Nos amours

Membre du mois
https://i.imgur.com/cU5h73n.png

Voteur du mois
https://i.imgur.com/qwjm0ih.png

Ship du moment
https://i.imgur.com/V5oolqx.png
Credits

contexte, thème, organisation
© jadziajan

Il attend. [Seul]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Il attend. [Seul]

Message par Jan Lyons le Dim 12 Nov - 1:53


Il attend.
FT. LE HALL VIDE

Identité ?
J-A-N L-Y-O-N-S, Monsieur
Raison ?
Visite.
Identité de la personne visitée ?
A-K-I-R-O L-Y-N-N, Monsieur
Nous sommes désolés, mais les informations que vous avez rentrées ne vous permettent pas d’accéder à l’hôpital.
Il attend que le message disparaisse, et sans hésiter une seule seconde recommence à taper sur l’écran tactile.
Identité ?
J-A-N L-Y-O-N-S, Monsieur
Raison ?
Visite.
Identité de la personne visitée ?
A-K-I-R-O B-L-A-K-E, Monsieur
Nous sommes désolés, mais les informations que vous avez rentrées ne vous permettent pas d’accéder à l’hôpital.
Il prend sa tête entre ses mains. Il pense trop de choses à la fois, mais il n’arrive pas non plus à penser à quoi que ce soit. C’est indescriptible.
Il pourrait réessayer sans cesse quitte à ce que l’ordinateur surchauffe, mais il fait de son mieux pour s’en retenir. Comme d’habitude, après ces deux essais, il retourne s’assoir contre le mur près de l’entrée, de manière à ce qu’on ne puisse pas le voir au travers de la porte vitrée, sauf à un certain angle – il se relèvera dans quelques instants, quand il aura décidé qu’il est temps de réessayer.
Il sait qu’il ne s’agit pas d’un quelconque bug. Il est allé spécifiquement à la mairie, la veille, le demander à Liberty, et elle lui a expliqué que ce message s’afficherait tant qu’il ne serait pas possible de rendre visite à la personne concernée, mais qu’en l’occurrence elle était bel et bien dans l’hôpital. Il n’a pas su analyser le regard de l’intelligence artificielle à ce moment-là, et n’en a pas eu envie – tout ce qu’il voulait, c’était partir en courant pour essayer une fois encore de voir son ami.
Jan se sent si mal que c’est comme s’il ne sentait rien. Il a comme une impression de flotter constamment – pourtant il sait que ses pieds viennent d’être violemment ramenés sur Terre. Hier et ce matin, il a vaguement mangé pour le principe de survivre, puis il s’est précipité ici-même, et s’est jeté sur le même écran au milieu de la pièce, pour y rentrer les mêmes informations, et se manger le même refus. Il continuera ce manège-là autant de temps qu’il le faudra ; et il n’a pas besoin d’un réveil pour être levé et prêt à partir à 6h00 précises, puisque de toute manière il ne dort pas. À 6h02 peut-être, il est là, et à 23h59 il s’en va, après avoir essayé une dernière fois.
Que Liberty aille se faire foutre si elle vient faire la grimace.
Il est trop préoccupé pour avoir faim ou être fatigué. Il est presque trop préoccupé pour se battre avec lui-même - si la première après-midi qu’il a passée dans ce minuscule hall ses pensées bougeaient dans tous les sens, c’est comme si elles étaient à présent éteintes. Il se pose des moitiés de questions, parfois, beaucoup ressemblant à pourquoi, ou combien de temps, mais ne se précisant pas beaucoup plus. Il a, de toute manière, tout juste la force de se lever, taper les mêmes choses sur l’écran, puis se rassoir ; il ne sait pas s’il serait capable de vraiment rentrer dans l’hôpital si tout à coup il en avait la possibilité. Il croit que rien que le fait de savoir qu’Akiro est conscient lui suffirait – c’est faux.
Il se relève et se redirige vers l’espèce de machine au milieu de la pièce. Il est trop concentré sur ce qu’il fait pour entendre le triste tapement de ses doigts contre l’écran solide résonner dans la pièce vide.
C’est le troisième jour qu’il fait ça. Il serait bien capable de rester là sans cesse et d’en perdre le fil du temps, mais les règles du programme l’obligent à rentrer chez lui et prétendre dormir régulièrement – il se dit bien que ce n’est qu’une bonne chose et que c’est son comportement qui est destructif alors qu’il ne devrait pas, mais ce n’est que pour ne pas perdre le droit de rester dans l’entrée de l’hôpital toute la journée qu’il se plie aux règles.  
Bien qu’il l’ait vu des dizaines, voire des centaines de fois, il regarde toujours attentivement le message de la fin, à la recherche du détail qui tuerait – un « Nous sommes désolés, mais la personne que vous recherchez n’existe plus », par exemple.
Et que ferait-il s’il devait lire ça ?
Il le rejoindrait ?
« Ferme-la ! »
Ce n’est que quand il pense ça que ses autres pensées s’expriment clairement. Elles refusent de mourir parce que quelqu’un d’autre a fait le choix de mourir, et vraiment, il les comprend, mais…
Mais… Mais… Mais…
Nous sommes désolés, mais les informations que vous avez rentrées ne vous permettent pas d’accéder à l’hôpital.
Il retourne s’assoir. Il se laisserait volontiers tomber sur le sol pour y reposer sa tête et son cœur lourds de tous ses sentiments, mais étant donné le risque que qui que ce soit rentre dans le hall, il s’appuie de tout son poids en arrière, contre le mur. C’est tout ce qu’il peut faire pour sauver son image, puisqu’il ne se sent plus capable d’exprimer quoi que ce soit.
Il a constamment la nausée, mais ne le remarque que rarement. Il a conscience qu’il se sent mal, mais il ne sait pas quoi y faire, et ne cherche pas à y faire quoi que ce soit ; il veut juste que le temps passe et se concentre sur sa vitesse en attendant qu’enfin, la porte s’ouvre.
S’il était encore capable de jouer, il dirait à ceux qui veulent l’entendre qu’il est grandement peiné par la tentative de suicide d’Akiro, mais que puisqu’il ne peut rien y faire il ne tentera pas d’idioties, mais il est bien obligé d’accepter que le jeu est terminé. Il l’a senti se terminer à l’instant même où il a entendu dire que le corps de son ami avait été retrouvé ensanglanté sur la place, visiblement après une tentative de se tuer, et bien qu’il ait tenté de s’y raccrocher, la nouvelle qu’il n’était pas mort sur le coup ne l’a pas relancé.
Il ne se souvient plus bien de sa réaction sur le coup. Il croit qu’il a dit quelque chose de correct, pour la forme, et qu’il a tenté de s’en aller au plus vite… Et qu’il s’est probablement jeté ici.
Quelques personnes sont passées entre temps. Certaines l’ignorant, certaines ne le voyant tout simplement pas. La porte s’est ouverte pour elles, et il a pensé à essayer de passer avec eux, mais il sait très bien que ça ne sert à rien, que le programme est bien trop efficace, et que même s’il y arrivait, trouver Akiro inconscient ne le mènerait à rien….
Mais peut-être essaiera-t-il la prochaine fois. Sûrement, même. Il ne peut laisser aucune chance passer.
Il attend. Il attend. Il attend.
Il ne sait pas quoi faire d’autre.
Ses pensées ont essayé de lui dire d’ignorer tout ça, de vivre sa vie comme d’habitude, que ça n’apporterait rien de rester là… qu’il n’y avait pas de raison de s’en faire autant, que ce n’était qu’une personne comme une autre, et que maintenant c’était trop tard de toute manière… Mais n’a-t-il pas de toute manière décidé de ne pas les écouter ? Et quoiqu’il arrive, il n’est pas capable de faire quoi que ce soit d’autre. Il veut que la porte s’ouvre devant lui. Il veut savoir qu’Akiro va bien, et il veut le voir, et il se moque bien des raisons pour cela, il y réfléchira plus tard.
Il ne sait pas ce qu’il fera s’il le voit. Il veut le serrer contre lui et ne plus le laisser partir, ou lui hurler dessus, ou partir après s’être assuré de son minimum de bien-être. Il ne sait pas. Il verra.
Il veut juste pouvoir passer.
Il commence à se relever, mais s’en retient. Ça ne fait pas assez longtemps, ça ne servirait à rien – ou du moins c’est ce dont il essaie de se convaincre.
« Désolé », se dit-il.
Quoiqu’il ne se le dise pas vraiment. Il ne fait que relire dans son esprit le dernier message qu’il a reçu du rouquin ; un message d’un seul mot, sans ponctuation ou explication, après des jours sans avoir répondu aux siens.
« J’aimerais bien de tes nouvelles… »
Jan déteste le fait qu’il ait dû violer son ego pour se laisser envoyer ça. Peut-être que s’il avait été plus sincère, Akiro n’aurait pas voulu se suicider.
Quoique sa vie ne puisse pas dépendre de ce qu’a pu faire quelqu’un comme lui… Tout comme ce qu’a pu faire quelqu’un comme Akiro ne peut pas changer sa propre vie…
Ça ne devrait pas être le cas.
Mais tant pis. Si ça peut calmer son malaise constant, il attendra autant de temps qu’il faudra jusqu’à enfin avoir les nouvelles qu’il veut entendre ou, en l’occurrence, lire. Et maintenant, voir le visage du rouquin n’est plus une envie, mais une nécessité.
Il peut partir de bien des villes, des écoles ou des pays, mais de la vie…
Il peut, il est vrai.
Et ce n’est pas Jan qui va l’en empêcher.
Ce n’est pas Jan qui va l’en empêcher, à rester assis dans un hall avec une énorme envie de vomir, et ne pas se rendre compte qu’il tremble nerveusement, alors que c’est déjà trop tard.

_________________
❝ Blocked by the voice of a demon inside ❞
           Jan Lyons
avatar
Jan Lyons
Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Fiche de personnage
Âge: 17 ans
Origine(s): Anglais/Français
Nombres d'effractions : 1

Jan Lyons
Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Masculin Messages : 331
Date d'inscription : 10/08/2016
Appartement : Appartement 1, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur http://newwell-city.actifforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum