il ne sent plus bien le toucher, mais il a l’impression de ne plus tenir son téléphone. Il ne pourra plus regarder l’heure, il ne pourra plus regarder la corde – la corde Seigneur Dieu, l’homme parfait mourrait assassiné à côté de la corde qu’il avait accrochée pour se pendre ?!
Non, ça n’arrivera pas. Ce ne sera que Jan.
Il ne sait pas non plus si ses yeux sont ouverts ou fermés, car il est de toute manière aveugle. Il se dit qu’il n’aimerait pas le rester, car plus jamais il ne verrait les yeux verts qu’ils croyait emprunts de confiance…
Mais il ne les aurait de toute manière jamais revus, alors, quel intérêt ?
De toute façon les choses ont de moins en moins de sens,
moins de sens,
moins de sens,
,
Son corps le force tout à coup à respirer. Les mains se sont desserrées, il ne se fait plus étrangler. Il cligne des yeux, revoyant très lentement le gris du parc, et se penche légèrement en avant en respirant avec difficulté – il ne pense plus rien, il ne s’en trouve plus la capacité. Putain, il croyait que ça ferait du bien.
Mais une ombre réapparaît devant lui, et il lève la tête avec le peu de force qu’il trouve pour la regarder. Voilà réellement un personnage fait d’ombre, qu’il voit reculer le bras pour le frapper ; il a toujours eu de si bons réflexes. S’il ne saurait l’éviter, il pourrait le bloquer. Un instant il se voit se jeter sur celui qui l’attaque, se battre pour sa vie car tant qu’il vit il n’a pas d’autre choix que de vivre, et qu’il n’a jamais auparavant trouvé d’intérêt à se tuer – mais c’est tout ce qu’il se verrait faire, alors il reste immobile, et le laisse le frapper. Un coup violent dans le ventre, tant qu’il s’en replie en deux et tombe en avant de son banc – pathétiquement… Mais qui êtes-vous pour juger de ce qui est pathétique ?
D’autant diront qu’il sera resté héroïque… D’autant ne verront que le fait qu’il ne méritait pas de souffrir, ou même de mourir, et ils auront tort.
Il essaie vainement de s’agripper au sol pour se redresser. Il veut lever la tête pour le regarder, et lui demander de l’achever. Car de toute manière, il a tout gâché.
Jan et Ned se sont arrangés pour tout gâcher.
Mais qu’importe, quand il a trop mal, et qu’il retombe mollement dans la terre du parc…
Il repense à la fois où il a défendu un jeune inconnu qui se faisait insulter. Pour rien au monde aurait-il défendu celui qui a rendu ce jeune homme malheureux, quand bien-même devrait-il se faire tuer. Là sera son excuse…

_________________
❝ Blocked by the voice of a demon inside ❞
           Jan Lyons
avatar
Jan Lyons
Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Fiche de personnage
Âge: 17 ans
Origine(s): Anglais/Français
Nombres d'effractions : 1

Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Masculin Messages : 546
Date d'inscription : 10/08/2016
Appartement : Appartement 1, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur http://newwell-city.actifforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie B

Message par Akiro Lynn le Mer 1 Aoû - 0:54

Aucun
feat.
S’il fait déjà noir, Akiro fait le choix de fermer les yeux. Debout, au beau milieu du chemin traversant le gigantesque parc de la ville nouvelle, il inspire et expire fortement en tentative de faire le vide dans son esprit.
Pourtant, son cœur bat par à-coups ; c’est une heure bien désagréable qui approche, ou peut-être même l’a-t-il déjà atteinte, ou passée. Une heure empreinte d’un souvenir douloureux, qui n’a amené que des choses plus douloureuses – le harcèlement positif, l’appelle-t-il parfois, mais par-dessus tout son idiotie, qui s’est accentuée. Finalement, il s’en veut terriblement, et c’est bien tout ce qu’il en retire, mais il n’est pas exactement sûr de ce qu’il regrette ; s’agirait-il d’avoir tenté de mettre fin à ses jours, ou de ne pas y être parvenu ?
Il est fort sensible, trouve-t-il, pour qu’à chaque fois que vingt-trois heures cinquante-cinq arrivent il se sente si mal à l’aise, mais en essayant de se calmer, il essaie aussi de se pardonner. Pardonner sa faiblesse, s’agisse-t-il de celle qui l’ait mené là initialement, ou de celle qui associe à son heure le mauvais souvenir de son erreur.
Preuve de son idiotie est, toutefois, qu’il soit là si tard alors qu’il sait parfaitement pourquoi cet horaire lui avait semblé être le bon. S’étant promené dans le centre-ville presque toute la journée, la nuit venue, il ne s’est pas senti le goût de rentrer chez lui. Ne sachant pas bien ce qu’il voulait, il a décidé de marcher pour au moins s’occuper. Le voilà donc dans le parc, touchant presque le temps limite, mais se rassurant aisément de ces choses sans importance, pensant presque à ce moment, avoir un arrangement avec celle qui contrôle la ville.
Les excuses du souffrant – les traitements de faveur qu’il devrait recevoir. Il ne croit pas en ces choses, mais quand il s’agit de se faire moins de souci qu’il ne s’en fait déjà, leur idée l’arrange.
Il ouvre les yeux et observe un instant la nature mal éclairée autour de lui avant de reprendre sa marche prétendument tranquille. S’il ne prend pas son téléphone avec lui, c’est pour l’excellente raison de ne pas avoir à l’entendre sonner pour des messages qu’il refusera de lire, mais à cette heure-là, son absence l’arrange d’autant plus qu’il doit pour plusieurs raisons prétendre ne pas savoir quelle heure il peut être.
Ainsi ne se rend-il pas compte que le coupe-feu est passé, quand à minuit-cinq, il s’arrête sous un lampadaire, net, sous le choc d’un spectacle en lequel il se refuse de croire.
Devant lui, deux formes humaines, l’une étranglant l’autre - l’une étranglant l’autre. Pire encore, la victime laisse échapper son téléphone qui, la lampe allumée, éclaire depuis le sol son visage – visage empreint de choc, douleur, et peur, sur sa tête plantée sur son corps qui ne bouge pas pour se défendre. Akiro est assez cultivé pour connaître les réflexes quasiment inévitables de survie, et il ne les voit pas chez cette personne. Passe-t-il seulement du temps à se poser des questions ?
Il ne le peut pas ; non seulement car l’attaquant a lâché le cou de la victime, qui a enfin un réflexe de survie (ce qui est encore plus incompréhensible), celui de respirer, mais surtout car la victime –
Il l’évite depuis si longtemps, à présent. Il évite de penser à son apparente disparition depuis des jours. Si bien, qu’il ne la reconnaîtrait pas derrière son visage pâle, épuisé, et barbu, si tout ce qui la concerne n’était pas imprégné dans son cœur.
Le temps que le rouquin a seulement pour se raidir, l’attaquant a contourné le banc sur lequel le blond, son blond, quoi que qui que ce soit ou quoi que ce soit veuille dire, est assis, et lui a asséné un grand coup de poing dans le ventre – et Akiro n’a que le temps d’apercevoir (JAN !) tomber, qu’il est déjà en train de courir, et en un rien de temps il a atteint la scène à son tour, pour se jeter contre l’assassin et de ses faibles bras de souffrant, le pousser en arrière aussi fort que son corps et l’adrénaline des moments d’urgence lui permettent. Aveuglé par la nuit presque tant que par le flou formant un écran devant ses yeux par le stress, il ne sait pas bien si le vrai assaillant est tombé ou non, qu’il se place les pieds solidement contre le sol, les poings serrés, les bras vaguement écartés, entre lui et sa victime. Toutes sortes de pensées défilent à toute vitesse dans son esprit, et à l’entente de toutes son cœur se serre – qu’il s’agisse de rancœur contre le beau blond ou d’amour pour le manipulateur qu’il est, de peur d’un inconnu violent caché par la nuit ou de certitude que rien de plus ne lui passera au travers, tout ce qui le détruit d’habitude n’est rien face au présent, où il se retient à peine d’haleter après sa course, et ne se dit que vaguement, de si loin que la pensée ne l’atteindra vraiment probablement que plus tard, qu’il n’aurait jamais voulu se défendre si lui avait été attaqué ainsi.


HRP, lis ça stp:
Du coup si tu fais répondre Ned là, je te préviens que Liberty va arriver dans les secondes qui suivent. Dans le sens où il a le temps de faire une action assez simple, mais pas de préparer genre, une prise de judo. Ah oui et si tu pouvais faire en sorte qu'il prévoyait quelque-chose d'autre avant que Akiro arrive, que ce soit une attaque de même niveau ou juste un petit truc qui implique encore "s'en prendre à lui" à une certaine mesure, ça rendrait le whole RP plus legit, merci bién
avatar
Akiro Lynn
Sad cutie

Fiche de personnage
Âge: 17 ans
Origine(s): Anglais/Japonais
Nombres d'effractions : 0

Sad cutie

Masculin Messages : 173
Date d'inscription : 02/04/2017
Appartement : Appartement 5, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie B

Message par Ned Foster le Jeu 23 Aoû - 22:36

▲▼  Haha, quel drame.

Je suis déçu. C'est décevant, il me déçoit. Je m'attendais au moins à quelque chose, une vraie réaction, une tentative, même si veine, de se défendre. Mais non. C'est pathétique, je le vois en train d'avoir du mal à respirer, et je le regarde. C'est avec un regard vide d’intérêt que je le juge. Je le sais parce tout le reste de mon existence a déjà décidé que ce n'était plus intéressant. Je n'ai pas eu la chance de pouvoir voir le jeune homme enfin se réveiller, voir une étincelle dans ses yeux, une fureur, rien. Juste de la peine, de la peur, de la pure et simple souffrance sans une once d'espoir manifeste. Bref, j'aimerais bien m'en aller et le laisser agoniser au sol, mais partir à un moment pareil ne voudrait pas dire grand chose. Pas que je veuille forcément que mes actions ici aient du sens, mais plutôt que j'ai envie de savoir ce qui va se passer après.

Ce qui se passe après c'est qu'il se passe quelque chose. Sans même avoir eu le temps de foutre un petit coup de pied à Jan et de lui gueuler quelque chose comme « Fais quelque chose, putain. » Je vois un autre gamin sortir de nulle part et me sauter dessus. Ça au moins, je m'y attendais pas. Je le reconnais pas tout de suite, surtout parce qu'il est en train d'essayer de m'attaquer, et je dis bien essayer. Et lorsque je me dis que cette situation est probablement en train de satisfaire quelqu'un, quelque part, je souris. Je trouve ça mignon, mignon parce que le gamin surprise essaie quand même, sachant que ça ne sert à rien, de faire quelque chose. Lui au moins, il essaye. Il arrive tout de même à me pousser, parce qu'il vient de me sauter dessus en fait, de je sais pas où d'ailleurs. Si ça se trouve il était caché dans un buisson. Mais si c'était le cas il serait venu plus tôt.

Don il me pousse et s'interpose et je laisse ça arriver, parce que de toute façon ça devait probablement arriver, comme ce qui arrivera ensuite : La visite d'une jolie demoiselle énervée, et tout plein d'autres choses intéressantes. Du moins je présume. Si je savais déjà comment ça allait se passer, alors ça n'aurait servi à rien de venir ici et d'attaquer quelqu'un dès le départ. Quel aurait été l’intérêt ? Et pourquoi je me contredis et confirme en même temps. C'est inutile, tout ça. Je ne suis même pas en train de le vivre ce moment, aussi palpitant, époustouflant, étonnant qu'il puisse être. J'ai sincèrement juste envie de passer à autre chose. C'est dommage, mais ce n'est pas un drame. Ce qui est un drame, c'est la scène dont je fais partie, donc je vais essayer de me concentrer dessus encore un peu, histoire de pas juste oublier que je viens de me faire pousser par un adolescent désespéré. Donc je le regarde, et je ris. Parce que je viens de m'en souvenir.

© 2981 12289 0
avatar
Ned Foster
Rebel

Fiche de personnage
Âge: 33 ans
Origine(s): Russo-japonais
Nombres d'effractions : 0

Rebel

Masculin Messages : 26
Date d'inscription : 16/02/2018
Appartement : Appartement 1, Résidence B

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie B

Message par Liberty le Sam 25 Aoû - 23:48


Ned Foster
feat. Ned Foster
Liberty apparaît en clignotant. Elle n’est pas bien nette, légèrement transparente, et dans la pénombre de la nuit, il se peut que vous ne la voyiez pas tout de suite.
Elle arrive à grand pas, vous ne voyez pas bien d’où, et elle se place devant Akiro pour pousser Ned en arrière. Si son geste est violent, son visage est parfaitement neutre.

Ned
Tu tombes en arrière sur le sol blanc immaculé d’une salle blanc immaculé. Tu es de prime abord seul. Tu peux bouger, mais tu n’as nulle part où aller. La salle est parfaitement vide et n’a ni porte, ni fenêtre.

Akiro
Liberty se tourne d’une manière presque mécanique vers toi. Elle baisse subitement la tête pour regarder Jan au sol, puis la remonte tout aussi subitement pour te regarder.
Son expression est toujours parfaitement neutre, et elle est toujours aussi transparente. C’est d’une voix qui ne ressemble pas à la sienne, une voix beaucoup plus robotique, qu’elle dit :
« Prenez soin de lui. »
Puis elle s’évapore.

Ned
Liberty apparaît dans la pièce.
La suite se passera ici. Tu y posteras ton prochain message.

_________________
#FF99FF
avatar
Liberty
IA réaliste


IA réaliste

Messages : 106
Date d'inscription : 05/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie B

Message par Akiro Lynn le Dim 26 Aoû - 22:29

Aucun
feat.
« Les choses vont toujours si vite.
Un jour tout va bien, le lendemain tu es immobile dans ton lit et tu ne veux plus jamais bouger. Un jour tu te poses trop de questions, et le lendemain tu as enfoncé un couteau dans ta gorge et tu ne peux plus revenir en arrière. »

Un jour il évite Jan à tout prix, le lendemain Liberty lui ordonne de prendre soin de lui.
Il a du mal à y croire. Toutes ces choses qui lui arrivent, et qu’il contrôle pas ou mal, ces choses qui ne peuvent jamais être annulées.
Il s’est retrouvé entre Jan et cet inconnu plus vite qu’il n’ait jamais pu l’imaginer, et plus vite encore, un fantôme sous l’apparence de Liberty s’est ajouté devant lui. Il a poussé l’inconnu en arrière, et il a disparu, puis il a parlé à Akiro avant de disparaître à son tour.
Un fantôme qui apparaît, un homme qui s’évapore. Au sol, le fantôme de quelqu’un qu’il connaissait.
Une Liberty sans sa voix, un Jan sans voix.
Des fantômes, des gens faux, c’est tout ce qu’il y a à Newwell City.
Le rouquin se retourne pour regarder celui qui a été son ami, affalé dans la terre. Il s’accroupit pour le voir de plus près, et par instinct, soulève le haut de son corps dans l’espoir de le redresser.
Il ne pensait jamais plus le toucher.
Il aurait pu ne jamais plus le toucher.
Quelles idées, quand il le hait. Qu’il y a-t-il de plaisant à voir cet amas d’os et de peau, ni coiffé, ni rasé, incapable de se redresser, défendre ou le regarder dans les yeux ? Pourquoi voudrait-il l’aider, ou prendre soin de lui ?
Ce sont des questions qu’il devrait arrêter de se demander.
Il a du mal à croire que c’est Jan qu’il soulève, le jeune homme toujours si doué, toujours si charmant, si souriant et blagueur…
Il a du mal à croire que c’est Jan qui l’a supplié, qui était le premier à venir le voir à l’hôpital, qui a sonné chez lui presque tous les jours…
Une fois de plus, il se demande s’il le connaît.
« Jan ? »
Pas de réponse. Ses yeux sont ouverts, pourtant, il respire. S’il se croit malin, à l’ignorer…
« Qu’est-ce… »
Plus de questions, s’est-il dit.
Il ramasse le téléphone par terre, puis force le fardeau à se lever. C’est un poids mort qui s’appuie sur son épaule, et quand il pense à ce qu’il devra le ramener comme ça jusqu’aux résidences…
C’est son silence qui lui fait le plus mal.
« Je vais te ramener chez toi. »
Il ne sait pas s’il devrait prétendre ne rien ressentir, s’il devrait prétendre être toujours énervé et devoir se forcer, ou s’il devrait même prétendre quoi que ce soit. Pas plus qu’il ne sait si le jeune homme qu’il a toujours adoré jusqu’à ce qu’il décide de le détester l’entend vraiment quand il lui parle. Son cœur est serré quand il le traine pour avancer, et il a trop peur qu’il ne lui réponde jamais pour le reposer. Et il sursaute quand il l’entend émettre un son…
« Nnnn… Nnoonn… »
D’une voix brisée, épuisée, bloquée par un violent coup de poing dans le ventre qu’il aurait dû pouvoir éviter.
« N-Non ? »
Il ne cherchait pas à l’imiter. C’est que lui aussi, se voit hésiter, et il se demande si bientôt, il ne seront pas muets tous les deux.
« Non… La… La… »
Jan essaie vaguement de se retourner, sans la moindre force. Dans la pénombre, Akiro regarde son visage, et y voit un mélange de colère et d’épuisement, dont il ne comprend que la deuxième moitié.
« … La corde… »
Une seconde. La deuxième , Akiro se retourne subitement, tenant de ses deux bras le blond pour s’assurer qu’il ne tombe pas, et accroché à une arbre il voit,
une corde.
Toutes ces questions, tous ces fantômes, toutes ces choses qui vont si vite. Oh, ça ne l’amuse plus, oh, il ne jouera plus leur jeu. Il ne peut s’empêcher de serrer les mains autour des épaules du coupable, avant de le pousser en se retenant de le jeter vers le banc où il était assis initialement. Il marche en direction de l’arbre, en retire hâtivement la corde, et la pause autour de ses épaules.
Oh, trop de sentiments se sont mêlés à la fois, pour ne plus mêler que colère. Les dents serrées, il récupère son fardeau humain, et avec la force de l’adrénaline, c’est avec moins de difficulté qu’il le trimballe.
Tous deux sont muets, voilà un pari de gagné. Il a l’impression que sa mâchoire va se briser, et son corps ne sait de quelle autre manière exprimer tout ce qu’il ressent. Il ne peut ignorer la corde apposée sur ses épaules, non-plus qu’il ne puisse ignorer que la personne qui la apportée, il la déteste de toute son âme.


HRP:
J'ai inclus les paroles et actions de Jan parce que sinon on y est encore l'an prochain
avatar
Akiro Lynn
Sad cutie

Fiche de personnage
Âge: 17 ans
Origine(s): Anglais/Japonais
Nombres d'effractions : 0

Sad cutie

Masculin Messages : 173
Date d'inscription : 02/04/2017
Appartement : Appartement 5, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie B

Message par Liberty le Dim 26 Aoû - 22:32


Cette partie de l'event est terminée et verrouillée. Tous les RPs prenant lieu en dehors des sujets ÉVÉNEMENTIELS ne compteront pas comme faisant partie intégrante de l'event, et seront tout simplement des RPs l'entourant.

_________________
#FF99FF
avatar
Liberty
IA réaliste


IA réaliste

Messages : 106
Date d'inscription : 05/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie B

Message par Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé



Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum