Nos amours

Membre du mois
https://i.imgur.com/Qca6Hly.png

Voteur du mois
https://i.imgur.com/3IBWYnJ.png

Liberty ships...
https://i.imgur.com/mLqxOoP.png
Credits

contexte, thème, organisation
© jadziajan

[ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie A

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie A

Message par Liberty le Mar 24 Avr - 1:20

Ci-dessous seront postés les RPs de la partie A de l'événement organisé par le groupes REBELS.

Participants : Akane Ueno, Beryl Pinkwood, Rozetta Kuchinashi, Madilynn Andersen, Daniel Lestrange
Observateurs : Charles Deering
(Contacter Akane Ueno si vous voulez participer)

Lieu : Les résidences. Des actions implicites ou explicites peuvent avoir lieu à l'intérieur d'une résidence spécifique : ce topic représente la zone des résidences globalement.

Jour et heure : Entre l'event Printemps et l'event Été. L'événement commence juste avant le coupe-feu, et continue au-delà.

Informations HRP : Pas de limite de temps pour cet événement, cependant, il est conseillé de ne pas le faire trop trainer : c'est-à-dire que vous n'avez pas à vous presser, vous pouvez attendre les week-ends ou les jours où vous rentrez tôt, mais il ne faut absolument pas l'oublier ! Pour plus d'informations ou si vous avez des questions, joindre le chan des Rebels sur le Discord, ou envoyer un MP à Akane Ueno, organisatrice de l'event.
Liberty prendra part à cet événement.

_________________
#FF99FF
avatar
Liberty
IA réaliste


IA réaliste

Messages : 101
Date d'inscription : 05/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie A

Message par Akane Ueno le Mar 24 Avr - 2:06




Akane & les Rebels

Première attaque.
« Au diable notre image : il est temps d’agir. »
C’est comme ça que j’ai conclu mon résumé de notre plan d’action.
Je sais bien qu’on dirait souvent que je parodie les leaders de révolutions qu’on voit dans les films, mais j’étais sérieuse comme jamais. N’est-ce pas ce que je viens de dire ? Je me fiche de ce que vous pensez de moi, je me fiche que vous vous moquiez de moi, tout ce qui compte à présent, c’est qu’on agisse.
Le plan, c’était mon idée, évidemment, il n’y a que moi pour proposer de se donner en spectacle visiblement pour rien comme ça, mais nous y avons tous longuement réfléchi avant de l’officialiser. Ma grande gueule m’a donné le rôle de chef, mais je ne vois pas ça comme un compliment. Je suis prête à rendre service en servant d’organisatrice, mais je ne veux pas qu’ils oublient que ce plan c’est nous tous, pour nous tous.
Les Rebels, et les autres. Car si certains détestent les Enthusiasts, j’insiste qu’ils ne se rendent tout simplement pas compte, ou sont trop gentils, et qu’eux aussi méritent leur liberté.
Mais qu’importe ce que je pense ? Comme de plus en plus souvent nous nous étions réunis, et hier, nous avons décidé d’un lieu et d’une heure.
Devant les résidences, vingt-trois heures cinquante. Et quand je dirai go, on y ira.
On ira déranger tout le monde.
Il ne reste plus que trois minutes, presque tout le groupe est là, et je l’observe en silence, les lèvres serrées comme mon cœur. On va déranger tout le monde, c’est ça, ces pauvres enthousiastes et les autres qui ne demandent qu’à se reposer, on va crier et détruire les immeubles et leur faire un peu peur, et ce faisant on sera persuadés d’être les héros de l’histoire. J’aimerais avoir confiance en mon groupe de rebelles mais nous sommes trop pour tous nous connaître par cœur, et je prie qui je peux pour que personne n’aille trop loin. J’ai essayé de mettre au clair dans mes ridicules discours de leader que je tenais absolument à ce qu’on respecte les règles, mais j’ai quand même peur…
Quel terrible leader suis-je, à ne pas avoir confiance en mes partenaires.
Quel terrible leader suis-je, quand beaucoup de ces gens sont plus sûrs de ce qu’ils font que je le suis.
Au diable, j’ai dit, qu’importe !
Agissons.
Avant de me placer ici, j’ai croisé Ned ; je lui ai rapidement répété le plan, juste au cas où, d’aller détruire des choses importantes au programme loin d’ici, et le cœur lourd de voir son regard toujours aussi vide d’empathie, je lui ai tout simplement dit « go ».
Qu’importe ?
Je regarde ma montre. Vingt-trois heures cinquante, et ils sont visiblement tous là. Ah, voilà une preuve qu’on peut leur faire confiance.

Et pourtant, j’hésite.
« Allez, Akane, on va juste détruire du matériel et surprendre les gens, et c’est pour la meilleure cause qui soit. Tu as tabassé des gamins toute ta vie. Le programme aussi le mérite. »

C’est la faute de Liberty, de toute manière. Et on l’aura.
Haut et fort, je lance :
« Go. »
Et pour le principe d’être honnête, c’est vers ma propre résidence que je me dirige d’abord.
Je ne sais pas par où commencer, et je ferme les yeux un instant ; je repense une dernière fois à notre plan, comme pour me rassurer.
Faire du dégât important à deux endroits différents pour voir si Liberty peut être à deux endroits différents.
C’est contre Liberty qu’on fait ça. C’est contre le programme. Je pousse un hurlement qui ressemble presque à un grognement, et avec le couteau de cuisine que je sors de ma sacoche, je m’attaque violemment aux rampes de l’immeuble, griffant le métal comme je peux, faisant le plus de bruit possible – et ne me sentant pas aussi ridicule que si j’avais été seule à frapper des objets inanimés.
avatar
Akane Ueno
Être une femme libérée tu sais c'est pas si facile

Fiche de personnage
Âge: 18 ans
Origine(s): Japonaise
Nombres d'effractions : 1

Être une femme libérée tu sais c'est pas si facile

Féminin Messages : 181
Date d'inscription : 15/09/2016
Appartement : Appartemment 3, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie A

Message par Beryl Pinkwood le Ven 27 Avr - 21:10




Première attaque.

Ft. Plein de monde

Enfin, ce jour vient d'arriver. Nous allons enfin pour la première fois, en tout cas pour moi, commettre quelque chose avec le groupe. J'étais toute excitée à l'idée de faire cette offensive. Cela a pris pas mal de temps à se mettre en place mais le temps est enfin venu de mettre le bordel avec plusieurs autres rebels. Je trouve que cela ressemble à jeu donc ça m'amuse.

C'est Akane qui à décider de mener tout le projet. Je trouve que c'est plutôt une bonne idée. Elle est une plutôt bonne et, moi, je ne pense pas que j'aurais pu réussir à bien tout organiser mais j'ai insisté à tout de même participé.

Notre chef nous fait donc un résumer du plan d'action qu'elle a créé et expliquer les fois où le groupe s'était regrouper qui consistait principalement à aller tout le monde dans les résidences avant minuit. J'ai peu de la peine pour ces pauvres, pour la plupart, Innocent qui ne font que soutenir Liberty ou qui sont des neutrals. Ce ne sont pas à eux que j'en veux mais à Liberty et Akane semble d'accord avec moi. Le but principal de ces attaques est seulement d’embêter cette intelligence artificielle et aussi faire un peu peur.

De plus, je n'ai aucunement peur d'avoir affaire avec cette Liberty. Elle se pense forte et invisible mais je suis sûr qu'elle possède plusieurs failles. Oui, on n'en a toujours pas trouvé. Oui, je n'ai aucune idée de tout ce qu'elle peut faire mais je pense qu'elle doit être bien plus faible que ce qu'elle laisse percevoir. Je vais lui montrer de quel bois je me chauffe.

Je sautille d'impatience comme un enfant attendant un cadeau avec un sourire aux lèvres quand notre chef finit dit ceci:

"Au diable notre image : il est temps d’agir."

Plusieurs minutes passent, que je regarde passer avec mon téléphone, je soupire en trouvant que le temps passe drôlement lentement quand on attend. Finalement, le moment tant attendu arrive au moment où j'attends Akane crier d'une voix forte:

"Go."

Ni une ni deux, je cours tout droit vers le premier bout de mur à m'a porté avec un cri de joie. Je brandis l'objet que j'avais avec moi, un bâton de bois. Je voulais à l'origine une batte de Baseball mais, n'en trouvant pas, j'ai décidé de prendre quelques choses qui y ressemblaient. Il était tout de même assez grand et je peux facilement fait de bruit ou détruire d'autres objets. Je pense même que je pourrais me défendre avec s'il y a quelqu'un qui s'interpose.

Je frappe violemment les murs et les rampes pour faire le plus de bruit possible. J’aperçois au loin Akane qui griffe avec un couteau les rampes provoquant aussi un boucan très désagréable pour les oreilles. J'espère que tout ce travail ne sera pas vain même si je pense que même un sourd se réveillerait avec tous ces bruits.

avatar
Beryl Pinkwood
Rebel

Fiche de personnage
Âge: 19 ans
Origine(s): Australienne
Nombres d'effractions : 0

Rebel

Féminin Messages : 48
Date d'inscription : 23/01/2018
Appartement : Appartement 1, Résidence D

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie A

Message par Rozetta Kuchinashi le Dim 6 Mai - 20:15


Attaque aux résidences

En tant que Rebel, Rozetta avait suivi Akane tête baissée, elle ne savait pas dans quoi elle s'embarquait, ni si d'autres intentions étaient cachées derrière ce plan sorti de derrière les fagots mais si elle pouvait montrer à nouveau son mécontentement et sa haine envers le programme, alors elle le ferait. Depuis qu'elle était arrivée c'était à ça que se résumait sa vie : haïr Newwell de toute son âme. Elle n'était plus rien d'autre. Elle n'était que dégoût et haine. Sa petite bague l'empêchait d'utiliser des objets qui pouvaient provoquer un quelconque feu. Tant pis, l'objectif n'était pas de ravager la ville mais de faire juste assez de vacarme pour alerter Liberty.

Elle fut dans les premiers à arriver aux résidences, sous les ordres d'Akane. Elle avait pris un pot de peinture et plusieurs pinceaux, si quelqu'un se décidait à la rejoindre. Elle le posa à ses pieds, ne supportant plus le poids de celui-ci et vit le groupe grandir peu à peu, jusqu'à l'heure décisive. Elle leva les yeux vers Akane, son petit poing serré et posé sur son coeur. Dom dom. Dom dom. Il battait lentement mais vivement. Dom dom. L'heure se rapprochait, elle en était toute excitée.

« Au diable notre image : il est temps d’agir. »

Rozetta se baissa et ramassa son pot de peinture. Ouf, il était un peu lourd, mais pas assez pour la décourager ! Elle regardait Akane, son expression toujours si vide sur le visage, et elle patientait, calmement. Plus calme que d'autres personnes qu'elle sentait trop s'agiter et qui l'inquiétaient un peu. Elle remonta le pot dans ses mains. Quelques minutes s'écoulèrent ainsi jusqu'à ce que la voix de leur leader retentisse à nouveau.

« Go.»

Elle se déplaça vers le mur de résidence le plus proche, tenant son pot à bout de bras. Pas après pas elle s'en rapprocha un peu plus et finit par le poser au pied du mur en question. La petite poète ouvrit le pot et y trempa un pinceau. La peinture était rouge, rouge de colère, rouge de passion, rouge de révolte. Elle se mit à peindre, sautant pour atteindre le haut du mur ou escaladant les rebords de fenêtre. Elle peignait, tout en scandant des insultes envers Liberty ou le programme. Rozetta était en colère, toujours, toujours si énervée et elle continua son oeuvre.

Petit à petit, un Newwell et une Liberty en flammes apparurent sur le mur, entourés de messages de haine envers le monde virtuel.

«Brûle en Enfer, Liberty.»
avatar
Rozetta Kuchinashi
Rebel

Fiche de personnage
Âge: 16 ans
Origine(s): Kanagawa, Japon
Nombres d'effractions : 2

Rebel

Féminin Messages : 103
Date d'inscription : 26/10/2017
Appartement : Appartement 3, Résidence B

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie A

Message par Madilynn Andersen le Dim 6 Mai - 20:38

ANDERSEN
Madilynn

Une bande
de fous

「 Une attaque !」

Madilynn avait été tirée de sa douce rêverie par un petit attroupement non loin des résidences. Elle avait passé la soirée à la fenêtre, en pyjama de soie, regardant les gens passer et le soleil se coucher. Mais elle avait bien remarqué que quelque chose se passait. Elle s'était rhabillée et était sortie pour voir de quoi il était question. Un petit groupe de gens s'était formé, et une jeune fille leur donnait des ordres ou des indications, Madilynn avait du mal à y voir une différence. En comprenant les intentions des Rebels, elle décida de les rejoindre. Elle avait grandement besoin de divertissement, et ce qu'ils prévoyaient de faire lui semblait fort amusant ! Elle avait donc dégoté un maillet de croquet, un jaune évidemment, assorti à ses vêtements et était redescendue. Cela allait être si drôle, elle en était toute excitée et frémissait d'excitation !

La jeune fille avec les couettes avait l'air d'être leur chef, oh, elle avait un charisme indéniable, mais Madilynn se serait plutôt vue à sa place pour mener ce plan. Bon, elle n'en avait même pas eu l'idée, mais elle savait bien guider les troupes, du moins, à l'école c'était elle la reine, pas vrai ? Elle tapota sa cheville de son maillet, attendant le signal de la dénommée Akane Ueno, dont elle oublia immédiatement le nom. Elle avait une prestance à couper le souffle et une forte personnalité de ce qu'elle en entendait, mais pas de quoi impressionner Madilynn. Elle avait vu mieux. Elle avait vu elle-même. Quelques minutes passèrent, ou la princesse s'ennuya à mourir et soupira à plusieurs reprises, pour montrer à quel point elle était lasse.

Et le signal fut donné.

Alors Madilynn, si précieuse, et faisant bien attention à sa coiffure et ses ongles, se dirigea gracieusement vers sa résidence, elle voulait faire attention à ce que personne ne fasse tomber les pots de fleurs posés sur le rebord de ses fenêtre, mais aussi détruire quelques fenêtres qui ne seraient pas les siennes. Il y avait peut être des règles, mais elle ne les connaissait pas, et elle n'en avait absolument rien à faire. Elle s'arrêta devant le premier appartement, lissa sa jupe et enfonça son maillet dans la première fenêtre. Elle se brisa, sans pour autant exploser, puis céda au second coup. Marchant sur les débris de verre au sol, Madilynn alla en briser une deuxième. Puis une troisième. Elle tenta même d'enfoncer une porte à coups de maillet. Elle se délectait de cette situation, s'amusait comme une folle, et riait parfois aux éclats. Elle n'avait pas fait ça depuis qu'un élève de première année lui avait manqué de respect !

Ca faisait un bien fou, elle avait eu de la chance d'entendre ce plan par mégarde.
avatar
Madilynn Andersen
Neutral

Fiche de personnage
Âge: 19 ans
Origine(s): Bristol, Angleterre
Nombres d'effractions : 0

Neutral

Messages : 14
Date d'inscription : 13/02/2018
Appartement : Appartement 3, Résidence C

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie A

Message par Daniel Lestrange le Lun 7 Mai - 16:24



Attaque.
feat. de la vermine
Tu schlingues, aujourd’hui, c’est terrible. T’as rien fait de spécial, tu t’es lavé ce matin comme d’habitude, mais ta transpiration a une odeur particulièrement forte par rapport à d’habitude. Ta connasse de sœur en aurait profité pour te dire que ton caractère de merde devenait odorant, mais elle n’est plus là pour te faire chier.
Penser à elle te fait grimacer, et serrer les dents. Tu te demandes bien où elle est ou ce qu’elle pense de ta disparition, mais ce n’est que curiosité. Quand t’y penses, tu t’en fous terriblement.
Tu n’as pas envie de déranger ton doux sommeil avec une odeur nauséabonde, aussi décides-tu tout simplement de reprendre une douche. Ce n’est pas comme si qui que ce soit – surtout pas toi – devait payer la facture d’eau. Voilà un bel avantage à cet appartement, ou ce programme en général, à qui veut de choisir sa vision des choses, toi, tu t’en fous.
Pendant que tu te douches, tu entends des bruits étranges dehors, mais tu n’y prêtes pas trop attention. Tu pourrais te poser des questions, étant donné que la ville est habituellement silencieuse à cette heure, mais tu choisis de ne pas le faire. De toute manière, ce n’est pas comme si tu passais des heures sous la douche. Tu te dis que tu verras bien en sortant.
Et c’est ce qui arrive. Quand tu sors de la douche, tu te rends compte que le bruit est bien plus terrible que ce tu t’imaginais – à vrai, dire il est assourdissant. C’est bien dérangeant, tu venais de t’assurer une bonne nuit de sommeil.
Ni une ni deux, tu remets tes vêtements, et tu te jettes sans plus y réfléchir sur la porte de ton appartement. Tu n’es ni énervé, ni rien, en fait, tu es attiré par le bruit comme un animal sauvage en serait effrayé ; peut-être est-ce ta curiosité, peut-être est-ce un simple fait contre quoi il n’y a rien à faire et dont tu n’as rien à faire. Quoiqu’il en soit, tu l’ouvres, et voilà qu’un spectacle pathétique se déroule sous tes yeux.
Des vermines de partout, qui frappent, qui crient, qui détruisent – la porte de l’immeuble est ouverte, tu peux les voir courir dans tous les sens, tu entends même le vacarme dans les autres résidences – tu te sens un peu seul, pendant un instant, au milieu de ces dangers publiques. Tu ne t’inquiètes pas longtemps, car tu comprends rapidement ce qu’il se passe. Il s’agit d’un acte de rébellion de ce groupe de malins qui se croient au-dessus des règles, tu en reconnais certain, et il n’y a pour l’instant personne pour s’opposer à eux.
Ne sont-ils pas terribles, à faire du bruit, détruire les maisons des innocents, s’en prendre à ceux qui ne leur ont rien fait ? Qu’on te critique, tu n’as jamais rien fait de tel si gratuitement. Tu te demandes si l’intelligence artificielle est trop confuse pour réagir de suite, ou si elle est occupée dans un autre des immeubles.
Bah, tu peux bien lui rendre service.
Inexpressif, tu te diriges vers un des casseurs. Il vient briser les vitres de la porte d’entrée, et commence à rendre service à ceux qui donnent des coups aux murs et aux rampes avec ses propres pieds. Tu ne le connais pas, tu n’as pas envie de le connaître ; ce n’est pas ton voisin, et tu es bien content qu’un petit con qui s’amuse à détruire le bien des autres ne vive pas plus près de toi. Venant par derrière, par surprise, tu l’attrapes par les cheveux et tu lui tournes la tête pour qu’il te regarde dans les yeux, puis tu envoies son crâne contre le mur d’un grand coup de bras.
« Ça fera toujours plus de bruit que tes petits coups de pied. »
Que tu es malin, Daniel, depuis quand tiens-tu à défendre le bien de la communauté ? C’est que tu apprécies cet immeuble à un degré faible mais certain, et tu n’apprécies pas qu’on s’en prenne à ce qui te plaît. En plus, tu avais envie de dormir, et ils commencent à t’énerver, tous ces petits cons, à faire du bruit.
Tu donnes un coup de poing à une femme qui n’a pas l’âge de participer à ces bêtises, puis un coup de pied dans les parties d’un jeune à qui l’école doit manquer. Ils sont de partout, ils sont beaucoup trop, mais tu vas un par un leur apprendre le respect.
C’est qu’à force de frapper par surprise et à chaque fois gagner, tu commencerais à t’amuser, salaud.


Info HRP:
Vous n'êtes pas obligées de considérer Daniel comme un danger direct étant donné que (pour l'instant) il est dans la résidence D, et il me semble comprendre que Akane et Beryl sont dans la A et Madilynn dans la C, Rozetta je ne sais pas
avatar
Daniel Lestrange
Enthusiast

Fiche de personnage
Âge: 20 ans
Origine(s): Françaises
Nombres d'effractions : Zéro, pour l'instant.

Enthusiast

Masculin Messages : 58
Date d'inscription : 26/10/2017
Appartement : Appartement 3, Résidence D

Voir le profil de l'utilisateur http://jan69love.tumblr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie A

Message par Charles Deering le Lun 7 Mai - 17:42


Première attaque.
FT. LIBERTY

Adossé contre ma porte d’entrée, je soupire longuement.
« Que veux-tu que je te dise ? C’était prévisible. » lui-réponds-je.
Liberty me regarde, l’air hésitant. Elle est arrivée dans mon appartement au moment-même où j’ai réalisé que quelque-chose d’anormal se passait, et c’est elle qui m’a expliqué la situation.
Il semblerait que le groupe rebelle ait décidé de lancer une attaque groupée. Je me suis facilement rendu compte que plusieurs personnes étaient dans mon immeuble, à faire du bruit et détruire des choses, alors que le coupe-feu est passé, mais ma chère intelligence artificielle a ajouté la précision qu’elles faisaient de même dans les autres immeubles et qu’elles étaient bien trop pour être contrôlées une à une.
« Donc tu n’as encore rien fait. »
Elle s’est précipitée vers moi en quête de conseils, mais il n’y a rien que je puisse concrètement faire pour l’aider. J’en suis bien attristé – c’est avec plaisir que je rendrais service à ma chère et innocente Liberty – mais il y a des choses sur lesquels je n’ai pas de pouvoir.
Un grand coup donné dans ma porte me projette violemment en avant. C’est Liberty qui me rattrape avant que je ne tombe, trop surpris pour me soutenir.
« Ça ne va pas du tout… » dit-elle en m’aidant à me relever.
« Il serait tout simplement temps de s’y mettre.» lui réponds-je en m’éloignant de quelques pas de la porte contre laquelle je me tenais.
« Mais que puis-je faire ? Ils sont beaucoup trop… »
Je la regarde droit dans les yeux – elle a cet air inquiet, innocent mais aussi vide qui la caractérise si bien à mes yeux, mais même si je m’apitoyais sur son sort, je ne pourrais rien changer à la réalité qui est qu’on ne peut pas laisser des habitants de la ville la détruire, et que j’ai entendu des voisins appeler Liberty à l’aide de leur fenêtres.  
« Tu sais très bien que tu peux y faire quelque-chose, et tu sais ce que c’est. »
Je soupire une nouvelle fois. Cette situation est terriblement énervante, mais je me doutais bien qu’elle était inévitable. J’espérais le contraire, bien évidemment, mais je connais bien certains rebelles – j’ai rapidement compris ce dont ils seraient capables.
« Tu t’inquiètes pour ta réputation, vraiment ? »
Elle regarde ailleurs et hoche timidement la tête.
« C’est ton travail, pourtant. Subir cela, c’est exactement ce pourquoi tu as été conçue. »
Elle ne cesse de regarder ailleurs, dans le vide et…
Je ne veux pas m’énerver contre Liberty. Je tiens énormément à elle – ai-je encore besoin de le dire ? Je l’adore, je l’adule, je ferais n’importe quoi pour elle, et je n’ai jamais ressenti tel amour. Mais cela n’empêche que je tiens au programme et à ceux qui l’habitent, et que je ne peux la laisser trainer ainsi.
Je m’approche d’elle.
« Tu ne voudrais quand même pas t’opposer à ton devoir ? »
Elle se raidit.
« Non, monsieur ! »
Je secoue la tête. Elle me fait définitivement de la peine… Mais que puis-je y faire ? Il faut protéger le programme, et elle ne devrait pas s’inquiéter. Tout le monde ne la haïra que si elle prend trop son temps avant d’agir. Elle ne doit pas vouloir de l’amour des rebelles, telles sont les règles – je peux me permettre de les apprécier, mais elle ne le peut pas.
« Alors tu sais quoi faire. »
Elle prend un air exagérément robotique. Elle se tient droite, et elle efface tous sentiments de ses yeux.
« Bien. »
Puis elle disparaît.
Que puis-je faire ou même penser à présent ? Le bruit n’a pas cessé. Tout ce que je trouve à faire, c’est m’allonger sur mon canapé, fermer les yeux, et tendre l’oreille, pour m’assurer que Liberty fait bien ce qu’on lui a demandé.
avatar
Charles Deering
Enthusiast

Fiche de personnage
Âge: 24 ans
Origine(s): Anglais ?
Nombres d'effractions : ∞

Enthusiast

Masculin Messages : 40
Date d'inscription : 25/03/2017
Appartement : Appartement 4, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie A

Message par Liberty le Lun 7 Mai - 17:52


Première attaque.
feat. tout le monde
Liberty apparaît au beau milieu de la cour qui joint tous les immeubles résidentiels. Elle observe pendant quelques secondes avant de dire.
« Je vous demande d'arrêter immédiatement ce que vous faites, et venir vers moi si vous avez une objection !»
Vous pouvez tous, où que vous que soyez clairement l'entendre (et cela pourra vous étonner selon votre position). Elle n'ajoute rien, attendant de voir votre réaction.

_________________
#FF99FF
avatar
Liberty
IA réaliste


IA réaliste

Messages : 101
Date d'inscription : 05/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie A

Message par Rozetta Kuchinashi le Mer 9 Mai - 20:21


Attaque aux résidences

Elle finit par arriver. L'être, la chose, le détail que Rozetta détestait le plus dans ce programme. Elle se tenait là, au milieu du vacarme, si accessible, si fragile. La petite poète aurait pu la faire disparaître en quelques flammes si elle n'avait pas eu cette bague autour du doigt. Elle s'arrêta dans sa peinture, elle peignait toutes les fenêtres en rouge, comme si elles brûlaient. Elle observait Liberty. Oh, elle aurait aimé pouvoir l'étrangler et sentir son corps se dématérialiser entre ses doigts pour enfin être libérée du programme. Si seulement...

« Je vous demande d'arrêter immédiatement ce que vous faites, et venir vers moi si vous avez une objection ! »

Rozetta mit alors un coup de pied dans le pot de peinture qui se renversa sur le sol et s'étendit, coulant lentement. Elle mit les deux pieds dedans et marcha, jusqu'à Liberty, laissant des traces rouges sur le sol. Chacun de ses pas laissait une empreinte, de plus en plus ténue, et Rozetta conservait son expression si neutre et dépourvue d'émotion. A chaque nouvelle marque, elle avait l'impression d'avoir un peu plus de forces pour détruire le programme, comme si chaque fois que son pied touchait le sol, il supprimait des codes. Ce n'était bien sûr qu'une impression, mais ça remplissait la jeune fille de joie, elle était un peu plus excitée et pourtant rien ne transparaissait sur son visage.

Elle s'approchait doucement de Liberty, qu'elle avait immédiatement vue, s'étant trouvée non loin d'elle par le plus pur des hasards. Après tout, elle n'était qu'en train de peindre, c'était Liberty qui était arrivée après elle. Mais elle n'avait pas droit de gâcher la fête. Déjà qu'elle lui compliquait la vie avec cette bague autour de son doigt, elle n'allait pas en plus l'empêcher de s'amuser ! Elle ne la quittait pas des yeux et se dirigeait un peu plus vite vers elle, comme si elle allait se jeter sur une proie.

Elle était consciente que c'était le plan qu'elle soit là, mais le fait d'entendre sa voix lui donnait envie de vomir.

Rozetta se planta devant elle, fixant toujours Liberty de ses grands yeux marrons. Elle fit mine de réfléchir et prit enfin la parole. Sa voix était douce et calme, comme d'habitude. Et pourtant, elle bouillonnait, elle brûlait de rage et d'excitation, et se sentait sur le point d'exploser à chaque instant.

«La bague autour de mon doigt me gêne. Je crois que tu ferais mieux de me l'enlever. Ce n'est pas comme si tu pouvais me priver de te haïr de toute façon.»

Elle sortit un couteau de sa manche et visa la gorge de Liberty en se jetant sur elle.
avatar
Rozetta Kuchinashi
Rebel

Fiche de personnage
Âge: 16 ans
Origine(s): Kanagawa, Japon
Nombres d'effractions : 2

Rebel

Féminin Messages : 103
Date d'inscription : 26/10/2017
Appartement : Appartement 3, Résidence B

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie A

Message par Liberty le Jeu 10 Mai - 14:27


Première attaque.
feat. tout le monde
Rozetta
À peine t'approches-tu de Liberty avec ton arme, tu es violemment rejetée en arrière. Tu ne vas pas jusqu'à atteindre un mur cependant, car tu te sens soudain "freinée", sans sentir de choc. Tu ne peux plus bouger, et ton couteau disparaît de ta main. Tu disparais aussi à ton tour : tu te retrouves dans une pièce blanche, seule, incapable de bouger.
Des personnes te suivront et seront aussi immobilisées, avec comme seule capacité de parler.

Liberty grimace, puis lâche un triste soupir.
« Au travail, Liberty, au travail. » dit-elle doucement.
Elle s'avance plus clairement vers les résidences. Toute personne qui s'approchera d'elle ou dont elle s'approchera qui était en train de commettre une infraction sera automatiquement immobilisée, puis envoyée dans la même pièce blanche que Rozetta, dans les mêmes conditions. À vos réactions.

_________________
#FF99FF
avatar
Liberty
IA réaliste


IA réaliste

Messages : 101
Date d'inscription : 05/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie A

Message par Akane Ueno le Jeu 10 Mai - 17:30




   Akane & sa solitude au milieu des autres

Première attaque.
« Je vous demande d'arrêter immédiatement ce que vous faites, et venir vers moi si vous avez une objection !»
La voix de Liberty résonne clair dans mes oreilles. Au cas-où elle ait quelque-chose de plus intéressant à ajouter, et par habitude car les voix humaines sont habituellement étouffées par les bruits comme celui qu’on fait, je m’arrête de griffer les rampes à grands coups de couteau.
Je dois dire que m’arrêter pendant une seconde me fait du bien. Le bruit et la sensation qui allait avec me font pas mal cringe, et j’ai tout simplement continué parce que je me rends bien compte que c’est une méthode efficace. J’ai beau rester silencieuse pendant quelques secondes – et visiblement pas tout le monde fait la même chose que moi – je n’entends rien de plus venant d’elle, aussi je réfléchis tout simplement à ce qu’elle a dit… Et je décide que le mieux et de l’occuper, aussi je me dirige vers la sortie de ma résidence pour la trouver.
Et j’entends son nom de partout. Des gens qui crient « À l’aide, Liberty » ou seulement « Liberty », ils sortent des fenêtres tous les immeubles, ou certains de leurs portes, et

pourquoi ils ont peur, comme ça ? On ne leur a rien fait de spécial…
J’espère. J’espère, oh si fort.
Quand je la vois enfin, je vois Rozetta s’approcher d’elle. Elle a sûrement eu la même idée que moi, elle va probablement l’insulter, comme la dernière fois…
J’esp-
Je n’ai pas le temps d’assez m’approcher, que la petite sort un couteau de je-ne-sais-où et se jette sur sa gorge.
Putain.
Putain de groupes de gamins à qui on ne peut pas faire confiance. Putain de gens de violents qui s’en prennent à quelqu’un… qui n’a rien fait. C’est juste… Liberty…
On veut juste partir. Pourquoi ? Ne veulent-ils pas partir ? Veulent-ils juste détruire ? Quel intérêt, de toute manière, quand on sait bien que ça ne sert à rien ? Le plaisir de recommencer ? Quel intérêt ? Quel intérêt. Ne peut-on pas tout simplement respecter les règles, faire sérieusement des tests, trouver de réelles solutions ?
Félicitations, Rozetta, à présent, tu seras probablement très fortement punie. Tu te vois projetée en arrière, mais ça, ce n’est rien – et je sais que tu es téléportée dans son bureau. Ferme les yeux, le blanc immaculé, ça pique.
Veux-je vraiment défendre des gens qui s’en prennent aux innocents ? Ne sont-ce pas eux que j’ai appris à tabasser avec le sourire toutes ces années avant d’arriver ici ? Pourquoi veux-je aider ces gens à s’enfuir, quand la moitié est probablement des raclures ?
Je n’étais pas venue ici pour me poser des questions. Je voulais innocemment me faire remarquer… Montrer que je me rebellais, montrer que je n’étais pas d’accord… Et tester le programme pour savoir comment agir intelligemment à l’avenir.
C’est intelligent, ce qu’elle a fait, Rozetta ? C’est intelligent, ce qu’ils font, ceux qui sont probablement en train de s’en prendre aux non-rebelles qui voulaient juste dormir ou qui ont pris peur ?
Pourquoi Akane ne peut juste pas se rappeler que les gens sont des connards égoïstes ?
Liberty s’approche de moi. Sûrement a-t-elle pensé que j’étais un danger dont il fallait se méfier. J’ai un couteau dans la main, après tout.
Mais je le jette par terre avant qu’elle ne puisse ne le faire disparaître.
« C’est moi qui ai organisé tout ça. »
Et à peine est-elle proche de moi que je disparais à mon tour. Je suis dans une salle blanche, immobilisée, avec Rozetta et quelques rebelles qui ont été comme absorbés au passage…
Et je serre les dents.
Ai-je jamais cru en mon propre plan ? Parfois, je me demande si je suis la seule innocente. Mon pessimisme me laisse croire que personne n’a respecté les règles tout simplement.
Et ma haine me laisse penser des idioties.
Et vous feriez quoi, si Liberty se tuait ? Vous vous sentiriez bien ?
Ah, non, ce n’est qu’un robot.
Et vous feriez quoi, si accidentellement vous tuiez quelqu’un.. ?
Bande de gamins, bande d’incapables !
« Mais qui vous a éduqués ?! »
Ma grande gueule me trahit une fois de plus, et mon message s’est adressé à ceux qui m’entouraient.
Mais il s’adresse à tout le monde. Tous ceux qui font souffrir les autres, des programmeurs aux rebelles idiots qui pensent que la violence c’est normal, de moi qui m’en prend vainement à des gens qui ont voulu bien faire aux gamins qui ont tué Touko.
Est-ce par frustration que je pleurniche maintenant, ou par colère ? Sûrement est-ce les deux, les deux vont de paire. De quoi je me plains, quand le plan aura probablement été très efficace ? De ne pas avoir été une vraie chef quand depuis des années je prétends pouvoir décider de ce qui est bon et mauvais ? Est-ce de voir quelqu’un en qui j’avais confiance attaquer une jeune femme qui m’a fait peur ?
Comment je pourrais attaquer Liberty quand je ne comprends même pas de quoi elle est faite ?
J’en ai marre de ces conneries moi, je ne veux pas faire de mal, je veux rentrer chez moi, je veux arrêter, je veux retrouver mon amie, je veux revenir à l’époque où je croyais innocemment que j’avais toujours raison.
avatar
Akane Ueno
Être une femme libérée tu sais c'est pas si facile

Fiche de personnage
Âge: 18 ans
Origine(s): Japonaise
Nombres d'effractions : 1

Être une femme libérée tu sais c'est pas si facile

Féminin Messages : 181
Date d'inscription : 15/09/2016
Appartement : Appartemment 3, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie A

Message par Madilynn Andersen le Jeu 10 Mai - 19:18

ANDERSEN
Madilynn

Une bande
de fous

「 Une attaque !」

Uh oh, voilà Liberty. Loin dans une résidence, Madilynn ne peut que l'entendre. Elle n'avait jamais vraiment apprécié l'intelligence artificielle mais n'avait rien contre elle non plus. Mais cette fois-ci, l'entendre avait été un soulagement : tout partait bien trop loin, Madilynn avait abandonné son maillet après avoir cassé quelques fenêtres et enfoncé quelques portes pour se recroqueviller dans un coin en pleurant. L'ambiance était beaucoup trop effrayante, que faisaient les gens aux fenêtres à crier au secours ? Pourquoi y'avait-il autant de hurlements de détresse ? Tout le monde se poussait, tout le monde se battait, l'orage arrivait et il n'y avait nulle part où se cacher. Sous une cage d'escalier en revanche, Madilynn avait trouvé refuge. Fini la jeune femme précieuse, elle avait trop peur pour faire quoi que ce soit.

« Je vous demande d'arrêter immédiatement ce que vous faites, et venir vers moi si vous avez une objection !»

Les mots de Liberty résonnaient dans la tête de Madilynn qui sortit de sa cachette et décida de rentrer chez elle. C'en était assez, elle avait fait assez de dégâts pour aujourd'hui et avait vu bien assez de violence. Elle sortit de la résidence, la sienne, pour voir Rozetta, cette petite fille si détestable, se jeter sur Liberty et être repoussée puis téléportée. Madilynn frissonna. Oh non, elle ne serait pas punie elle aussi ! Jamais on ne la punissait, elle ne faisait jamais rien de mal ! Elle avait droit à tous les égards, toutes les politesses, et on se faisait tout petit devant elle.

Mais Liberty, elle, ne se ferait pas petite devant Madilynn.

Elle comprit qu'elle devait se trouver maintenant le plus loin possible des résidences si elle ne voulait pas être punie elle aussi. Elle n'avait rien fait, promis ! On l'avait forcée à agir ainsi, pourtant elle avait refusé maintes fois et maintenant elle en était là ! Non Madi. Ca ne passerait pas. Elle glissa le long de la résidence et se mit à courir de toutes ses forces, sur ses talons hauts.

Cours Madilynn, cours ! Enfuis-toi loin de ce vacarme, de cette mini-apocalypse, va plus vite que le vent, et ne t'arrête pas ! Elle manqua de trébucher. Continue ! Ne tombe pas, regarde droit devant toi! Il ne faut pas que Liberty te voit, il ne faut pas qu'elle t'attrape ! Si tu étais punie toi aussi, ce serait la pire des choses qui puisse t'arriver. On ne punissait pas Madilynn Andersen. On ne la punissait jamais. Elle était la plus douce de tous. Elle ne méritait rien de tout ça ! Alors elle courait, dans l'espoir que personne ne la voit, que personne ne l'attrape, et peu lui importait d'être téléportée dans sa chambre à minuit, tant qu'elle n'était pas punie.
avatar
Madilynn Andersen
Neutral

Fiche de personnage
Âge: 19 ans
Origine(s): Bristol, Angleterre
Nombres d'effractions : 0

Neutral

Messages : 14
Date d'inscription : 13/02/2018
Appartement : Appartement 3, Résidence C

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie A

Message par Rozetta Kuchinashi le Jeu 10 Mai - 21:07


Attaque aux résidences

Blanc. Rozetta  était immobilisée, et ne voyait que du blanc. Puis peu à peu d'autres rebelles la rejoignirent. Mais la salle restait toujours aussi blanche. Elle essayait de bouger, impossible. La petite claustrophobe paniqua légèrement avant de se calmer : après tout, combien de fois ça avait pu lui arriver d'être soumise aux caprices d'une intelligence artificielle inutile? Elle rouspéta intérieurement, agacée d'avoir été une fois de plus attrapée par sa pire ennemie.

Akane apparut à son tour et Rozetta dirigea son regard vers elle. Elle avait désobéi à ses ordres. Mais son idole n'était plus assez forte dans ses idées pour Rozetta. A quoi bon essayer de sortir en ne faisant que menacer Liberty ? Il fallait la détruire, détruire Newwell, ainsi le programme s'arrêterait et tout reviendrait à la normale, pas vrai ? Si leurs corps étaient encore quelque part dehors, ils pourraient y retourner. C'était donc l'objectif de Rozetta : détruire Newwell jusqu'au dernier code. La voix d'Akane retentit dans la pièce.

« Mais qui vous a éduqués ?! »

Des parents doux et aimants, et un meilleur ami incroyable qui étaient dehors, des gens dont Rozetta n'avait pas de nouvelles depuis longtemps, beaucoup trop longtemps. Rozetta était prête à tout pour sortir, même tenter d'assassiner une fausse personne, une simple représentation codée dont le rôle était de veiller sur eux. S'il fallait tout détruire pour sortir alors elle le ferait, si elle en mourait, tant pis, elle prendrait tous les risques du monde pour rejoindre sa famille à nouveau. Et son père, où était-il ? Est-ce qu'il était au moins encore en vie ?

Rozetta fronça les sourcils et rit jaune à la question d'Akane. Non mais, ce n'était pas parce qu'elle avait eu l'idée de ce plan qu'elle pouvait se permettre de les traiter n'importe comment ! Elle sentait tout son corps trembler, du moins essayer de trembler, elle bouillonnait encore plus qu'avant. Voilà, elles étaient là, les divergences dans le groupe des rebelles, et elles ne se feraient que plus grandes avec le temps. Pour la première fois de sa vie, Rozetta eut l'air véritablement énervée, elle se laissait enfin aller. Et elle ressentait ces émotions toutes nouvelles, comme si on l'avait libérée.

«Et toi alors ?! C'est quoi ce plan que tu nous sors ?! Si t'es pas prête à tout tenter pour sortir d'ici, alors n'essaie pas de nous guider !»

Elle serra les dents. Akane était celle qui l'avait inspirée à se rebeller pour la première fois. Ca lui faisait mal de maintenant se rebeller contre elle. Mais elle n'en pouvait plus, elle ne pouvait plus se résoudre à tout simplement menacer Liberty. Il fallait que les développeurs comprennent leurs véritables intentions, et quoi de mieux que de tout détruire ? Peut être qu'ils la tueraient, mais ça lui était bien égal. C'était toujours mieux qu'être coincée ici pour toujours.

«Ils ne comprennent rien! Il faut tout détruire ! Tout ! Et enfin on pourra sortir d'ici! On n'est plus à l'école primaire, c'est pas avec des mots que tu vas nous sauver !»

Des larmes roulèrent sur les joues de Rozetta et allèrent s'écraser sur le sol immaculé du bureau de Liberty. Elle n'en pouvait plus. Elle voulait rentrer chez elle.

«Je pensais que tu étais plus forte que ça...»
avatar
Rozetta Kuchinashi
Rebel

Fiche de personnage
Âge: 16 ans
Origine(s): Kanagawa, Japon
Nombres d'effractions : 2

Rebel

Féminin Messages : 103
Date d'inscription : 26/10/2017
Appartement : Appartement 3, Résidence B

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie A

Message par Akane Ueno le Ven 11 Mai - 0:03




Akane & sa solitude au milieu des autres

Première attaque.
Des idioties, des idioties, des idioties. La voix d’une enfant trop gâtée qui ne réalise pas que répondre à un cri de colère est inutile.
Oh ma chérie, si tu ne voulais pas de mon plan, il ne fallait pas l’accepter.
Oh ma chérie, en détruisant tout, tu détruiras aussi ta porte de sortie.
Oh ma chérie, en ce jour je ne sais que choisir entre la force et l’intelligence.
C’est mon rire qui retentit dans la pièce à présent. Mes larmes ne disparaissent pas, mais je ris purement, sincèrement, tranquillement presque, sans une once de frustration ou de tristesse, je ris et je ne sais même pas ce que ça veut dire.
Rozetta, ce que je m’en fous de toi !
Ce que je me fous de tous ceux qui veulent sortir, de tous ceux qui croient pouvoir décider dans la vie – ils ne savent pas que c’est moi qui décide ? Que je fais ce que je veux ?
Et pourquoi ?
Parce que je sais ce que je fais. Parce que je ne me jette pas les yeux fermés sur quelque-chose que je ne connais pas. Parce que je pense avec ma tête, pas avec mon complexe de supériorité.
Il n’y qu’une chose qui m’intéresse. Sortir ? Ce n’est qu’accessoire. J’ai des gens à tuer, et après, qu’est-ce que je ferai ?
Je débarrasserai le monde d’une criminelle !
Quel est l’intérêt de vivre, entourée d’abruti, d’ignares, de sales gosses ? Quel est l’intérêt de seulement exister dans un monde où la seule personne décente a été assassinée ?
Assassinée.
Vous me l’avez tuée.
Et vous aurez fait disparaître Akane.
J’essaie de m’arrêter de rire, au moins quelques secondes. Il serait de la plus basique des politesses de lui répondre…
« Si tu ne crois pas en ce que je te dis, ne me prend pas pour ta mère. »
Je glousse.
« Je propose des idées, moi, vous pouvez me mettre ou vous voulez… »
Oh Rozetta, douce Rozetta, n’ai-je pas seulement prétendu t’apprécier car tu servirais à ma cause ? Mais maintenant que j’y pense, veux-je vraiment m’entourer d’êtres aussi pathétiques ? On n’est jamais mieux servi que par soi-même. Et pourtant, ils me poussent tous à être leur chef !
« Parce que tu crois qu’être forte c’est laisser ses sentiments prendre le dessus et faire la première chose qui nous traverse l’esprit ? »
Je ris à nouveau. Ce n’est même pas drôle ! Mais je ris. Et ça fait du bien. J’aime bien rire. Mais seule, ce n’est pas aussi agréable.
« Analyser la situation, réaliser qu’attaquer de front ne servira jamais à rien… Non, ce n’est pas possible, pour la petite fille que tu es, non. Mettre en place un plan pour tester les eaux, évaluer la possibilité d’une meilleure manière de vraiment toucher l’ennemie. Voyons, quelle hérésie ! Nous ne voulons qu’inutile violence, et toujours reculer, nous ne voulons pas être libres, nous voulons être des martyrs ! »
Je crie plus fort que je ne le voudrais, et face à de plus en plus de monde de seconde en seconde. La salle s’emplit, et bientôt, nous serons tout punis.
Et c’est normal, c’est bien, c’est comme ça que les choses marchent ! On punit les sales gamins qui se sont crus au-dessus des règles, au-dessus du bien des autres. L’égoïsme, l’incapacité de penser que le malheur des uns fait le bonheur des autres, être tout simplement aveugle – c’est si pathétique que Liberty, je l’aiderais.
Ai-je vraiment à choisir un camp, que je veux juste partir seule ? N’aurais-je pas meilleur temps de laisser l’intelligence artificielle comprendre que je ne mérite pas et ne veux pas vivre et qu’il vaut mieux me libérer dans le monde réel, où elle pense que je vais probablement mourir ? Ces attaques, ces petits jeux de « nous sommes des rebelles parce que nous sommes si forts », ils sont tous inutiles, et je n’en veux plus.
L’intelligence n’est pas au rendez-vous dans une foule. Le respect, la gentillesse… Si pour être un « Rebel » il faut être un pauvre connard, en ce cas, je préfère encore devenir l’amante de Liberty. Liberty l’idiote, Liberty la vide, Liberty celle qui a au moins compris les concepts humains basiques de politesse, altruisme et respect… Contrairement à eux.
Je ne suis entourée que d’idiots et de robots, n’est-ce pas pathétique ? Sûrement l’ai-je mérité. Peut-être suis-je morte, et est-ce mon enfer. Jamais je ne te joindrai au Paradis ! Pas comme ça. Pas en riant au travers de mes larmes. Pas en me calmant qu’en revoyant une femme qui n’existe pas vraiment.


HRP:
Alors Rozetta *peut* répondre à Akane mais il faut quand même considérer que Liberty arrivera relativement rapidement. Donc qu'Akane lui réponde à nouveau ne sera probablement pas possible.
avatar
Akane Ueno
Être une femme libérée tu sais c'est pas si facile

Fiche de personnage
Âge: 18 ans
Origine(s): Japonaise
Nombres d'effractions : 1

Être une femme libérée tu sais c'est pas si facile

Féminin Messages : 181
Date d'inscription : 15/09/2016
Appartement : Appartemment 3, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [ÉVÉNEMENTIEL] Première attaque - Partie A

Message par Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé



Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum