Et ça, ça me dégoûte. [Alan Nevermore]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Et ça, ça me dégoûte. [Alan Nevermore]

Message par Akane Ueno le Dim 6 Aoû - 16:07




Akane & un marker

Ça me dégoûte.
Je me demande ce que je pourrais écrire. Je n’ai pas besoin d’en faire un message profond, mais je n’ai pas particulièrement envie de tomber dans l’idiotie non plus. Assise au-dessus en tailleur face au carreau sur le sol que j’ai choisi, je pousse un soupir.

Aujourd’hui, j’ai décidé que j’allais rechercher une façon soft de déranger le programme. Ainsi, je pourrais en tester les règles et les limites, et si possible, découvrir quelle est la punition pour une action des plus innocentes, et qu’on peut défendre comme accidentelle – et si les punitions s’additionnent.
Je n’ai toujours pas pardonné à notre chère Liberty de m’avoir ôté la voix, mais étonnamment, plus que jamais, j’ai envie de la chercher. Je ne sais pas si c’est que je prends déjà goût à ses petits rendez-vous, ou si c’est que le fait d’avoir déjà pu lui déplaire me donne une sensation de pouvoir sur le programme, et de capacité plus grande de me jouer de lui et m’enfuir un jour, mais en tous cas, j’ai déjà envie de recommencer. Je ne vais pas pousser les choses trop loin, après tout, sachant que mon intelligence artificielle peut me punir comme elle le veut, retenter un coup identique ou plus grave que le précédent serait presque de l’automutilation.
M’enfin. Je ne suis pas tout à fait sûre de ce que je veux. Quelque part, j’ai très envie qu’elle me punisse à nouveau. Et ce n’est pas que j’y prends goût – c’est peut-être juste un caprice à ce stade là, mais je suis absolument dégoûtée d’avoir tout oublié de ce qu’il s’est passé la dernière fois. Ça paraît si cool quand Owain me le raconte, que j’aimerais vraiment le revivre. Et puis merde – après tous les efforts que j’ai dû faire pour rentrer dans ces fichues toilettes, même si je ne me rappelle de rien, je mérite au moins le plaisir de voir de mes propres yeux la colère de Liberty !
Il me raconte ça comme si c’était un film, et l’un comme l’autre, on a l’impression que la fille du film ce n’est pas moi, mais une autre moi. J’aimerais tellement être là. J’aimerais tellement voir ça. J’aimerais tellement vivre ça. C’est pas juste, bon Dieu, ça m’énerve ! La voix et l’amnésie, Owain n’a pas la moindre idée non plus de leur origine. Je suppose que c’est ça, la punition – mais pourquoi deux punitions ? J’ai réfléchi à différentes possibilités, mais au final, ça ne colle jamais.
J’ai envie de revivre une punition, mais si chaque punition était suivie d’une amnésie ? Je n’en détesterais que plus l’intelligence artificielle, c’est certain – mais ça ne reste pour l’instant qu’au stade théorique. Je ne peux pas faire confiance à qui que ce soit d’autre ici, ni même Owain, qui est le pire des idiots, alors il n’y a qu’une façon de savoir ; le subir encore une fois.
J’ai donc cherché une façon discrète de m’en prendre au programme tel qu’il est. Si je retente quelque chose de plus gros, il me faudra peut-être un compagnon, pour avoir une preuve visuelle au cas où j’oublie de nouveau, mais pour l’instant, puisque je n’ai justement plus de voix, je peux difficilement expliquer mes plans, ou rencontrer de nouvelles têtes. J’espère que ça s’arrêtera un jour. J’ai l’impression que ne pas pouvoir parler m’agace un peu plus chaque heure qui passe – et ce n’est pas que je suis habituellement bavarde. C’est que je déteste l’idée que ce programme de mes deux couettes puisse avoir une influence sur la manière dont je vis.
Ça me dégoûte. Tant de choses me dégoûtent.

Je hoche la tête. Bonne idée, tiens, puisque je ne peux penser que ça.
J’attrape mon marker et l’ouvre. Il pue terriblement l’essence, mais c’est bien ce qu’il faut subir pour avoir un de ces feutres toutes surfaces et indélébiles. Je me penche sur une de ces grandes dalles dont le sol de la place est composé, réfléchis une seconde, puis écris en plein centre, en gros :
Ça me dégoûte.
Sur le coup, je crois entendre une personne interpeller, mais ce n’est pas une voix que je reconnais. Ça ne doit pas être pour moi. Je l’ignore complètement, et inspecte mon œuvre.
Je ne sais pas si je suis tout à fait satisfaite du message, mais ce n’est pas ce qui importe le plus. S’il peut jouer un rôle tant mieux, s’il ne sert à rien tant pis. Tout ce qui compte, c’est qu’il soit là. J’espère que c’est bien interdit.
Soit c’est interdit, auquel cas c’est bien, j’aurai énervé Liberty d’une manière surprenante, j’en suis sûre, soit ça ne l’est pas, auquel cas au pire quoi, ça incitera les gens à réfléchir au message comme s’il était réfléchi, et peut-être à faire de même, et salir les rues si parfaites de cette ville de messages et tags différents.
Ha, c’est tout bête, mais si rentrer dans les toilettes des hommes est passable de m’ôter ma liberté, écrire en noir sur le blanc immaculé des dalles de la place doit bien faire quelque chose ! Je me redresse légèrement. Il serait temps que je m’en aille, si je ne veux pas que tout le monde sache que c’est moi qui ait écrit ça, au cas où mon deuxième scénario se déroule – si c’est le premier, Liberty saura où me trouver de toute façon. J’espère qu’elle me trouvera. Après tout, qui ne veut pas être enfermée seule dans un bureau avec la femme la plus belle du monde ?
J’entends encore une fois quelqu’un interpeller, cette fois-ci beaucoup plus près de moi. À ce stade, ça ne peut être que pour moi. Sérieusement, je me suis déjà fait chopper ? Ce n’est pas la jolie voix de ma chère intelligence artificielle. Qu’est-ce qu’il me veut ?
Je me retourne vers la source de la voix, et fais :
« … »
… Et fais rien du tout, puisque je ne peux plus parler, duh. Je m’y ferai jamais. J’avais même ouvert la bouche pour dire « Quoi ? » et tout.
Comme un frisson de colère me parcourt le corps face à mon échec. C’est tellement ridicule en plus. Tout ce qu’il me reste, c’est mes sourcils froncés.
Salope. La prochaine fois, c’est sur ton visage, que j’écrirai, Liberty.
avatar
Akane Ueno
Être une femme libérée tu sais c'est pas si facile

Fiche de personnage
Âge: 18 ans
Origine(s): Japonaise
Nombres d'effractions : 1

Akane Ueno
Être une femme libérée tu sais c'est pas si facile

Féminin Messages : 112
Date d'inscription : 15/09/2016
Appartement : Appartemment 3, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum