Nos amours

Membre du mois
https://i.imgur.com/aFZjFxq.png

Voteur du mois
https://i.imgur.com/kduP4Hh.png

Liberty ships...
https://i.imgur.com/OZLZyV8.png
Credits

contexte, thème, organisation
© jadziajan

Faites du bruit. [Rozetta Kuchinashi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Faites du bruit. [Rozetta Kuchinashi]

Message par Akane Ueno le Mar 2 Jan - 3:36




Akane & Rozetta

Faites du bruit.
Il y a des moments où il faut mettre son ego de côté pour avancer. Parfois il faut sembler faire des caprices enfantins pour se faire entendre.
C’est pour ça qu’aujourd’hui, je suis debout au bout milieu de la place de la ville et je hurle.
« LIBERTY ! TU PUES LA MERDE ! »
J’ai définitivement l’air bête mais je le regrette moins que j’en aie eu peur ; ça a un côté thérapeutique de s’époumoner à insulter une femme qui malgré son absence de pensées parvient à être extrêmement désagréable. Sa présence, en soi, m’est désagréable, mais pas que ; son attitude aussi m’épuise et me donne des envies de meurtre, d’une manière que je ne peux exactement décrire.
Je déteste cette histoire d’être une intelligence artificielle des plus poussées mais de faire exprès de montrer son inhumanité par histoire d’honnêteté ou je ne sais quoi. Qu’elle se décide ! Quand on joue un rôle, on le fait jusqu’au bout, on ne change pas d’avis au milieu, si ? Ça – sa façon de réfléchir comme un robot et le fait pur et simple qu’elle ait décidé de cette chose si inconsistante – me donne l’impression qu’elle est ratée, qu’elle n’est finalement pas si fantastique qu’ils le prétendent.
Qu’ils, qu’ils… je crois que je n’ai jamais entendu qui que ce soit d’autre que Liberty me dire qu’elle était à la pointe de la technologie. Ça en dit, des choses, ou peut-être que ça ne veut rien dire, et je crois que je m’en fous un petit peu.
Au final ce qui me dérange le plus c’est d’être là, et cette intelligence artificielle est l’illustration même de ce qui m’a enfermée. J’ai pour souhait de m’en prendre au programme, de trouver ses failles pour le détruire et me permettre de m’enfuir, et pour cela il faut bien que je m’en prenne à elle. Je ne sais pas vraiment si abîmer Liberty pourrait abîmer le programme aussi, mais il n’y a qu’un seul moyen de savoir.
Nous ne sommes pas enfermés depuis très longtemps. Pour cette raison, je n’ai pas encore fait grand-chose, et je n’ai pas assez d’expérience pour savoir où toucher pour faire mal. À ce jour, mes seules tentatives de rébellion ont été de rentrer dans les toilettes des hommes alors que je ne possède pas d’attributs masculins (et tout oublier immédiatement après, heureusement qu’il y a Owain pour être un peu moins con que Liberty et avoir la gentillesse de tout me raconter) et de dessiner par terre. Ce n’est pas très fou, je l’avoue, mais il faut bien commencer quelque part… Et je crois que je reste dans le thème aujourd’hui, puisque j’ai décidé de tout simplement insulter, le plus directement possible, ma très chère plus belle femme du monde dont je parle tout le temps.
Si je commence par gueuler au milieu de la ville au lieu d’aller la trouver à la mairie, c’est pour deux raisons : premièrement, savoir si rien que pour ça elle viendra me faire taire, et deuxièmement, dans le même ordre d’idées, pour m’assurer que tout le monde m’entende bien le faire, histoire que ça l’emmerde encore plus. Il se peut bien que si je l’insulte en face elle se dise que le fait que je m’énerve toute seule ne peut pas faire de mal à son image, tandis que si du monde m’entend, j’ai des chances que mon idée plaise.
Et bien que l’on me regarde majoritairement de travers, je suis certaine qu’il y a ici au moins quelques personnes pour avoir le même mode de pensée que moi. Il y en aura que l’idée d’insulter Liberty ou le programme à haute voix amusera, il y en aura d’autres qui seront inspirés à se rebeller, et il y en aura qui me prendront pour une conne, mais d’eux, je m’en fous. Ma manœuvre est sans doute surprenante, car je sais qu’à cause de la crainte des règles strictes la majorité des plaintes se sont faites dans le silence, mais j’accepte de mettre les mains à la pâte la première, quitte à plus me faire remarquer que je ne le voudrais.
J’ai toujours plus au moins agi dans l’ombre, mais mon passé était bien tranquille. Il n’est pas question que je laisse mes habitudes et mon amour-propre me pousser à me laisser maltraiter ; je sais que je ne suis pas seule à vouloir sortir, et je l’exprimerai autant, aussi fort qu’il le faudra pour faire réfléchir les misérables qui m’entourent. Je ne pourrai pas les frapper pour qu’ils reprennent leurs esprits s’ils sont persuadés d’avoir de la chance d’être ici, mais ce serait de toute façon une mauvaise idée – autant me donner une image positive dans mon ridicule, et on se souviendra peut-être de moi comme le martyr qui faisait le clown sur la place de la ville. Sauf que je compte bien sauver mes fesses et sortir de là.
« TON PROGRAMME EST AUSSI POURRI QUE TOI ! TU ES UN TYRAN ! TU ES HORRIBLE ! »
Je n’aurai pas de mal à trouver autant d’insultes qu’il en faudra pour qu’elle me remarque.
Et quoiqu’il arrive, j’aurai au moins appris quelque chose. Qu’elle se moque de mes insultes ou non, ça peut être une information importante. Et si au passage je peux la déstabiliser, c’est tant mieux.
« T’ES QU’UNE CONNASSE ! »
Je ne me tairai plus jamais, et si tu me retires encore la voix... Crois-moi, ça se saura. Si tu regrettes de me l'avoir rendue, tu regretteras encore plus de me l'avoir reprise.



HRP:
Du coup j'ai placé ça après I felt like it parce que je le vois surtout comme son premier mischief, et quand elle a retrouvé la voix parce que j'ai déjà un RP de rencontre où elle est muette et il faut changer. Puis comme ça ça te laisse le choix de faire en sorte que Rozetta la connaisse déjà ou pas, puisque des gens ont pu la voir dessiner sur la place, ou entendre parler par Owain de sa connerie... Et que si on le plaçait avant bah ça te forcerait à ce qu'elle ne la connaisse pas, par rapport au lien qu'on a prévu. Donc voilà, tu fais comme tu veux avec ça !
avatar
Akane Ueno
Être une femme libérée tu sais c'est pas si facile

Fiche de personnage
Âge: 18 ans
Origine(s): Japonaise
Nombres d'effractions : 1

Être une femme libérée tu sais c'est pas si facile

Féminin Messages : 186
Date d'inscription : 15/09/2016
Appartement : Appartemment 3, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faites du bruit. [Rozetta Kuchinashi]

Message par Rozetta Kuchinashi le Mar 2 Jan - 13:07


Faites du bruit! - ft. Akane Ueno

Il arrivait à Rozetta de sortir se promener, comme pour garder un souvenir du monde réel, ne pas oublier la sensation du vent sur sa peau, ou bien tout simplement passer le temps en attendant qu'elle trouve un véritable moyen de sortir, parce qu'entre nous, ce programme était vraiment foireux. Parfois elle se promenait tout simplement dans l'espoir de voir Liberty et d'essayer de lui foutre une bonne claque, même si elle était sûrement trop petite pour atteindre son visage. Elle se promenait toujours toute seule, elle n'avait pas de vrai ami ici, hormis ses voisins très attachants et adorables, elle était encore plus seule que dans le monde réel.

Mais voilà, elle pensait passer une journée banale et ennuyeuse, elle pensait qu'après sa promenade elle rentrerait tout simplement "chez elle" et irait dormir pour oublier qu'elle était en Enfer. Pour une fois, Rozetta se trompait. Parmi la foule et le brouahah qui y régnait, retentit soudain une voix que la petite poète avait déjà entendue, pour ses actions minuscules, mais pleines de sens, une voix qu'elle n'espérait jamais entendre à nouveau. C'était une fille qui était habituellement avec un grand jeune homme blond, une fille aux couettes, une fille qui inspirait la vengeance à Rozetta, qui inspirait tant de bonnes choses contre ce programme !

«LIBERTY! TU PUES LA MERDE!»

Oof, quelle satisfaction d'entendre ça ! Un véritable sourire se dessina sur le visage de la petite rebelle et elle essaya, en se dressant sur la pointe des pieds, de voir où son héroïne du jour se situait. La foule se fit moins épaisse et soudain elle la vit, elle vit ses deux couettes brunes, avec ses rubans bleus, et cette détermination sans faille. Rozetta se sentit comme touchée par la grâce, jamais elle n'aurait pensé autant bénir un être humain d'une telle façon.

Elle regardait chaque passant, les uns et les autres réagissant de sa propre manière aux insultes de cette Rebel si importante, et Rozetta lançait un regard mauvais à ceux qui paraissait désapprouver totalement ses actions. Une certaine guitariste aux cheveux bleus que Rozetta avait rencontrée pendant une promenade serait sans doute partie se battre contre elle, mais elle n'était pas elle, et la jeune adolescente voulait en entendre plus, encore plus, elle voulait que les développeurs du programme se réveillent et qu'ils la laissent sortir d'ici !

«TON PROGRAMME EST AUSSI POURRI QUE TOI ! TU ES UN TYRAN ! TU ES HORRIBLE !»

Rozetta étouffa un rire entre ses mains. C'était vrai, enfin quelqu'un osait dire la vérité et tout exposer au grand jour ! Elle s'approchait doucement de celle qui commencerait sûrement une vague de rébellion, qui, peut être, permettrait à tout ceux qui le souhaitaient de retourner dans le vrai monde et de retrouver leurs proches. Peut être que la guerre régnait en dehors, mais pourquoi privilégier des vies ? Rozetta n'avait aucune raison d'être ici, elle avait des proches à protéger. En attendant, elle se contenterait elle aussi d'insulter Liberty. Elle n'était plus très loin de la jeune femme aux couettes maintenant.

«T’ES QU’UNE CONNASSE !»

Et voilà, elle était tout proche d'elle maintenant. Quelle voix, quelle portée, incroyable ! Elle n'avait même pas besoin d'un mégaphone pour que tout le monde l'entende, Rozetta en aurait presque été jalouse. Alors elle prit une grande inspiration, et tenta, tant bien que mal, de crier de sa petit voix, d'ordinaire si calme et si douce.

«L-Liberty t'es qu'une enfoirée !! Je te tuerai de mes propres mains!!»

Elle serrait les poings, comme si ça pouvait l'aider à crier plus fort, comme si en les serrant ainsi, toute la haine qu'elle contenait en elle pouvait encore mieux sortir que si elle ne le faisait pas.

«Si je te trouve je te défonce la gueule! On sortira de ton faux monde de merde!»

Et un nouveau sourire de satisfaction se dessina sur le visage de Rozetta. Ah, ça faisait du bien d'insulter et de menacer sa pire ennemie !



HRP:
Ca roule ma poule,,
et j'aurais bien écrit en caps lock mais je me suis rendu compte que Rozetta était incapable de crier- |D
avatar
Rozetta Kuchinashi
Rebel

Fiche de personnage
Âge: 16 ans
Origine(s): Kanagawa, Japon
Nombres d'effractions : 2

Rebel

Féminin Messages : 103
Date d'inscription : 26/10/2017
Appartement : Appartement 3, Résidence B

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faites du bruit. [Rozetta Kuchinashi]

Message par Akane Ueno le Jeu 4 Jan - 6:24




   Akane & Rozetta

Faites du bruit.
Et là, je suis coupée dans ma lancée par une voix toute douce en train de crier aussi fort qu’elle le puisse des insanités.
« L-Liberty t'es qu'une enfoirée !! Je te tuerai de mes propres mains !! »
Ok, WOW. Je tourne la tête vers l’origine de cette sauvagerie et tombe sur une petite fille toute mignonne. Choquée, j’ouvre la bouche mais aucun son n’en sort. Elle a réussi à me faire me taire.
« Si je te trouve je te défonce la gueule ! On sortira de ton faux monde de merde! »
Les poings serrés, elle s’égosille. Je la fixe comme si elle se baladait avec une carcasse de poulet comme barrette. Je suis complètement sous le choc.
Elle est absolument adorable, sa voix est toute douce, il y a une douceur et une tristesse enfouie derrière la colère dans ses yeux, et elle crie des trucs absolument horribles. Je pensais garder mes insultes triviales, non seulement pour ne pas choquer l’esprit sensible de possibles passants jeunes, mais aussi pour me moquer de Liberty plus que je ne l’attaque – on dirait que certaines personnes ici ont plus besoin que moi d’exprimer leur colère. Je suppose que c’est un peu horrible, l’état dans lequel ce programme peut mettre une jeune fille visiblement aussi douce… Mais je suis aussi émue par sa détermination, son courage, et son vœu de se battre. Ah ça oui, je suis contente que quelqu’un se joigne à moi ! Si une fille comme elle peut vouloir crier sur la place de la ville comme si de rien n’était, alors je peux espérer que bien des gens voudront s’enfuir d’ici et seront prêts à se battre à nos côtés.
Puisqu’elle fait autant d’efforts, je ne peux cesser les miens. Quand j’entends qu’elle a terminé sa phrase, je me décide à m’approcher d’elle et lui pose une main sur l’épaule pour lui montrer mon amitié, mais aussi dans l’espoir de l’encourager à continuer. Je crie à mon tour :
« JE SUIS PAS PRÊTE À RUINER MA VIE, MON CASIER JUDICIAIRE ET MON ÉTAT PSYCHOLOGIQUE JUSTE PARCE QUE J’AI TUÉ UNE MEUF MÊME PAS EN VIE MAIS JE SUIS PRÊTE À DÉCHIRER TOUS TES LIVRES PRÉFÉRÉS SI TU N’ES PAS SYMPA AVEC MOI ! »
Je ne m’appellerais plus Akane si j’arrêtais de dire des conneries quand j’ai l’attention des gens et l’occasion d’être sérieuse. Retirant ma main de l’épaule de la jeune inconnue, je serre les poings moi aussi, et crie aussi fort que je le puisse :
« ENSUITE JE LIGUERAI TOUS LES HABITANTS DE TA VILLE POURRIE CONTRE TOI ! ET ENSEMBLE ON TE DÉTRUIRA, JE FERAI TOUT POUR QUE ÇA ARRIVE ! »
Finalement, elle m’a poussée à être plus violente et plus vraie dans mes propos que je ne l’aurais souhaité… Mais ce n’est pas plus mal. J’aurais pu tester la réaction de Liberty face à des insultes sans importance, mais je serais encore plus contente de voir sa réaction au fait que j’ai ligué une autre fille contre elle et qu’on crie des choses horribles ensemble assez fort pour qu’absolument tout le monde nous entende.
Ils nous entendent, et ils nous regardent, certains s’arrêtent pour nous regarder comme si on était deux clowns au milieu d’un cirque ambulant – et tant mieux, j’ai fait le choix de me donner en spectacle, et s’ils ne sont pas d’accord avec moi, qu’ils sachent que je suis capable de n’importe quoi pour obtenir ce que je veux.
On est encore que deux, mais nous seront bientôt trois, quatre, des centaines… Et tous ensembles, on se rebellera contre toi. On sortira de là, quitte à avoir l’air con en le faisant. On sera quand même bien assez fiers, ne t’en fais pas.


avatar
Akane Ueno
Être une femme libérée tu sais c'est pas si facile

Fiche de personnage
Âge: 18 ans
Origine(s): Japonaise
Nombres d'effractions : 1

Être une femme libérée tu sais c'est pas si facile

Féminin Messages : 186
Date d'inscription : 15/09/2016
Appartement : Appartemment 3, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faites du bruit. [Rozetta Kuchinashi]

Message par Liberty le Jeu 4 Jan - 6:41


Faites du bruit.
feat. Akane Ueno et Rozetta Kuchinashi
Liberty se téléporte en face de vous. Elle a l'air exaspéré.

Rozetta
Liberty tourne la tête vers toi en premier.
« Mlle Kuchinashi, dit-elle, je vous serais gré de ne pas vous laisser influencer par la colère de Mlle Ueno. »
Elle tourne ensuite la tête vers Akane et ne regarde plus qu'elle.

Akane
Après avoir parlé à Rozetta, Liberty te regarde intensément et lève le doigt. Tu ne peux plus parler.
« Mlle Ueno, je vous ai déjà dit ne pas souhaiter avoir à vous punir. Si vous n’êtes pas contente, nous pouvez en discuter – mais pensez-vous vraiment qu’il est bien poli de hurler des horreurs au milieu de la voie publique… et d’inciter des passants à vous suivre ? »
Elle ne prend pas la peine de regarder Rozetta, mais tu sais que c'est d'elle qu'elle parle.
« Je suis plus que prête à vous rendre votre voix si vous acceptez de cesser vos insultes. Vous serait-il possible de hocher la tête pour m'indiquer que vous êtes prête à vous calmer ? »

Liberty fait un pas un arrière et vous regarde toutes les deux. Elle adresse un regard inquiet à Rozetta, mais n'ajoute rien de plus.
Si Akane accepte de se taire, elle lui rendra immédiatement sa voix. Si Rozetta décide de réagir d'une certaine manière, Liberty se concentrera beaucoup plus sur elle.
avatar
Liberty
IA réaliste


IA réaliste

Messages : 106
Date d'inscription : 05/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faites du bruit. [Rozetta Kuchinashi]

Message par Rozetta Kuchinashi le Jeu 4 Jan - 14:06


Faites du bruit! - ft. Akane Ueno

Une main se posa sur l'épaule de Rozetta. C'était elle, la jeune fille qui criait. Rozetta se sentit honorée d'être acceptée comme alliée de rébellion par les insultes sur la place et elle eut une moue de satisfaction. Les cris de la jeune fille aux couettes reprirent, accompagnés de l'encouragement mental de la petite poète.

«JE SUIS PAS PRÊTE À RUINER MA VIE, MON CASIER JUDICIAIRE ET MON ÉTAT PSYCHOLOGIQUE JUSTE PARCE QUE J’AI TUÉ UNE MEUF MÊME PAS EN VIE MAIS JE SUIS PRÊTE À DÉCHIRER TOUS TES LIVRES PRÉFÉRÉS SI TU N’ES PAS SYMPA AVEC MOI !»

Rozetta avait envie de crier, de sauter partout et de tout foutre en l'air ! Oui, elles allaient se rebeller, tout détruire, même Liberty, et ses codes ne seront plus rien face à la colère de milliers de prisonniers dans une ville virtuelle ! La jeune fille lâcha son épaule et serra les poings à son tour. On les regardait, mais peut être que quelqu'un allait les rejoindre, comme Rozetta avait fait !

«ENSUITE JE LIGUERAI TOUS LES HABITANTS DE TA VILLE POURRIE CONTRE TOI ! ET ENSEMBLE ON TE DÉTRUIRA, JE FERAI TOUT POUR QUE ÇA ARRIVE !»

Oui, tout le monde finirait par se rendre compte qu'ils ne pouvaient pas vivre égoïstement ici alors que dehors la guerre régnait encore ! Elles allaient sortir, oui, avec tout le monde, et Liberty ne serait plus qu'un bug, un bug dont même les développeurs ne voudraient plus et- Tiens quand on parle du loup... Liberty s'était téléportées juste devant les deux jeunes filles, elle avait un air énervé, bien joué le modeleur 3D. Elle fit taire la nouvelle idole de Rozetta et regarda la jeune poète.

«Mlle Kuchinashi, je vous serais gré de ne pas vous laisser influencer par la colère de Mlle Ueno.»

Alors elle s'appelait Ueno... Ueno... C'était un joli nom, japonais, comme elle ! En revanche, Liberty faisait la morale à cette fille qui l'inspirait et elle n'allait pas laisser passer ça. Elle ne s'était pas laissée influencer, non, elle partageait juste les mêmes idées qu'elle ! Et ce n'était pas parce qu'elle avait seulement 15 ans qu'il fallait la regarder avec cet air de chien battu. Rozetta fronça les sourcils et lui lança, d'un ton acerbe :

«Un jour je te ferai brûler et ce jour-là tu pourras plus nous empêcher de faire quoi que ce soit.»

Elle lui jeta un regard noir, plein de haine. Jamais elle ne s'était sentie si furieuse. Elle serra à nouveau les poings, décidément, elle allait finir par rester poings serrés et les ongles plantés dans sa paume si ça continuait.

«Je ne me laisse pas influencer, non, je te déteste Liberty. Toi et ton programme.»

Enfin, pouvoir dire ce qu'elle pensait vraiment à cette idiote de Liberty ! Quel merveilleux sentiment ! Néanmoins elle allait sûrement être punie.
avatar
Rozetta Kuchinashi
Rebel

Fiche de personnage
Âge: 16 ans
Origine(s): Kanagawa, Japon
Nombres d'effractions : 2

Rebel

Féminin Messages : 103
Date d'inscription : 26/10/2017
Appartement : Appartement 3, Résidence B

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faites du bruit. [Rozetta Kuchinashi]

Message par Akane Ueno le Dim 7 Jan - 18:29




   Akane & Rozetta

Faites du bruit.
  Liberty apparaît enfin. À peine s’est-elle téléportée face à nous, je me tais et la fixe, surveillant ses mouvements, analysant son attitude.
L’air d’une mère exaspérée par ses sales gamins, elle s’adresse d’abord à la jeune inconnue.
« Mlle Kuchinashi, je vous serais gré de ne pas vous laisser influencer par la colère de Mlle Ueno. » dit-elle.
Je jette un coup d’œil à la demoiselle en question ; Kuchinashi est son nom, je ne l’avais jamais entendu auparavant. Il semblerait qu’elle soit japonaise, elle aussi, mais je pense qu’il est un peu tôt pour en définir que seuls les japonais sont aptes à se rebeller. Quoiqu’il en soit, je n’ai malheureusement pas le temps de m’attarder sur elle – c’est Liberty, une fois de plus, qui m’intéresse, et je dois me concentrer sur ce qu’elle fait.
Elle me regarde et lève le doigt, je ne sais pas pourquoi, avant de me parler :
« Mlle Ueno, je vous ai déjà dit ne pas souhaiter avoir à vous punir. Si vous n’êtes pas contente, nous pouvez en discuter – mais pensez-vous vraiment qu’il est bien poli de hurler des horreurs au milieu de la voie publique… et d’inciter des passants à vous suivre ? »
Elle me donne envie de rire. Elle m’a l’air innocent d’une manière rafraichissante, on dirait qu’elle a des principes et qu’elle se cache derrière eux alors que Dieu sait qu’elle n’a pas la capacité de réfléchir. Elle me parle d’inciter des passants à me suivre, mais je n’ai rien fait de particulier à ce sujet, j’ai crié toute seule moi ! Et j’ai l’impression que ce fait-là la dérange plus que le fait pur et simple que je l’insulte. Peut-être, voire sûrement a-t-elle réalisé que si je liguais les gens contre elle, elle serait en danger… Je me demande s’il y a quelque chose qu’elle puisse faire contre cela.
« Je suis plus que prête à vous rendre votre voix si vous acceptez de cesser vos insultes. Vous serait-il possible de hocher la tête pour m'indiquer que vous êtes prête à vous calmer ? » continue-t-elle.
Ma voix ? Que je hoche la tête ? J’essaie de dire quelque chose, juste pour voir.
« … »
Ah.

  Une jeune fille attrape un jeune homme par le col. Elle lui détruit le faciès et le jette sur son camarade choqué à côté.
Elle n’a pas le temps de s’en prendre au suivant ; la police arrive.
La police est arrivée, elle les a emmenés. Les jeunes hommes seulement, pas elle. Elle, elle n’a rien fait.
Elle n’a rien fait d’autre que vaguement les blesser, alors qu’elle comptait les tuer.
La police est partie, seuls des inconnus sont assez près pour l’entendre. La jeune fille crie
« VOUS CRÈVEREZ ! »
Elle hurle
« VOUS BRÛLEREZ ! JE VOUS FERAI BRÛLER ! VOUS ALLEZ TOUS MOURIR ET VOUS ALLEZ SOUFFRIR ET VOUS LE MÉRITEREZ ! »
Les gens la fixent, elle est bizarre aujourd’hui, elle est si calme d’habitude, mais elle s’égosille
« SALES CONNARDS DE MERDE, JE NE VOUS LAISSERAI PAS VIVRE ! »
Elle ne pleure même pas, ils se demandent ce qu’il lui arrive. Étrangement, elle est bien seule aujourd’hui…

  Il semblerait que Liberty m’ait encore pris ma précieuse voix. Je trouve ses méthodes un peu redondantes, elles manquent d’originalité ; moi, au moins, je change de technique à chaque fois quand je m’en prends à elle. Elle pourrait au moins me faire l’honneur de faire quelques efforts pour ses punitions, quand elle voit tous ceux que je fais pour elle, pour attirer son attention !
Je n’ai pas tout à fait le temps de réaliser ce qu’il m’arrive, moins encore de réfléchir à un plan d’action, que la jeune fille lève la voix.
« Un jour je te ferai brûler et ce jour-là tu pourras plus nous empêcher de faire quoi que ce soit. » commence-t-elle…
Je la regarde pour de bon cette fois-ci, elle m’intéresse. Sa voix est si douce, si délicate maintenant qu’elle parle, mais ses paroles sont si violentes… Je me sens presque coupable d’avoir poussé une personne si mignonne à gaspiller sa salive pour des saletés. Je me dis un instant que j’aurais dû garder ce travail pour moi, que je suis prête à salir mon image, pas celle des autres, mais je me rappelle que Liberty aime bien me faire taire ; évidemment que j’ai besoin d’aide.
Mlle Kuchinashi a l’air furieux et elle la regarde comme si elle allait la tuer. Elle a beau être si petite, elle a l’air sérieux – je suis impressionnée par sa détermination, tout autant que je suis désolée qu’elle ait à en venir à là. Ce n’est pas ma faute, bien évidemment, mais celle du programme ; tout ce que ça me fait penser, c’est qu’on devrait déjà être sortis.
« Je ne me laisse pas influencer, non, je te déteste Liberty. Toi et ton programme. » termine-t-elle.
C’est un sentiment que je peux comprendre. Non, il faut que j’arrête de penser des bêtises : c’est un sentiment que je comprends.
Si Liberty n’est pas à l’origine du programme, elle met en place ses règles, et sa manière de me punir est horriblement agaçante. Pourquoi devrais-je m’inquiéter de ce qu’elle est vraiment, de ce qu’elle ressent ? Ce n’est qu’un robot, qu’une image, que je dois détruire pour atteindre le prochain niveau. Je me fiche de la blesser, je me fiche de ce sur quoi ou qui elle est basée ; elle est le programme, et je ferai tout contre ce programme. Donc oui, je déteste Liberty, moi aussi.
Je retourne la tête pour la regarder directement. Je ne risque pas de hocher la tête. Petite comme je suis, je lève mon majeur droit, et je la fixe de mon air le plus sérieux. La voilà, ma réponse, si tu me prends la voix, je répondrai avec les poings.
Si tu veux te battre contre moi, ça ne me dérangera pas.
Ce n’est pas comme la dernière fois, je ne sens pas la moindre adrénaline prendre le dessus aujourd’hui. Je suis on ne peut plus sérieux, et il semblerait que j’aie finalement complètement assumé le ridicule dont j’ai besoin pour être sérieuse dans cette situation.

avatar
Akane Ueno
Être une femme libérée tu sais c'est pas si facile

Fiche de personnage
Âge: 18 ans
Origine(s): Japonaise
Nombres d'effractions : 1

Être une femme libérée tu sais c'est pas si facile

Féminin Messages : 186
Date d'inscription : 15/09/2016
Appartement : Appartemment 3, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faites du bruit. [Rozetta Kuchinashi]

Message par Liberty le Dim 7 Jan - 18:50


Faites du bruit.
feat. Akane Ueno et Rozetta Kuchinashi
Rozetta
Liberty te regarde d'abord d'un air étonné, puis elle fronce les sourcils et te regarde droit dans les yeux. Elle a un de ces airs d'une maman qui a beau t'aimer, est sincèrement en colère contre toi.
« Mademoiselle, bien que je comprenne votre désaccord avec le fonctionnement de notre programme, je trouve vaines vos insultes envers moi. »
Son visage devient plus calme, bien qu'il reste très sérieux. Elle croise les bras et a l'air d'essayer de redevenir paisible malgré la situation.
« Concrètement, je ne vous ai rien fait... Et j'ai des ordres à suivre, moi aussi, vous savez. »

Akane
À ce moment-là elle se retourne vers toi et regarde vaguement ton geste avant de relever la tête et te regarder dans les yeux comme si de rien n'était.
« Je suppose que vous, je vous ai déjà punie une fois, et me vois forcée à commencer une nouvelle fois... Mais c'est loin d'être un plaisir, Mlle Ueno. »

Elle recule d'un pas et vous regarde l'une et l'autre à la suite, avant de vous annoncer :
« Je suis disposée à écouter vos plaintes en privé si vous en avez. Je vous demanderai juste de ne pas déranger votre entourage ainsi. »
Elle relève le doigt avant de se tenir les deux mains comme si elle faisait un accord avec vous. Akane peut à nouveau parler si elle le souhaite.
avatar
Liberty
IA réaliste


IA réaliste

Messages : 106
Date d'inscription : 05/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faites du bruit. [Rozetta Kuchinashi]

Message par Rozetta Kuchinashi le Dim 11 Fév - 14:29


Faites du bruit! - ft. Akane Ueno

Rozetta pouffa de rire en voyant le majeur de Akane se lever fièrement en direction de Liberty. On pouvait leur retirer la voix, tout ce qu'on voulait, mais jamais leur liberté de penser, et c'était un don inestimable que Rozetta chérissait de tout son coeur et avait envie de partager avec cette Rebel qu'elle admirait après un seul échange. Elle aurait bien aimé entendre à nouveau des insultes de la jeune Ueno, mais ce foutu programme l'en empêchait. Liberty reprit la parole.

«Mademoiselle, bien que je comprenne votre désaccord avec le fonctionnement de notre programme, je trouve vaines vos insultes envers moi. Concrètement, je ne vous ai rien fait... Et j'ai des ordres à suivre, moi aussi, vous savez.»

Elle n'eut pas le temps de répondre, elle s'adressa à Akane. Non mais pour qui elle se prenait, si elle voulait avoir une conversation avec Rozetta alors il fallait la tenir jusqu'au bout ! La jeune poète serra les poings, si elle n'avait pas été si petite elle l'aurait bien frappée en plein visage mais malheureusement, même sur la pointe des pieds, elle aurait du mal à le faire. Elle se contentait d'écouter Liberty déblatérer des bêtises dont elle n'en avait rien à faire en lui lançant un regard plus noir que la haine incarnée.

«Je suis disposée à écouter vos plaintes en privé si vous en avez. Je vous demanderai juste de ne pas déranger votre entourage ainsi.»

C'était la goutte qui fit déborder le vase pour Rozetta, elle releva fièrement la tête et gronda de sa petite voix d'habitude si calme et douce :

«Pourquoi on irait te parler ?! T'es pas réelle, tu as pas de famille, pas de sentiments, tu sais pas ce que ça fait d'être coincé ici !»

Elle tapa du pied à plusieurs reprises, les pensées se bousculaient dans sa tête, elle avait tant de choses à dire, tant de choses sur le coeur qui lui faisaient mal et qu'elle n'avait jamais pu laisser partir. Elle voulait juste sortir du programme et la série de codes qui l'en empêchait se trouvait pile devant elle, alors elle en profita. Mais sa colère était si forte, si intense, que Rozetta ne remarqua pas sa voix qui se brisa et les larmes qui commencèrent à perler au coin de ses yeux.

«Toi y'a personne qui t'attend dehors ! Moi si ! Je dois retrouver des gens ! Je veux pas rester dans ton stupide programme inutile ! J'y foutrai le feu et je te détruirai moi-même ! »

Elle renifla, les épaules tremblantes. Ah, ça faisait du bien. Dire qu'elle n'avait dit ça à personne depuis qu'elle était arrivée ici. Des fois les poèmes ne suffisaient pas à calmer son petit coeur troublé et rempli de haine.
avatar
Rozetta Kuchinashi
Rebel

Fiche de personnage
Âge: 16 ans
Origine(s): Kanagawa, Japon
Nombres d'effractions : 2

Rebel

Féminin Messages : 103
Date d'inscription : 26/10/2017
Appartement : Appartement 3, Résidence B

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faites du bruit. [Rozetta Kuchinashi]

Message par Akane Ueno le Ven 16 Fév - 22:23




   Akane & Rozetta

Faites du bruit.
Ayant répondu à la jeune fille, Liberty se tourne vers moi et regarde vaguement mon doigt fièrement levé vers-elle ; à mon grand désarroi pourtant, elle ne réagit pas, et continue à me parler comme si de rien n’était. Peut-être qu’elle ne sait pas ce que ce geste signifie… Ce ne serait pas surprenant, après tout, puisque c’est une insulte appartenant à une culture humaine qu’elle n’a pas. Je suis bien déçue de ne pas l’avoir plus vexée que ça, mais je ne vais pas en faire une affaire – je n’ai qu’à le considérer comme un test de ses connaissances qui a abouti sur une négation. Admettant qu’elle n’ait pas juste ignoré l’insulte comme une diva, ça peut m’indiquer un minimum jusqu’à quoi s’étend sa connaissance de l’humanité et ses manières. Je suis sûre que ça me servira un jour. Si j’ai de la chance. Éventuellement.
Bon.
« Je suppose que vous, je vous ai déjà punie une fois, et me vois forcée à commencer une nouvelle fois... Mais c'est loin d'être un plaisir, Mlle Ueno. »
Elle parlait de ne rien nous avoir fait. Je note qu’elle a au moins l’intelligence de ne pas prétendre qu’elle ne m’a pas bien fait chier au moins une fois, et de se rendre compte que ses punitions à répétition ne peuvent qu’empirer les choses, mais la voir parler avec cette pseudo-sincérité me fait me poser bien des questions.
Tout simplement… Est-ce qu’elle peut avoir une sincérité ? A-t-elle été programmée pour dire un certain nombre de choses dans un certain nombre de situations, ou est-elle réellement capable de réfléchir jusqu’à un certain degré ? Analyse-t-elle les informations ou les répète-t-elle ? Il est facile de prétendre qu’une intelligence artificielle est à la pointe de la technologie à des gens qui n’y connaissent rien en informatique, mais en même temps, elle ne m’a pas l’air raté. J’aimerais bien savoir comment Liberty fonctionne réellement, non-seulement pour mieux la détruire, mais aussi par pure curiosité. Je ne peux pas cacher qu’elle ressemble vraiment à une personne, et ça me rend vraiment confuse. Quelque part, je me dis qu’elle aurait pu m’impressionner si elle n’avait pas été aussi conne.
Aussi… impersonnelle. Pliée aux règles… Peut-être est-ce ma preuve qu’elle ne peut pas réfléchir. Elle respecte les lois à la lettre et punit sans pitié, malgré son air faussement gentil. Une partie de moi se dit « pauvre Liberty ». Pauvre Liberty, d’être aussi nulle, alors qu’elle n’a rien demandé.
Mais je ne peux pas me permettre d’avoir pitié. Je n’ai rien demandé non-plus, Mlle Kuchinashi n’a rien demandé non-plus, tous ces gens autour de nous n’ont rien demandé non-plus – et nous, contrairement à elle, avons une vie, des sentiments, des choses et des gens qu’on aime à qui on a été enlevés.
Et nous, contrairement à elle, avons peur.
Elle recule d’une manière théâtrale et nous regarde une par une comme si elle ne savait pas où donner de la tête avant d’ajouter :
« Je suis disposée à écouter vos plaintes en privé si vous en avez. Je vous demanderai juste de ne pas déranger votre entourage ainsi. »
Elle a l’air innocent quand elle tape ses deux mains et nous regarde en attendant une réponse. Innocent, et pourtant si faux, ça me rend malade. J’ai envie de la frapper, mais mon cœur m’en retient.
J’ai l’impression que c’est une enfant…
« Pourquoi on irait te parler ?! T'es pas réelle, tu as pas de famille, pas de sentiments, tu sais pas ce que ça fait d'être coincé ici ! »
La voix de la jeune fille me tire de mes pensées. Je répète ce qu’elle vient de dire dans mon esprit pour être sûre de ne rien rater, et je la regarde en clignant des yeux, comme si j’avais été réveillée d’une crise de somnambulisme.
Elle est terriblement en colère, et elle ne se laissera pas taire, cette petite. Elle aussi, elle me rappelle une enfant, mais quand je la vois mon cœur bat plus qu’il ne se serre – cette envie de vivre, ce vœu de se battre contre l’oppression, ça fait plaisir, et presque, ça me réveille.
« Toi y'a personne qui t'attend dehors ! Moi si ! Je dois retrouver des gens ! Je veux pas rester dans ton stupide programme inutile ! J'y foutrai le feu et je te détruirai moi-même ! »
Elle pleure, maintenant, prise par la frustration et la colère, et je ne peux m’empêcher de lâcher un petit sourire peiné. En plus elle a raison, il n’y a rien que je puisse ajouter…
Ah… C’est si dommage que ses belles paroles soient prononcées dans le vide.
« Doucement, voyons, tu vas me la vexer. »
Je le dis doucement, j’ai plus envie de la rassurer que j’ai envie de m’en prendre à cette intelligence artificielle inutile dont tout le monde devrait se moquer. Je ne réfléchis même pas avant de commencer à parler, et il me faut quelques secondes de réflexion pour réaliser que j’ai retrouvé ma voix.
Hm. Je ne sais pas quoi en penser. C’est sans importance, de toute manière, si je cherche trop de logique dans le comportement d’un programme sans cœur, je peux y rester pour encore longtemps.
Je ne sais plus quoi lui dire, à Liberty. Je pense que la jeune fille a assez bien résumé les sentiments de qui que ce soit d’enfermé ici, et surtout je pense que ça ne sert à rien de lui donner trop d’attention. Avoir des sentiments, face à elle, est complètement vain – elle ne pourra jamais les comprendre, et elle ne les vaut pas.
« Tu ne vaux pas notre peine, Liberty. »
Je retrouve de la hargne dans ma voix quand je dis ça. Je me sens m’emplir d’une envie de me battre qui dépasse tout ce que j’ai ressenti jusque-là.
« Tu ne vaux pas notre haine. »
Je la regarde dans les yeux. Je m’avance d’un pas vers elle. Je ne compte pas avoir la moindre pitié.
« Je n’aurai pas plus de sentiments que tu n’en as quand je te détruirai. »
Et je la regarde un instant dans les yeux, les sourcils froncés – puis je ne sais pas trop pourquoi, sans même y avoir pensé, j’éclate de rire en reculant d’un pas. Je n’ai pas ri aussi sincèrement depuis longtemps, et je suis surprise de ne pas m’entendre la moindre cruauté, un rire pur et simple, mes nerfs qui craquent, peut-être, mais je ne me sens pas mal.
« Allez ! »
Allez, ça ne veut rien dire, je me crois peut-être à un concert pour lever les foules ? Je m’en fiche. Je vis, j’existe, je ris, et je compte bien continuer à le faire pendant encore longtemps.

avatar
Akane Ueno
Être une femme libérée tu sais c'est pas si facile

Fiche de personnage
Âge: 18 ans
Origine(s): Japonaise
Nombres d'effractions : 1

Être une femme libérée tu sais c'est pas si facile

Féminin Messages : 186
Date d'inscription : 15/09/2016
Appartement : Appartemment 3, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faites du bruit. [Rozetta Kuchinashi]

Message par Liberty le Ven 16 Fév - 22:45


Faites du bruit.
feat. Akane Ueno et Rozetta Kuchinashi
Rozetta
Liberty te regarde sans un mot, l'air troublé. Si ses yeux n'expriment rien, son attitude et son expression lui donnent l'air d'être grandement touchée par tes paroles. Elle remue la tête sans rien dire de plus quand tu as fini de parler, et tourne vivement la tête vers Akane quand elle l'entend parler.

Akane
Liberty fronce les sourcils à l'entente de ta première phrase mais pas pour longtemps, récupérant rapidement son expression troublée. Elle vire vers un air choqué pendant que tu t'exprimes, puis ferme les yeux en remuant la tête.

Elle reste les yeux fermés quelques secondes avant de les rouvrir et ne vous regarder ni l'une ni l'autre. Ses sourcils se froncent, sa bouche se crispe.
« Je suis fort déçue que tel soit votre point de vue du programme. »
Elle baisse légèrement la tête, regardant le sol avant d'ajouter :
« Je peux supposer que la séparation peut vous faire souffrir... Mais le but était que ce que vous en gagniez soit plus fort que cela. »
Elle relève la tête en reprenant un air calme, et vous regarde à nouveau une par une.
« Votre arrivée est encore récente, il est normale que vous soyez troublées. Donnez au programme une chance, encore un petit peu de temps, et vous verrez qu'il y a beaucoup de bon à être ici. »
Elle donne l'air de se forcer à sourire et recule d'un pas avant de dire :
« Mesdemoiselles, je vous fais confiance pour prendre votre mal en patience, au moins assez pour vous calmer à présent. Je le répète, si quelque chose ne va pas, vous pouvez me contacter. Je vous laisse tranquilles, pensez à bien vous reposer. »
Et elle disparaît.
avatar
Liberty
IA réaliste


IA réaliste

Messages : 106
Date d'inscription : 05/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faites du bruit. [Rozetta Kuchinashi]

Message par Rozetta Kuchinashi le Mer 4 Avr - 12:10


Faites du bruit! - ft. Akane Ueno

Rozetta se délectait de l'expression troublée et triste ornant le faux visage de Liberty. Et oui, ton programme n'est pas sans faille, en voilà deux qui n'en sont pas satisfaites, représentant d'autres personnes encore qui ne souhaitent que voir Newwell brûler en Enfer ou disparaître pour pouvoir rentrer chez eux et revoir leurs proches et leur famille.

«Votre arrivée est encore récente, il est normale que vous soyez troublées. Donnez au programme une chance, encore un petit peu de temps, et vous verrez qu'il y a beaucoup de bon à être ici.»

Elle eut une grimace de dégoût. Du bon à être ici? A part rassembler plus de gens pour la faire tomber, elle et les humains qui ont créé ce monde ridicule? Non il n'y en a pas. Rozetta voulait sortir, voir Hisashi, pas restée enfermée dans une illusion ridicule pendant que son père disparu procure plus de soucis que tout au monde à sa mère désormais seule. Non, Liberty, tu ne peux pas comprendre la peine que ressentent les gens enfermés ici et tu ne la comprendras sans doute jamais. Ce n'est pas une série de codes qui te permettra d'égaler la conscience humaine et son inconscient.

«Mesdemoiselles, je vous fais confiance pour prendre votre mal en patience, au moins assez pour vous calmer à présent. Je le répète, si quelque chose ne va pas, vous pouvez me contacter. Je vous laisse tranquilles, pensez à bien vous reposer.»

Et elle disparut. Rozetta serra les poings, frustrée comme jamais. Elle en tremblait presque, elle aurait aimé lui mettre une bonne gifle et qu'on la bannisse de Newwell, qu'on la renvoie chez elle, sans rien demander. Mais non, comme d'habitude Liberty s'était envolée, pouf, laissant leurs questions sans réponse et leurs insultes impunies. Les passants avaient repris une activité normale, laissant les deux jeunes filles plantées au milieu de la place, comme deux fleurs. C'étaient de belles fleurs, brûlant de rage, mais tout de même très belles.

«Quelle faible. Non seulement elle fait semblant de ressentir des émotions pour s'attirer notre pitié, mais en plus elle fuit.»

Elle écrasa une dernière larme. Oui, vraiment, elle était plus forte que ce foutu programme, elle en sortirait coûte que coûte, peu importent les punitions, peu importent les fuites de Liberty. Elle se tourna vers Akane et la dévisagea. Elle avait cette aura impressionnante qui donnait à Rozetta l'envie de se taire et de s'aplatir comme une crêpe pour se faire oublier mais elle l'attirait en même temps. Son courage et son idée d'insulter Liberty fascinaient la jeune poète.

«Tu vas faire quoi maintenant ?»

Elle tenta de sourire, faiblement, les yeux encore rougis de larmes. Mais elle voulait au moins faire un peu connaissance, maintenant qu'elle avait fait face à Liberty avec elle, elle avait envie d'en savoir plus sur celle qui l'avait poussée à sortir de sa coquille.
avatar
Rozetta Kuchinashi
Rebel

Fiche de personnage
Âge: 16 ans
Origine(s): Kanagawa, Japon
Nombres d'effractions : 2

Rebel

Féminin Messages : 103
Date d'inscription : 26/10/2017
Appartement : Appartement 3, Résidence B

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faites du bruit. [Rozetta Kuchinashi]

Message par Akane Ueno le Lun 23 Avr - 23:13




Akane & Rozetta

Faites du bruit.
Blablabla, je suis un programme triste, elle en a d’autres des comme ça ? Pourquoi fait-elle semblant d’hésiter si elle est à la pointe de la technologie ? On dirait qu’elle ne comprend même pas ce que sa propre existence signifie.
Tu me diras, on est beaucoup d’autres dans ce cas.
Elle nous parle de supposer, de ne pas être sûre, de ne pas s’est rendue compte, et je me demande si elle est si ratée ou si elle se moque de nous. Oh, si seulement il y avait un moyen de savoir, si seulement il y avait un moyen que quelque-chose chez elle s’exprime pour de vrai ! Mais nous sommes coincés avec une intelligence artificielle débile, et je suppose bien qu’elle ne nous aidera jamais vraiment.
Et pouf ! Elle disparaît.
« Oh vraiment, tu t’enfuis, maintenant ? » je me dis, et il semblerait que la jeune fille à côté de moi ait pensé la même chose :
« Quelle faible. Non seulement elle fait semblant de ressentir des émotions pour s'attirer notre pitié, mais en plus elle fuit. »
Je hoche la tête. Que nous ressentions exactement la même chose prouve bien le ridicule de Liberty. N’importe qui peut se rendre compte de ce qu’elle fait… Et ceux qui disent que les intelligences artificielles nous dépasseront un jour se trouveraient contredits en se trouvant face à elle. Voyez donc ; elle est si pathétique que je me suis retrouvée à avoir pitié d’elle l’espace d’un instant. J’en serais presque à me mettre à sa place et me dire que j’aimerais qu’elle ait été mieux faite.
Oh, maintenant que j’y pense, peut-être qu’une meilleure Liberty nous aurait rendu service. Pas que je pense qu’une intelligence implantée dans le programme pour nous pousser à l’aimer doive nous aider à nous rebeller contre, mais elle peut-être pu avoir une meilleure empathie pour nous encourager.
Liberty, Liberty est si Liberty que parfois elle nous aveugle, et nous oublions qu’elle est un petit peu moins notre ennemie que les créateurs du programme.
Réalisant qu’une fois de plus je suis en train de me perdre dans mes pensées – c’est qu’il y a beaucoup de choses à propos desquelles réfléchir quand on a un programme à détruire – je me tourne vers la jeune fille qui m’a aidée, et je remarque que ses larmes calmées, elle me regarde.
« Tu vas faire quoi maintenant ? » me demande-t-elle.
Je lui souris immédiatement. Bonne question, il faut que j’y pense. Je l’aime bien, elle.
« Prendre en compte tous les éléments de sa réaction et m’en servir pour réfléchir à un futur plan d’action. »
Je hausse tranquillement les épaules.
« Je n’ai pas vraiment d’autre choix. Et à part ça, je ne sais pas. »
Je la regarde dans les yeux un instant – elle est mignonne. Elle est en colère. Elle me plaît beaucoup, cette petite. Je ne peux m’empêcher de rire avant de lui demander avec enthousiasme :
« Et vous, mademoiselle Kuchinashi… Vous allez joindre la rébellion ? »
J’aurais beau rire, je suis sérieuse comme jamais, et je pense que mon regard insistant l’exprime un peu trop. Voyons, il faut bien s’y mettre ; nous n’avons pas de temps à perdre. Ces expériences sur Liberty sont déjà bien assez chiantes, je ne vais pas faire ça pour toujours.

avatar
Akane Ueno
Être une femme libérée tu sais c'est pas si facile

Fiche de personnage
Âge: 18 ans
Origine(s): Japonaise
Nombres d'effractions : 1

Être une femme libérée tu sais c'est pas si facile

Féminin Messages : 186
Date d'inscription : 15/09/2016
Appartement : Appartemment 3, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Faites du bruit. [Rozetta Kuchinashi]

Message par Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé



Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum