Nos amours

Membre du mois
https://i.imgur.com/cU5h73n.png

Voteur du mois
https://i.imgur.com/qwjm0ih.png

Ship du moment
https://i.imgur.com/V5oolqx.png
Credits

contexte, thème, organisation
© jadziajan

Tu n'en as pas besoin. [Arya Blackwood]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tu n'en as pas besoin. [Arya Blackwood]

Message par Jan Lyons le Ven 1 Sep - 4:31


Tu n'en as pas besoin.
FT. ARYA BLACKWOOD

Comme toujours, il a préparé une liste de courses qu’il a bien rangée dans sa poche, mais il n’en a pas besoin ; il sait exactement ce dont il a besoin.
Une partie importante de la vie seul est de savoir s’organiser pour faire ses courses. Cela ne dérange absolument pas Jan ; quand il vivait avec son père, il faisait souvent des petites courses pour lui faire gagner du temps, bien que M. Lyons le père ait toujours préféré faire les plus grandes courses lui-même afin de ne pas déranger son jeune fils. À vrai dire, il ne trouve pas l’activité si déplaisante. Au moins, ça l’occupe – et puis il n’a pas de si grands besoins, aussi ne les fait-il pas si souvent que ça.
Comme il ne les a pas faites depuis un moment, parce que l’envie ne lui prenait pas, et qu’il avait encore de quoi faire, ses courses aujourd’hui sont un peu plus conséquentes que d’habitude. Comme il est très important qu’il prenne tout ce dont il a besoin, car il ne se verrait pas revenir, il prend son temps pour réfléchir et s’assurer de ne rien oublier.
Il a presque tout pris. Il semblerait que même ses achats soient parfaits ; un coup d’œil dans son panier montrerait qu’il a acheté exactement les choses dont il a besoin pour vivre, dans la quantité dont il en a besoin.  Jan ne se verrait pas faire des achats inutiles : ce serait gâcher, non pas de l’argent, mais la perfection voulue de sa vie.
Il ne lui manque plus que des céréales pour le petit-déjeuner, et ce sera bon, il pourra se diriger vers les caisses électroniques et s’en aller. Les courses n’ont été qu’améliorées par la suppression des caissières et caissiers, selon lui ; devoir interagir avec et sourire à quelqu’un qui le déteste tout autant que lui le méprise l’a toujours un peu fatigué. Il se fait donc presque un plaisir de pouvoir aller payer ses courses sans l’intervention de qui que ce soit, et se dirige tranquillement vers le rayon céréales, de son air neutre, ne se pressant spécifiquement pas afin de s’assurer de ne pas montrer sa joie anormale à devoir scanner ses articles tout seul.
« Oh, je pourrais acheter de la confiture de fraises, tant que j’y suis. », pense-t-il sans raison apparente sur son chemin.
Jan adore la confiture de fraises. À vrai dire, si on lui demande ce n’est que « quelque chose qu’il apprécie bien en petite quantité », mais s’il y a en ce monde une chose qu’il aime manger, c’est la confiture de fraises. Pour une raison ou pour une autre, il n’en a pas mangé depuis longtemps – maintenant qu’il y pense, puisqu’il ne manque pas d’argent, ce serait l’occasion d’en acheter.
« Non. » entend-t-il résonner dans son esprit.
« Comment ça, non ? »
« Tu n’en as pas besoin. »
« Non, mais j’en ai envie. Ça fait longtemps, ça ne me coûte r- »
«  Ta gueule. Ferme-la. Ferme-la. »
« Quoi »
« Je ne vois pas de raison pour acheter de la confiture. »
Jan se retient de peu d’exagérément lever les yeux au ciel ; une raison pour acheter de la confiture ! La manger, non ? Il tente de bloquer les pensées qui l’opposent en se concentrant sur les principales.
« Me faire plaisir pour une fois ne va pas me tuer. Il n’y a rien de mal à aimer une chose sucrée plus que les autres. Je vais pas devenir obèse parce que des fois je mange un goûter- »
« Ah, parce que monsieur veut s’offrir des goûters ? »
C’est un soupir qu’il retient cette fois-ci ; rien ne le fera taire, celui-là. Qu’est-ce qu’il a contre les goûters ? Il n’en mange jamais. Il n’en a probablement jamais mangé. Parce que l’autre lui dit de ne pas le faire – mais pourquoi ? Il est sûr que ça lui ferait plaisir. Parfois, il aimerait bien trouver des plaisirs plus plaisants que faire ses courses ou ne pas faire face à une caissière.
« … Ça va, ça va, j’en achète pas, c’est pas si important de toute façon. Si au moins tu la fermes… »
« Tch. »
« Eh, calme t-calmez v-calmez toi, calme vous »
Trois, maintenant ? Qui Jan doit-il prier pour qu’on le laisse faire ses courses tranquille ?
Il ne le sait pas, mais apparemment  il l’a déjà fait ; voilà le rayon qu’il cherchait. Fantastique ! Maintenant il pourra se concentrer sur des paquets de céréales. Si les autres pouvaient le voir, il leur monterait sa plus belle moue, mais puisqu’autour de lui il n’y a que les autres clients du magasin, il garde son air neutre et tranquille d’usage.
Il s’avance dans le rayon et cherche les céréales qu’il a l’habitude d’acheter. Il déteste cette méthode des magasins de toujours déplacer leurs articles d’une période à l’autre ; ils le font même dans ce programme où s’il y a une vraie économie, elle ne peut clairement pas être considérée capitaliste, et ça le force à traverser le rayon à chercher bêtement au lieu de se diriger directement vers ce qu’il sait très bien qu’il cherche et s’en aller aussi vite. Gaspiller du temps à chercher un article ne fait pas partie de son image de la perfection qu’il se doit de représenter ; mais là encore, se plaindre de choses triviales non plus, aussi ne dit-il rien, et se retient-il lui-même d’y penser.
Évidemment, ses céréales sont à l’étage le plus haut, celui qui fait mettre même des hommes grands sur la pointe des pieds, et nulle part ailleurs. Il hésite un instant à en prendre des plus faciles d’accès, mais il n’a pas envie de changer de ses habitudes, aussi se met-il sur la pointe des pieds pour attraper le paquet.
Ce faisant, il fait malencontreusement pencher son panier quasiment plein, et un paquet de riz en glisse et tombe sur le sol, mais il ne s’en rend pas compte. Lentement pour s’assurer de ne rien faire tomber – ironie du sort – il attrape les céréales par le bas et les tire vers lui.
Une fois cette idiotie finie, il pose le paquet attentivement dans son panier, et se prépare à s’en aller vers les caisses. Si c’est pour se donner en spectacle – car pour Jan, attraper un article en hauteur signifie se donner en spectacle – il devrait payer quelqu’un pour faire ses courses à sa place.
Mais ça ne serait pas extrêmement bien vu. C’est une mauvaise idée. Malheureusement.

_________________
❝ Blocked by the voice of a demon inside ❞
           Jan Lyons
avatar
Jan Lyons
Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Fiche de personnage
Âge: 17 ans
Origine(s): Anglais/Français
Nombres d'effractions : 1

Jan Lyons
Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Masculin Messages : 331
Date d'inscription : 10/08/2016
Appartement : Appartement 1, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur http://newwell-city.actifforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu n'en as pas besoin. [Arya Blackwood]

Message par Arya Blackwood le Sam 2 Sep - 14:08








Tu n'en as pas besoin.
Arya Blackwood | Jan Lyons








Pour une fois, Arya n'avait pas mis son bonnet, qui montrait ses cheveux colorés d'une drôle de façon. A vrai dire elle n'avait pas pris la peine de bien s'habiller, que voulez-vous, aller au centre commercial était plus une corvée qu'autre chose et une fois les courses faites et rangées, Arya avait l'habitude d'aller se recoucher. Un vieux débardeur, un vieux jean et une paire de bottines avaient suffit pour cette fois,
mais son bonnet avait décidé de se cacher et elle n'avait pas pris la peine de le chercher. Elle voulait en finir avec ses courses le plus vite possible, son frigo était vide depuis deux ou trois jours déjà.

Elle n'avait préparé aucune liste, elle le ferait au feeling, en fonction de ce qu'elle y verrait, peut être y aurait-il des promotions même. La jeune femme mangeait de tout, donc faire une liste n'était pas vraiment nécessaire, le plus important était le prix et celle-ci ne connaissait pas tous les prix du magasin par coeur. Malgré le fait que Arya mangeait à peu près tout ce qui existait au monde, excepté les salades de vers de terre que s'amusent à faire les enfants, elle ne prenait en général que des aliments mauvais pour la santé. Elle était dans un programme non ? Tout ce gras ne devrait pas influer sur son vrai corps... n'est-ce pas ? C'était ce qu'elle se disait pour ne pas culpabiliser. Après tout, le gras, c'est la vie, comme disait un grand philosophe, chevalier de Vannes, du Moyen Âge.

Arya traînait donc dans les rayons depuis une heure. Ou peut être deux. Et son panier était seulement à moitié rempli. Elle avait du mal à se décider entre les produits. De quoi aurait-elle le plus besoin ? Des cornichons ? Non, ça n'irait pas avec le pot de miel qu'elle avait pris. Des pâtes, du riz, mais quelques légumes aussi, ils avaient l'air bons et elle n'avait pas résisté à l'idée de manger quelque chose de healthy comme disaient toutes les pimbêches sur un populaire réseau de vidéos en ligne avant qu'elle ne soit transportée ici. Mais on voyait malgré tout dans son panier un pot de pâte à tartiner, peut être plus gros que le melon qu'elle avait pris, ou était-ce seulement l'impression qu'on avait ? Arya avait la chance d'avoir un métabolisme relativement rapide et ne prenait aucun gramme, alors elle se faisait plaisir. Elle sifflotait dans les rayons choppait des trucs au passage.

D'un coup, elle réalisa que cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas mangé de céréales. Des "crottes de lapin" comme les appelait son père lors de sa tendre enfance. Si elle mettait de la pâte à tartiner avec du miel sur ses céréales baignant dans du lait, serait-ce bon ? Elle décida de tenter et se rendit donc vers le rayon en question. Il y avait là un garçon, blond et grand auquel Arya ne fit pas tellement attention. Elle avait l'impression de l'avoir déjà vu, peut être même parlé ? Au moins entendu parler de lui sans doute. En tout cas, il semblait avoir du mal à attraper le paquet dont il avait besoin et Arya sourit en coin. Ces rayons sont parfois beaucoup trop hauts, qui avait eu cette idée ridicule ? Heureusement qu'elle était plutôt grande elle aussi.

Elle regardait les céréales, ne sachant pas lesquelles prendre. Chocolat en forme d'auréoles, ou alors des colorées avec des étoiles et des soucoupes volantes ? Ou juste de simples céréales, natures, dans lesquelles on met du sucre à volonté pour avoir ne serait-ce qu'un petit goût ? Le garçon parvint enfin à attraper son paquet, mais quelque chose était tombé de son panier. Il allait sûrement le ramasser, alors Arya retourna à sa réflexion. Est-ce que ces céréales au miel valaient vraiment le coup...?

Contrairement à ce qu'elle avait pensé, le garçon -ah oui, Jan ! ça y est elle se souvenait juste de son prénom, il était très populaire comme mec- partit sans ramasser le paquet tombé au sol. Arya le regarda s'éloigner et décida d'aller lui rendre. Elle ne voudrait pas que son repas de midi soit raté par une maladresse, ce serait trop triste ! Elle se jeta sur le paquet de riz au sol, il était déjà parti du rayon et se dirigeait sûrement vers les caisses automatiques. Arya se précipita au dehors du rayon, le repéra un peu sur sa gauche et cria:

«Hé mec ! T'as fait tomber ça !»

Elle agita le paquet de riz comme un drapeau blanc, espérant avoir attiré son attention.  



avatar
Arya Blackwood
True I once said I was better off just being dead, but I didn't know you yet.

Fiche de personnage
Âge: 18 ans
Origine(s): Oregon, USA
Nombres d'effractions : 0

Arya Blackwood
True I once said I was better off just being dead, but I didn't know you yet.

Féminin Messages : 78
Date d'inscription : 28/07/2017
Appartement : Résidence D - Appartement 2

Voir le profil de l'utilisateur http://mokonaj.deviantart.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu n'en as pas besoin. [Arya Blackwood]

Message par Jan Lyons le Mar 5 Sep - 4:55


Tu n'en as pas besoin.
FT. ARYA BLACKWOOD

Jan sort tranquillement du rayon, certain de n’avoir rien oublié, et espérant pouvoir à présent se diriger vers les caisses tranquillement – c’est-à-dire sans déranger ni être dérangé par la septième compagnie à l’intérieur de son crâne.
Cependant, il est persuadé d’être constamment poursuivi par une énorme poisse, aussi, quand il entend une voix insolente s’écrier derrière lui :
« Hé mec ! T'as fait tomber ça ! »
Il n’est pas surpris que ça s’adresse à lui.
Poussant un soupir si discret qu’à peine c’est fait, il a déjà l’impression qu’il n’est jamais sorti, il se retourne sans se presser, et aperçoit derrière lui une jeune fille semblant venir de s’arrêter, agitant un paquet de riz du bout de son bras, et le regardant lui, et personne d’autre.
Il regarde la jeune fille, puis le paquet de riz, puis son panier, puis le paquet de riz, puis son panier une fois encore; il se rend compte qu’effectivement, quelque chose y manque.
Il se retient parfaitement une moue exaspérée.
« Félicitations, tu n’es officiellement pas doué. »
« Ah. », prononce-t-il par réflexe.
Machinalement, il entame les quelques pas en avant qui le séparent de cette jeune fille dont il connaît effectivement le visage, mais pour qui il éprouve peu d’intérêt.
« Hey, est-ce qu’on peut affirmer officiellement quelque chose de négatif ? Ou est-ce que dans ce cas on devrait dire – tu es officiellement pas doué ? »
Il cligne des yeux, geste qui peut sembler des plus naturels, mais qui pour lui signifie un aimable hey, tu peux fermer ta gueule s’il-te-plaît ? adressé à ses pensées, puis il décide de détourner toutes son attention sur la personne vers qui il s’avance.
Il s’agit d’une certaine Arya Blackwood – effectivement, ils ne se connaissent que peu, mais les connaissances de Jan sont bien rarement balancées étant donné qu’il sait tout de ses « camarades » tandis qu’eux ne savent rien de lui (ou s’ils savent, c’est qu’ils pensent savoir). Il sait qu’elle est d’un an son aînée, et que ses deux amours dans la vie sont sa guitare et le programme à l’intérieur duquel elle vit – et c’est grâce à cet amour du programme qu’elle est quelqu’un qui ne peut en rien déranger la tranquillité du jeune homme qu’elle interpelle actuellement.
Il ne pense pas grand-chose d’elle, si ce n’est que le point auquel elle est réputée défendre leur lieu de vie lui semble exagéré ; mais cela ne le touche nullement et il a depuis longtemps fait le choix de ne pas se mêler de quelconque guéguerre à ce sujet.
Ayant d’abord conservé un air principalement neutre mais légèrement surpris, il sourit poliment à la jeune fille en tendant la main pour récupérer ce qui ne lui appartient pas encore tout à fait, puisqu’il ne l’a pas payé. S’il eût préféré qu’elle n’ait pas crié au risque d’attirer sur lui l’attention de quiconque, il ne peut s’en vouloir qu’à lui-même de ne pas avoir fait assez attention au contenu de son panier ; il ne voit donc pas la moindre bonne raison de lui montrer l’hostilité qui lui est, il le croit, naturelle.
« Oh, merci, lui dit-il. Je n’avais même pas remarqué qu’il n’était plus dans mon panier. »
Il reste bien sûr souriant, montrant un visage des plus respectueux et reconnaissants. Soucieux de justifier sa maladresse, il ajoute à cela :
« Il a dû glisser de mon panier quand j’ai essayé d’atteindre le rayon le plus haut. On se croit grand jusqu’au jour où ils placent nos céréales pile là où on ne peut pas les atteindre. »
Il ponctue sa phrase d’un de ces petits rires nasaux qui n’ont de rire que le nom, mais que tout le monde produit dans ce genre de situation, afin qu’il soit clair qu’il n’est pas réellement énervé par l’affaire, et ne fait que râler pour le principe de.
« Ah, parce que quand tu râles constamment c’est seulement pour le principe de râler ! »
Il repose presque délicatement le paquet de riz qu’il est sur le point d’acheter dans son panier, s’assurant qu’il ne soit pas en équilibre. Lui ne râle pas si souvent que ça, d’abord.
Ceci fait, il regarde de nouveau la jeune fille qui lui fait face, ne montrant nullement son empressement ou son énervement avec des insultes que seul lui sait proférer contre lui-même. Il attend qu’elle réponde, priant pour qu’elle ne lui sorte qu’une boutade inutile et s’en aille sans tacher sa réputation de « quelqu’un qui ne le dérange pas et ne touche même pas à son existence » dans son dossier mental. Pourtant, quelque chose lui dit que n’importe qui ici a un plus grand besoin social qu’une caissière, aussi ne s’en va-t-il pas aussi vite.

_________________
❝ Blocked by the voice of a demon inside ❞
           Jan Lyons
avatar
Jan Lyons
Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Fiche de personnage
Âge: 17 ans
Origine(s): Anglais/Français
Nombres d'effractions : 1

Jan Lyons
Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Masculin Messages : 331
Date d'inscription : 10/08/2016
Appartement : Appartement 1, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur http://newwell-city.actifforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu n'en as pas besoin. [Arya Blackwood]

Message par Arya Blackwood le Mar 5 Sep - 19:50








Tu n'en as pas besoin.
Arya Blackwood | Jan Lyons








Elle regarda Jan récupérer le paquet de riz et le reposer correctement dans son panier. Arya essaya d'analyser s'il pouvait tomber encore une fois, et apparemment non. Tant mieux, elle n'allait pas le ramasser une deuxième fois tout de même ou bien elle commencerait à penser que ce riz est hanté -mais non il s'avérait que le paquet n'avait pas de forme de lettre en particulier, que ce soit un T ou un O, c'était un bête pavé-. Arya conservait un petit sourire en coin, signe que l'individu en face d'elle n'avait aucune chance de devenir un de ses nombreux ennemis, et non pas qu'elle se moquait de lui ou de sa maladresse.

«Oh, merci. Je n’avais même pas remarqué qu’il n’était plus dans mon panier.»

Arya fit un signe de la main, vous savez ce genre de signe qui veut dire "meh t'en fais pas" ou "aucun problème" avec une petite moue de fierté. Elle avait aidé quelqu'un, et en était fière, même si ce n'était qu'un pauvre paquet de riz. Elle posa les mains sur les hanches et reporta son attention sur son interlocuteur, souriant, un sourire agréable qui donne envie de discuter.

«Il a dû glisser de mon panier quand j’ai essayé d’atteindre le rayon le plus haut. On se croit grand jusqu’au jour où ils placent nos céréales pile là où on ne peut pas les atteindre.»

Arya lâcha un petit rire décontracté à cette phrase. C'est vrai que ses produits favoris étaient toujours placés beaucoup trop haut pour elle, et pourtant elle n'était pas si petite. Mais les supermarchés et centre commerciaux se rebellaient apparemment contre leurs clients et avaient décidé de joindre leurs forces pour pourrir la vie des gens, et surtout des nains -est-ce que nous sommes de très grands nains ou les nains sont des humains très petits ?-.

Elle dévisagea son interlocuteur une fois de plus, à la recherche d'une blague à faire, ou d'une boutade à balancer ou bien quelque chose à dire qui ne mènerait pas à un instant MalaiseTV™. Son petit cerveau bouillonnait d'idées plus nulles les unes que les autres. Elle était habillée comme un sac et venait de se lever, quelle idée d'avoir une interaction sociale quand on a la tête dans le brouillard, elle avait automatiquement obtenu 75% de chances de dire un truc stupide ou complètement inutile. Mais elle devait dire quelque chose de toute façon, elle ne pouvait pas juste partir comme ça et ce n'était pas le bon timing pour dire "allez salut". Du moins, elle ne le sentait pas comme ça.

«Ouais, à croire que des gens font cette taille, c'est genre "si tu veux choper ces céréales, grandis et reviens plus tard" ! Arrogant, de la part d'un simple magasin, non ?»

Le rire nerveux ajouté à la fin de sa phrase ne fit qu'augmenter le taux de chances d'avoir un blanc malaisant après celle-ci. Elle pria de tout son coeur que son interlocuteur n'en tienne pas compte et continue la conversation ou bien la coupe sans la laisser poireauter dans un silence gênant.  



avatar
Arya Blackwood
True I once said I was better off just being dead, but I didn't know you yet.

Fiche de personnage
Âge: 18 ans
Origine(s): Oregon, USA
Nombres d'effractions : 0

Arya Blackwood
True I once said I was better off just being dead, but I didn't know you yet.

Féminin Messages : 78
Date d'inscription : 28/07/2017
Appartement : Résidence D - Appartement 2

Voir le profil de l'utilisateur http://mokonaj.deviantart.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu n'en as pas besoin. [Arya Blackwood]

Message par Jan Lyons le Dim 10 Sep - 0:54


Tu n'en as pas besoin.
FT. ARYA BLACKWOOD

La jeune fille semble le dévisager, et s’il ne montre pas la moindre réaction, il a terriblement envie de soupirer. C’est fou ce que les soupirs sont une marque importante de notre sentiments – et à quel point les pousser peut faire du bien. Jan, cependant, s’en retient toujours, de peur qu’ils en viennent à remplacer sa respiration, et parfaitement, si ce n’est trop, conscient de l’image qu’ils lui donnent.
Quoiqu’il en soit, le fait qu’elle le dévisage lui confirme qu’elle ne va pas le laisser partir de sitôt.
« Ouais, à croire que des gens font cette taille, c'est genre "si tu veux choper ces céréales, grandis et reviens plus tard" ! Arrogant, de la part d'un simple magasin, non ? », dit-elle.
En effet, ça ne le laissera pas tout simplement sourire et tourner les talons. Elle ponctue sa phrase d’un rire terriblement nerveux que les humains ont un don naturel pour émettre.
« Eh ouais, ma chérie, c’est raté. Tu aurais dû te taire, là. », se dit-il.
Souriant, il secoue la tête, d’un air de dire qu’il comprend la boutade, et en accepte la stupidité voulue.
« La pauvre. »
« On est d’accord. », commence-t-il.
Il aimerait que la discussion puisse se limiter à cela. Si techniquement il n’est pas pressé, il s’est fait à l’idée qu’il était temps pour lui de s’en aller – et puis, la vie est trop courte pour gaspiller son temps à blaguer avec une fille dont on se moque complètement. Il voudrait bien qu’ils se satisfassent tous deux de l’idée qu’ils se comprennent, et se séparent ainsi, mais il comprend bien qu’Arya a les besoins sociaux que lui ne connaît, et ce étrangement, pas.
Il pourrait la laisser plantée là, mais il se veut trop bon pour faire une chose pareille à un humain innocent. À vrai dire, il jouerait probablement le même jeu avec un criminel notoire.
Il décide donc de conserver le ton léger et cacher qu’il était réellement agacé par cet agencement qu’il trouve stupide, et ajoute, la regardant chaleureusement dans les yeux :
« J’étais en train de me dire que je devrais embaucher quelqu’un pour faire mes courses à ma place, si ça continuait comme ça. Peut-être est-ce un complot pour donner du travail aux personnes de plus d’1m90. »
Il termine cela par un petit « hm » qui sert de rire, et de contradiction à ce qu’il vient de dire ; il sait que ça marche, il sait que ça fait bon effet.
Ce qu’il vient de dire est parfaitement stupide ; fantastiquement stupide. Il le déteste. Il en a envie de vomir. Il trouve ce genre de remarques amusantes lorsqu’elles sont faites l’esprit amusé, mais infectes quand elles sont sorties de force.  Il en serrerait les dents, et a même, pour une raison ou pour une autre, soudainement envie de tirer ses propres cheveux au point de s’en faire mal, mais il ne fait rien de cela, et pas uniquement parce qu’un certain bracelet autour de son genou l’électrocuterait – il fait face à un public, et ne peut pas se permettre de montrer même la moindre émotion qui n’appartienne pas à son personnage.
Il jette un coup d’œil à son panier plein, pensant au fait qu’il devrait clairement marquer la fin de ses courses, mais n’en est visiblement pas le seul décideur, puis détourne légèrement le regard vers le rayon qu’il vient de quitter.
D’un air plus calme et posé, il conclut :
« Mais je suppose que je peux bien survivre à me mettre sur la pointe des pieds pour acheter des céréales une fois tous les 35 ans. »
Sur ce, il regarde à nouveau son interlocutrice, et lui sourit agréablement. S’il donne l’impression d’ajouter des choses à la conversation, il espère sincèrement qu’il trouvera ce qu’il faut dire pour que Mlle Enthusiast face à lui n’ait plus rien à ajouter.
Mais bien sûr, il ne fait rien pour le montrer.


HRP:
Désolée j'ai pas beaucoup d'inspi pour faire plus que du factueeeel
also ce rp fait 666 moooots

_________________
❝ Blocked by the voice of a demon inside ❞
           Jan Lyons
avatar
Jan Lyons
Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Fiche de personnage
Âge: 17 ans
Origine(s): Anglais/Français
Nombres d'effractions : 1

Jan Lyons
Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Masculin Messages : 331
Date d'inscription : 10/08/2016
Appartement : Appartement 1, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur http://newwell-city.actifforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu n'en as pas besoin. [Arya Blackwood]

Message par Arya Blackwood le Ven 20 Oct - 19:17








Tu n'en as pas besoin.
Arya Blackwood | Jan Lyons








Le fait que Jan renchérit à sa remarque soulagea Arya. Non mais franchement, quelle idiote, balancer une vanne ayant fait un flop total à un parfait inconnu, plus gênant tu meurs. Elle se balançait légèrement d'un pied sur l'autre avec un léger sourire, tout en gardant ses sourcils légèrement froncés. C'était vraiment pas une bonne idée de discuter quand on venait de se lever, surtout après s'être rendue compte qu'elle n'avait pas ce qu'il fallait pour son petit déjeuner et était donc partie, de très mauvaise humeur, sans avoir rien mangé, au magasin. Et voilà qu'elle se retrouvait à faire la discussion avec quelqu'un qui lui semblait fort sympathique alors qu'elle n'avait rien à dire.

Elle avait envie de faire connaissance, mais ne voulait pas paraître trop forceuse ou le déranger. Elle balança légèrement ses bras, un des deux tenait son panier de courses et le soda qu'elle y avait mis se secoua dangereusement -elle devra attendre un peu avant de l'ouvrir-. La conversation allait s'éterniser sur des broutilles ce qui agaça Arya. Malheureusement, ses compétences de communication étaient très limitées et il valait parfois mieux éviter de lui en parler. Communication ? Est-ce un avion ? Un oiseau ? Non ! C'est-

« Mais je suppose que je peux bien survivre à me mettre sur la pointe des pieds pour acheter des céréales une fois tous les 35 ans. »

Arya rit légèrement. La conversation commençait à tourner en rond et il fallait qu'elle trouve un moyen de changer ça, sans pour autant paraître intrusive ou trop maladroite. Elle analysait le garçon se trouvant en face d'elle, cherchait ses mots, peut être un peu trop. Elle jeta un coup d'oeil autour d'elle puis reporta son attention sur lui. La jeune femme avait toujours eu du mal avec les relations humaines, et en se penchant sur son enfance, on comprenait vite pourquoi. Elle n'avait pas eu un seul ami et n'avait jamais parlé à qui que ce soit. Newwell lui changeait la vie.

La jeune femme tenait à se faire des amis, mais d'abord à faire connaissance avec le jeune homme en face d'elle, qu'elle ne connaissait que de loin, elle avait vaguement entendu son nom, et sa discussion avec lui à propos de l'arrogance des rayons de magasins avait attisé sa curiosité. Elle décida de se lancer : oui, elle voulait créer des liens, ne plus être l'ancienne Arya solitaire mais la nouvelle Arya avec des amis ! Elle lui tendit sa main libre.

«Blackwood. Arya Blackwood. Je viens de l'Oregon. Enfin, je venais de l'Oregon.»

Elle lui sourit, attendant une éventuelle réponse.



avatar
Arya Blackwood
True I once said I was better off just being dead, but I didn't know you yet.

Fiche de personnage
Âge: 18 ans
Origine(s): Oregon, USA
Nombres d'effractions : 0

Arya Blackwood
True I once said I was better off just being dead, but I didn't know you yet.

Féminin Messages : 78
Date d'inscription : 28/07/2017
Appartement : Résidence D - Appartement 2

Voir le profil de l'utilisateur http://mokonaj.deviantart.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu n'en as pas besoin. [Arya Blackwood]

Message par Jan Lyons le Mar 24 Oct - 18:21


Tu n'en as pas besoin.
FT. ARYA BLACKWOOD

Il se dit qu’on pourrait dominer le monde avec de la bonne confiture de fraises. Peut-être s’en servir comme récompense, ou la supprimer en guise de punition… Ce serait bien plus efficace que de stupides bracelets qui électrocutent, non ? En tous cas, c’est ce qui lui semble logique ; s’il veut bien se faire mal, alors forcément, être électrocuté quand il le fait ne peut pas le déranger. Ce n’est que parce qu’il veut son image sage qu’il se retient.
Et quant à ceux qui n’aiment pas la confiture des fraises… et bien, qu’on les achève. Ils n’ont pas de goût, c’est tout. D’ailleurs, quand quelqu’un se présente à lui, il devrait dès maintenant toujours demander ce qu’il pense de sa confiture préférée ; ça lui permettrait d’encore plus facilement trier le bon du mauvais.
Son interlocutrice, l’aime-t-elle ? Si elle venait à vouloir faire connaissance, il devrait lui demander, mais il ose bien espérer qu’elle n’en viendra pas à l-
« Blackwood. Arya Blackwood. Je viens de l'Oregon. Enfin, je venais de l'Oregon », dit-elle, tendant la main.
« Uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu
uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuugggggggggggggggg
gggghhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh………… »

Jan sourit et lui serre la main de sa propre main libre.
« Uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu
uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu
uuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuugggggggggggggggggg
ggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggggg
hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh……………………… »

Il la déteste. Non, il déteste tout le monde. Il déteste les gens. Pourquoi ont-ils toujours besoin de faire connaissance, même quand on ne leur a rien demandé ? Il n’a pas signé pour se faire des amis. Il a juste envie de faire ses courses. Le pire, c’est qu’il connaît des tas de gens à qui on ne se présente pas si souvent… Ne peut-on pas être un beau blond très charmant tranquillement, sur cette planète ?
En plus, il sait très bien qui elle est. Il l’a déjà croisée, et même si ces rares fois-là elle ne l’avait pas embêté, ça a été l’occasion d’apprendre certaines choses à son sujet – peut-être devrait-il expliquer aux gens qu’il a ses indics de toute manière, et qu’ils n’ont donc pas besoin de small talk, il sait déjà tout à leur sujet. Ils peuvent directement passer aux choses sérieuses, avec lui. Ou se taire, c’est aussi bien.
« Jan Lyons pour ma part. Je viens d’Angleterre… Et aussi de la résidence d’à côté. »
« Uuuuuuuuuuuuuuu- »
Il déteste ça. À vrai dire, il ne comprend même pas pourquoi elle a choisi ce type de situation pour faire connaissance, là, comme ça – elle ne pouvait pas au moins introduire son idiotie par une phrase de politesse telle que « Puisqu’on en a l’occasion, j’aimerais bien faire connaissance », ou quelque chose comme ça ? Elle ne sait définitivement pas jouer aussi bien que lui…
« Les gens normaux ne jouent pas un rôle, Jan. »
Ah, oui, pas faux. Un point pour la pensée là-bas au fond.
Il sait parfaitement qu’il devrait se calmer, car la situation est loin d’être catastrophique. Pour ce qui est de son image, il ne s’inquiète nullement ; quoiqu’il pense, il a toujours pour réflexe de montrer un air tranquille et bienveillant. C’est qu’au fond, son but est de devenir la personne qu’il a l’air d’être, et ce n’est pas en pensant comme ça qu’il y arrivera.
Mais il n’en a pas envie…
Il décide quand même que tant qu’il est bloqué là, il faut bien qu’il trouve un certain avantage à la conversation, en la rendant intéressante, par exemple. Il n’a rien de spécifique à lui demander, mais il se dit qu’il pourrait au moins s’amuser à déclencher son enthousiasme.
Il ne va bien sûr pas dire quoi que ce soit de direct, car ce n’est pas le genre de personne qu’il est, mais pourquoi ne pas parler un peu de Newwell ? Son fonctionnement ? Oh, presque rien, juste histoire de lire la lueur dans ses yeux, voir à quel point elle est sérieuse dans son amour vain…
« Pas loin de la tienne, je suppose. Malheureusement, ici, nous avons peu de choix en matière de paysage et choix de voisins. », dit-il.
Il lève vaguement les yeux au ciel, et parle sur un ton doux, afin d’être certain qu’elle ne le prenne pas pour un Rebel, et se crispe – qu’il ne fait qu’une petite remarque comme n’importe qui peut en faire.
Une part de lui est très contente de jouer ainsi, mais une autre lui hurle que ça ne sert à rien, et qu’elle s’ennuie, et qu’elle déteste ça.
Tant pis pour elle. C’est exactement elle qu’il veut effacer.

_________________
❝ Blocked by the voice of a demon inside ❞
           Jan Lyons
avatar
Jan Lyons
Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Fiche de personnage
Âge: 17 ans
Origine(s): Anglais/Français
Nombres d'effractions : 1

Jan Lyons
Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Masculin Messages : 331
Date d'inscription : 10/08/2016
Appartement : Appartement 1, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur http://newwell-city.actifforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu n'en as pas besoin. [Arya Blackwood]

Message par Arya Blackwood le Mer 25 Oct - 15:34








Tu n'en as pas besoin.
Arya Blackwood | Jan Lyons








Le ton doux du jeune homme tranchait nettement avec ses paroles, et surtout son visage. Il avait l'air de ne pas apprécier grand chose, enfin, Arya n'en savait strictement rien, mais son air constamment neutre la gênait. Elle n'arrivait pas à savoir ce qu'il pouvait ressentir, s'il la trouvait agaçante ou sympathique ou bien si il avait envie de l'assassiner pour rentrer chez lui. Elle essayait tant bien que mal de déchiffrer ses émotions à travers ces paroles mais rien à faire, ses paroles et son ton ne trahissaient rien. Frustrée, ses sourcils se froncèrent légèrement à nouveau, sans même qu'elle ne s'en rende compte. Après tout, avoir les sourcils froncés était normal chez elle, alors il ne le remarquerait sans doute même pas.

«Jan Lyons pour ma part. Je viens d’Angleterre… Et aussi de la résidence d’à côté.»

Elle hocha la tête à sa réponse. Jan ? Ce n'était pas un prénom très courant, mais ça sonnait bien. Il lui semblait bien qu'il s'appelait ainsi, mais elle n'en était pas sûre, elle ne faisait pas confiance à ses souvenirs. Une lettre ou un son est si facilement oublié et les noms en deviennent vite complètement modifiés. En revanche, ce qui attira son attention était que celui-ci vienne d'Angleterre. Pas très surprenant vu sa génétique mais rencontrer quelqu'un anglophone de base comme l'ancienne américaine qu'elle était lui fit chaud au coeur. Même si tout le monde parlait la même langue ici, n'oublions pas que la tour de Babel avait a jamais créé des tensions de langages dans l'ancien monde, l'Enfer qu'elle venait de quitter.

« Pas loin de la tienne, je suppose. Malheureusement, ici, nous avons peu de choix en matière de paysage et choix de voisins. »

Il leva les yeux au ciel, attitude qui ramena un visage désagréable dans l'esprit de Arya avant d'être aussitôt effacé par le même ton très doux avec lequel il avait prononcé ces mots. C'est vrai qu'à Newwell, on avait vite fait le tour, mais on ne tombait jamais dans la routine non plus. Après tout, ici on pouvait vivre plutôt comme on le voulait tant qu'on se pliait aux règles de Liberty. Arya aimait bien ce fonctionnement, il était simple et elle ne se souciait plus de rien, si ce n'est d'aller s'acheter à manger et de ramasser les paquets de riz d'inconnus.
Arya posa sa main libre sur sa hanche, en appui sur son pied droit et lâcha un petit rire, un vrai rire cette fois, pas un rire nerveux, elle se sentait plus à l'aise qu'avant.

«C'est vrai qu'on n'a pas trop le choix mais bon, la jolie Liberty fait de son mieux pour qu'on vive en paix, alors pourquoi pas.»

Elle jeta un nouveau coup d'oeil vers le panier de Jan. Décidément, pour un paquet de riz elle se sera fait une connaissance. C'est ça qu'on appelle l'effet papillon, non ? En espérant que les conséquences n'en deviennent pas trop désastreuses, comme une rupture de stock de ses céréales préférées ou alors que quelqu'un se casse la figure dans les escaliers et finisse à l'hôpital. Quels escaliers ? Aucune idée. Peut être qu'il était temps pour Arya d'y aller, peut être pas. Alors elle répondit d'une façon qui permettait à l'otage de s'en aller ou de continuer la conversation s'il le souhaitait. De toute façon, ce n'était pas en restant plantée en face d'un mec qu'elle allait trouver le grand amour.

«Si un jour je suis pas là pour te ramasser ton paquet de riz et que tu te rends compte qu'il t'en faut, hésite pas à passer ! J'ai pas forcément ce qu'il faut mais si je peux dépanner je suis là.»

Elle sourit, d'un sourire fier en rectifiant sa prise sur son propre panier pour éviter que celui-ci ne tombe et ne cause plus de désastres.



avatar
Arya Blackwood
True I once said I was better off just being dead, but I didn't know you yet.

Fiche de personnage
Âge: 18 ans
Origine(s): Oregon, USA
Nombres d'effractions : 0

Arya Blackwood
True I once said I was better off just being dead, but I didn't know you yet.

Féminin Messages : 78
Date d'inscription : 28/07/2017
Appartement : Résidence D - Appartement 2

Voir le profil de l'utilisateur http://mokonaj.deviantart.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu n'en as pas besoin. [Arya Blackwood]

Message par Jan Lyons le Dim 29 Oct - 0:32


Tu n'en as pas besoin.
FT. ARYA BLACKWOOD

Arya lève immédiatement les yeux au ciel, mais rapidement retrouve une expression calme. Jan est très satisfait de cette réaction ; elle répond à toutes ses questions.
Elle rit, cette fois-ci, avant de lui répondre :
« C'est vrai qu'on n'a pas trop le choix mais bon, la jolie Liberty fait de son mieux pour qu'on vive en paix, alors pourquoi pas. »
Il hoche la tête en guise de réponse, ne trouvant rien de particulièrement intéressant à dire de plus ; sa première phrase et son expression ont probablement permis à son interlocutrice de se faire une idée – probablement fausse, mais qui sait, pas lui en tous cas – de son opinion sur le sujet. Il analyse ses mots comme il convient de faire lorsqu’il analyse une personne, et ne peut s’empêcher de remarquer qu’elle a spécifiquement dit « la jolie Liberty ». Il se demande pourquoi elle a voulu lui préciser que Liberty était jolie, chose qu’il sait déjà, car il a une paire d’yeux, d’autant qu’il sache. Est-elle une de ces fanatiques si aveuglées par la soi-disant grande qualité de l’intelligence artificielle qu’elle ne peut plus penser à elle autrement que dans un contexte positif ? Ou a-t-elle voulu lui faire comprendre qu’elle préférait les Liberty à lui, raison étonnante, puisqu’il n’a ni donné l’air de vouloir la séduire, ni le moindre intérêt pour elle.
Il a presque envie de rire en l’entendant dire « fait de son mieux ». Effectivement, c’est la bonne expression ; il n’y a nul doute que Liberty fait tous les efforts du monde pour leur bien-être, mais que ça ne veut pas dire que ça fonctionne. Parlons-en (sûrement pas) de ce qu’elle lui ait mit un bracelet fait pour l’électrocuter à la moindre tentative de violence – c’est très certainement une tentative de paix, mais si inutile, et si ratée, que c’en est dérisoire. Elle a trouvé la mauvaise victime, et peut-être depuis a-t-elle eu le temps de le réaliser ; malheureusement, il a bien peur qu’en ne l’activant jamais, il ne se retrouve à le garder pour toujours.
Les jeans skinny ce n’est pas uniquement par effet de mode qu’il les portait, mais aussi parce qu’ils étaient à la fois élégants et confortables. C’est qu’ils commenceraient à lui manquer…
Il sent une sorte de colère se réveiller au fond de lui, mais elle ne semble pas toucher ses pensées directes, ni encore son attitude. Son bruit le dérange, mais il est au moins content qu’elle ne tente pas de le remplacer lui – il n’a rien à faire que quelqu’un s’énerve tout seul dans son coin, quelque part au fond de son être. Il n’a donc aucun mal à conserver son sourire calme et son air sinon complètement innocent, bien plus innocent que lui ne l’est, en regardant Arya réfléchir à sa prochaine réponse.
« Si un jour je suis pas là pour te ramasser ton paquet de riz et que tu te rends compte qu'il t'en faut, hésite pas à passer ! J'ai pas forcément ce qu'il faut mais si je peux dépanner je suis là. », dit-elle.
« Oh, merci Seigneur. »
Il semblerait qu’elle lui donne enfin une chance de s’en aller. Elle n’a pas la moindre idée d’à quel point il lui en est reconnaissant… Ou peut-être lui en veut-il de l’avoir gardé aussi longtemps. Il ne sait, et il ne veut pas savoir ; il s’en fout.
Elle semble très satisfaite de leur conversation, alors Jan n’hésite pas à sauter sur l’occasion – figurativement, bien sûr, puisqu’il fait semblant de réfléchir un instant avant de répondre à son tour :
« Ah, c’est gentil, en effet. Même si en général je réussis à faire mes courses sans en perdre la moitié en cours de route, j’y penserai. »
Il sourit très poliment ; un de ces sourires qui veut dire « poli » sans vouloir dire hypocrite ou gêné, un sourire simple et parfait pour ce genre de situation, qui va sans ne cacher que Jan est toujours parfait, il sait toujours quoi dire et quand, et même quand il fait une erreur c’est une bonne chose dont il se sort.
L’idée le traverse qu’il est peut-être, au fond, un grand humoriste, mais il se rappelle trop vite qu’il n’a pas ri pour de vrai à une blague ou situation quelconque depuis trop longtemps pour que le terme humour le définisse vraiment.
« Sur ce, je te laisse : j’ai mes courses à payer. À une prochaine fois, peut-être ! »
Il la salue d’un geste vague de la main, et se retourne, lui faisant dos pour se diriger vers les caisses. Maintenant qu’il a pu s’assurer de qui elle était, elle n’a plus le moindre intérêt pour lui ; il aimerait autant ne pas la revoir. Il ne pense même pas avoir grand-chose à lui apporter.

_________________
❝ Blocked by the voice of a demon inside ❞
           Jan Lyons
avatar
Jan Lyons
Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Fiche de personnage
Âge: 17 ans
Origine(s): Anglais/Français
Nombres d'effractions : 1

Jan Lyons
Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Masculin Messages : 331
Date d'inscription : 10/08/2016
Appartement : Appartement 1, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur http://newwell-city.actifforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu n'en as pas besoin. [Arya Blackwood]

Message par Arya Blackwood le Dim 29 Oct - 10:54








Tu n'en as pas besoin.
Arya Blackwood | Jan Lyons








Arya avait un peu plus de mal à chaque minute. Pourquoi ne sentait-elle aucune émotion ne s'émanant de l'individu en face d'elle ? Elle n'arrivait pas à l'analyser, ni à savoir ce que Jan pensait. Il semblait très calme et posé mais en même temps rien ne lui prouvait qu'il ne pouvait pas ressentir le contraire. Heureusement qu'elle lui avait proposé une ouverture, elle se sentait un peu plus mal à l'aise à chaque instant. Et pourtant c'était un Enthusiast lui aussi... n'est-ce pas ? Il n'a même pas réagi à la «jolie Liberty», qui était une boutade involontaire mais qui n'aimait pas parler de Liberty ? Hormis les Rebels. Et les quelques aveugles qui ne savaient même pas à quoi elle ressemblait.

Attendez, il y a des aveugles dans le programme ? Jusqu'où vont ses limites, est-ce que Liberty pouvait rendre la vue à quelqu'un d'aveugle dans l'ancien monde ? Ce serait une raison de plus pour prouver aux Rebels qu'ils vivaient dans un Paradis parfait ! Arya fut tirée de sa rapide réflexion par la voix de Jan, zut, c'est vrai qu'elle n'avait pas encore fini sa discussion. Elle devrait essayer de trouver Liberty après... Elle avait beaucoup trop de questions plus ou moins inutiles sur le programme. Mais bref, le blondinet lui parlait alors Arya reporta son attention sur lui.

«Ah, c’est gentil, en effet. Même si en général je réussis à faire mes courses sans en perdre la moitié en cours de route, j’y penserai.»

Heureusement pour lui, sinon Arya serait très inquiète pour sa santé, autant mentale que physique. Imaginez vous perdez la moitié de votre panier à chaque fois que vous faites les courses, vous ne finissez plus qu'avec l'huile d'olive, quelques fruits et les pâtes écrasées par tout ce que vous aviez mis par dessus. Pâtes à l'huile ? Pas terrible comme repas. Si ? Arya n'avait jamais essayé et elle n'avait pas très envie. Elle préférait les macaronis au fromage, même si c'était purement chimique, ça avait un goût sans égal ! De toute façon, les américains ne mangeaient que des trucs industriels et qui faisaient grossir avant la World War 3. Elle aurait aimé visité la France. Ou l'Italie. Juste pour la nourriture bien évidemment. Mais ici, il y avait toute la nourriture qu'elle voulait, donc autant y rester.

«Sur ce, je te laisse : j’ai mes courses à payer. À une prochaine fois, peut-être !»

Il la salua et lui tourna le dos avant de s'éloigner. Elle répondit à son signe sans même lui répondre à voix haute, de toute façon, elle n'allait pas crier "au revoir" à travers le magasin, aucun intérêt. Elle regarda le jeune homme blond s'éloigner. Elle le trouvait sympathique mais ne savait pas vraiment quoi en penser. Il semblait... vide en dehors de ses jolis sourires et de son beau visage. Raison de plus pour aimer les filles, les mecs étaient vraiment trop bizarres. Est-ce qu'ils étaient tous comme ça ? Elle devrait essayer de le voir dans des situations bien différentes, pour le moment elle ne savait pas trop quoi penser de cette nouvelle connaissance. Arya haussa les épaules et fit demi-tour, elle devait aller trouver de quoi manger pour ce soir et ce n'était pas en restant plantée comme une idiote à essayer de comprendre Jan qu'elle allait remplir son panier -et son estomac.



avatar
Arya Blackwood
True I once said I was better off just being dead, but I didn't know you yet.

Fiche de personnage
Âge: 18 ans
Origine(s): Oregon, USA
Nombres d'effractions : 0

Arya Blackwood
True I once said I was better off just being dead, but I didn't know you yet.

Féminin Messages : 78
Date d'inscription : 28/07/2017
Appartement : Résidence D - Appartement 2

Voir le profil de l'utilisateur http://mokonaj.deviantart.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tu n'en as pas besoin. [Arya Blackwood]

Message par Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé



Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum