[EVENT PRINTEMPS] Cueillir des fleurs. (ft. des gens)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[EVENT PRINTEMPS] Cueillir des fleurs. (ft. des gens)

Message par Jan Lyons le Dim 7 Mai - 15:56


Cueillir des fleurs.
FT. LE PARC

Jan observe le paysage autour de lui. Effectivement, ce parc lui semble tout à fait naturel. Ses couleurs vibrantes correspondent à celles d’un doux printemps dans l’hémisphère nord, et un léger vent traverse la cime des arbres, déplaçant une à une les feuilles, suivant une courbe agréable à regarder.
Il apprécierait presque le chant de la nature, si ce n’était pour le brouhaha constant autour de lui ; il semblerait que la population entière de la ville se soit réunie dans le parc. Ce n’est pas étonnant. Il aimerait se convaincre que ce n’est que pour faire plaisir à Liberty, qui semble sincèrement vouloir les amuser, que tout le monde a rejoint le parc, mais il ne peut pas se leurrer. Il ne sait que trop bien que plus de la moitié des personnes alentour sont venues car elles s’y sont senties obligées par ce message laissé à l’entrée de leurs appartements, et le reste y a tout simplement été forcé.
Jan se moque bien des sentiments de Liberty, si tant est qu’elle en ait, cependant en cet instant précis, alors qu’il est entouré d’une nature si belle, et si réaliste, il ne peut s’empêcher de penser que le monde est bien cruel avec ce que ce programme a accompli. Là, dans un parc, entouré des sensations et senteurs de la nature, voyant au loin une Liberty ayant l’air ravie de sa dernière trouvaille, il ne parvient tout simplement à se dire que tout a été orchestré sans penser au bien être des gens – que le programme est une œuvre égoïste, qu’ils passeront tous un mauvais moment – toutes ces choses négatives que tout le monde en dit, ou en pense. Il lui est tout aussi difficile de ne voir que du bon dans sa présence ici, c’est certain – mais la nature est trop belle, et le sourire de Liberty, étrangement trop vrai.
Il inspecterait peut-être plus longtemps son expression pour comprendre ce qu’il se cache derrière tant de sincérité, mais il craint de trop rapidement s’en dégoûter ; alors, il décide de penser à autre chose.
Il regarde autour de lui, observant cette fois-ci les gens. Il en connaît certains, d’autres non – une chose est sûre, c’est que tout le monde est bien là. Il est pour l’instant seul. Selon ce que la situation demande, il ira ou non rejoindre des collègues, ou peut-être en ce cas, collaborateurs.
« Pff. »
Enfin, les conversations se calment, et Liberty prend la parole. Elle annonce quelle sera l’activité. Une cueillette de fleurs.
Une cueillette de fleurs. Jan la fixe comme il fixerait un professeur lui demandant d’écrire trois commentaires littéraires en une semaine. Elle est pas folle, non ? Cueillir des fleurs !
Cueillir des fleurs ! Comme s’il n’avait que ça à faire !
Par réflexe, il se tourne vers la sortie – il n’est que moyennement surpris en la voyant fermée. Il ne fait pas même l’effort de se diriger vers elle pour tenter quoi que ce soit. L’intelligence artificielle, plantée là-bas, a bien dit que l’activité n’était pas obligatoire, mais étrangement, le programme ne semble pas obéir à ses ordres. Qu’elle mente, ou que cela soit fait contre son souhait, il n’en a pas la moindre idée, et bien trop rapidement, il découvre qu’il s’en moque.
Jan soupire, et s’étire tranquillement. Cueillir des fleurs, ha ! Tant pis, ça ne lui coûterait rien. Après tout, il n’a rien de mieux à faire. C’est bien mignon comme activité.
« Non mais quelle blague »

À vrai dire, il est partagé. Une partie de lui semble vouloir gentiment expliquer à Liberty qu’il ne faut pas le prendre pour un con, et l’autre semble préférer s’assagir.
Alors, pour ne pas se causer de soucis, il choisit de s’en moquer.
Il lance un regard alentour, tentant d’assimiler les comportements de chacun. Opèrera-t-il seul, ou en groupe ? S’il est seul, il ne se voit que trop bien cueillir une fleur en soupirant, histoire de faire sembler, s’allonger dans un coin d’herbe semblant confortable, et attendre que le temps passe.
Il regarde face à lui, mais aperçoit du coin de l’œil quelqu’un s’approcher vivement de lui. Oh-oh. Il allait commencer à s’accommoder à l’idée d’une sieste durant tout l’après-midi.
avatar
Jan Lyons
Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Fiche de personnage
Âge: 17 ans
Origine(s): Anglais/Français
Nombres d'effractions : 1

Jan Lyons
Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Masculin Messages : 269
Date d'inscription : 10/08/2016
Appartement : Appartement 1, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur http://newwell-city.actifforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT PRINTEMPS] Cueillir des fleurs. (ft. des gens)

Message par Owain S. Baxter le Sam 13 Mai - 22:03

Baxter
Owain

Some people
in the park

Pick up flowers
Il a fallu attendre un petit moment avant que le bruit de foule ne se dissipe tout à fait dans le parc. Il faut dire que la population de Newwell-City n'est pas un nombre négligeable. Owain prête particulièrement attention aux expressions et au langage corporel de l'IA alors qu'elle leur adresse ces mots.

Elle les salue d'abord et les remercie d'êtres venus - gratitude dont il se moque d'un léger rire car il en a vu quelque uns et unes apparaître autour de lui le visage stupéfait de leur présence en ces lieux. Il note que c'est à ça que ressemble donc la téléportation d'un point de vue extérieur. Le blond reste attentif à ses dires cependant.

Liberty voudrait que l'on choisisse la fleur de l'année d'un ton plein de vigueur. Elle leur explique avoir dispatché cinq types de fleurs, plantées sur une motte de terre, à part. Liberty voudrait que l'on lui cueille et apporte dans le temps limité autant de fleurs d'un même type que possible. Liberty dit que la fleur gagnante sera celle que l'on verra le plus à Newwell-City. L'IA donne quelques précisions sur la durée de l'activité, dit qu'elle ne force personne à y participer alors que bien nombreux sont ceux qui ne voulaient en rien être ici. Elle semble espérer que cette cueillette fasse plaisir.

Sans surprise, il pense croire que ça lui plairait vraiment. Owain est quelque peu frustré de remarquer que Liberty était à nouveau au centre de ses songes. Elle aura cet éternel avantage sur lui, sûrement.

Il pense que ça pourrait être sympa, au final. C'est un bon moyen d'en apprendre des gens, Owain y voit une opportunité. Il ignore si là était le réel but de Liberty à travers ces événements et autres, mais c'est bien le type d'activité qui rapproche les gens.

Il pourrait faire des conneries comme du rentre dedans à une multitude d'inconnus avec des caddies et crier "strike" pour la bêtise de la chose. Mais il est quasi sûr qu'il n'y ait rien qui lui permette de faire ça ici.

Il voit les gens se mouvoir peu à peu à la fin du discours de Liberty. Il fait légèrement frais, et Owain tire donc les manches de son sweat, qu'il avait retroussées jusqu'à lors. Alors qu'il cherche des visages familiers autour de lui, il voit Jan assez rapidement. Owain sourit légèrement. Cela pouvait pas mieux tomber.

Owain regarde encore une dernière fois autour de lui rapidement, sans vraiment trouver d'autres visages dont il reconnaissait les traits. Il aurait pu chercher de manière un peu plus ardue, cela ne serait pas compliqué de trouver des potes parmi les foules s'il fournissait l'effort nécessaire. Il hausse légèrement les épaules, peu importe. Owain se décide à aller saluer Jan avec entrain. Ce dernier semble l'avoir vu venir.

-"Ça fait plaisir de voir un visage familier, Owain lui sourit à pleines dents, satisfait, salut, Jan - Liberty t'a pas téléporté de force ici, si ?"

avatar
Owain S. Baxter
Roguelight, smile as sly as it is bright.

Fiche de personnage
Âge: 19 ans
Origine(s): Américaine
Nombres d'effractions : Brebis sur Cthulhu

Owain S. Baxter
Roguelight, smile as sly as it is bright.

Masculin Messages : 66
Date d'inscription : 29/12/2016
Appartement : Appartement 1, Résidence C

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT PRINTEMPS] Cueillir des fleurs. (ft. des gens)

Message par Akiro Lynn le Dim 14 Mai - 20:00

Cueillez.
feat. jan et owain, de loin
Le vent souffle légèrement, provoquant un son de bruissement des feuilles et toutes sortes de plantes alentour. L’herbe touche son dos tel une caresse humide et rafraichissante. En y payant bien attention, il peut entendre le bois de l’arbre le plus proche craquer, si doucement que fort, tel un homme s’étirerait.
Et il entend sa propre respiration, si faible qu’elle pourrait disparaître ; et il sent son propre pouls, il ressent sa propre vie.
Akiro est arrivé en avance au parc. Si son excuse est qu’il n’avait rien de mieux à faire, il était en réalité tout simplement paniqué à l’idée de partir en retard, et être pris pour un délinquant de quelque sorte, ainsi que puni adéquatement.
C’est un parc relativement vide qui l’a accueilli ; aussi, après avoir attentivement observé les alentours à la recherche d’une réunion qui aurait eu lieu plus loin que prévu, il a décidé de s’installer dans l’herbe, tout près de l’entrée. Il y est d’abord resté tout simplement assis, mais le temps passant, s’est retrouvé allongé sans vraiment l’avoir réalisé, et peu à peu, ses yeux se sont fermés, et ses oreilles se sont ouvertes aux sons de l’existence. Son téléphone est dans sa poche, et il aurait pu contacter qui que ce soit par SMS, pour passer le temps, ou demander leur temps d’arrivée ; mais il ne se voyait pas gaspiller le temps précieux de quelconque de ses camarades, et après tout, se complait dans la solitude.

Chaque minute passant, les bavardages alentour se font plus fréquents, et plus dérangeants – et, bientôt, Akiro sait que tout le monde est là. Il ouvre les yeux, et immédiatement se relève vers sa position assise. Il tourne la tête dans tous les sens, observant les gens présents, et ne trouve que des inconnus.
Silencieusement, il place sa tête entre ses genoux, seulement relevée pour que ses yeux puissent voir de face, et il attend.
Blablabla, blablabla, blabla, blabla, bla.
Les discussions se raréfient, ou deviennent chuchotements, et Liberty prend la parole. Le rouquin ferme les yeux, et écoute ; bonjour à tous, aujourd'hui, vous allez pouvoir choisir la fleur de l'année. J'ai dispatché dans le parc 5 types de fleurs, et vous devrez en cueillir autant que vous pouvez.
Il rouvre les yeux. Il lève la tête, et regarde les expressions, et réactions, des inconnus en face de lui. La majorité désapprouve, d’autres semblent étonnés. Il regarde de côté ; le portail d’entrée est fermé. Pas de fuite possible.
Il baisse le regard et ronge les peaux du bout de tous ses doigts. Si l’activité lui semble mignonne, et même une bonne surprise, s’il a bien envie de découvrir la nature de ce parc, Akiro ne veut pas y prendre part. Akiro ne prend pas part aux activités ; Akiro ne se mêle pas aux jeux des autres. Il ne l’a jamais fait, et le forcer dans ce nouveau lieu plein d’inconnus ne changera rien à ses habitudes – il ne peut pas trop s’en approcher, car il sait qu’il va partir.
Il ne sait pas comment, mais il ne peut pas ne pas partir. Akiro n’est pas Akiro s’il n’arrive pas pour partir.
Mais il semblerait qu’il n’ait pas d’autre choix que de se trouver un groupe, ou qui que ce soit avec qui rester. Il ne participera jamais à cet activité seul, il n’en aurait jamais la foi – et surtout, trop peur de déranger de plus grands groupes mieux organisés, cueillir les mauvaises fleurs, mal gérer son temps ; faire n’importe quoi. Il est loin d’être incapable, mais sa faible confiance en lui ne fait que l’en persuader.
Alors il se lève presqu’immédiatement à la suite du discours de Liberty, et évitant les gens comme il éviterait des obstacles lors d’une course, il part à la recherche d’une connaissance – qui que ce soit qui lui semblerait bien vouloir de quelqu’un comme lui dans son groupe, et de manière générale ne rien avoir contre son existence. Le flot d’inconnus est si grand qu’il en perdrait presque son souffle, mais finalement il sort du plus gros de la foule, et se retrouve de l’autre côté.
Il regarde de gauche à droite – et là, tel un trésor, tel le PNJ entouré d’une lumière dorée attendant de lui donner une nouvelle quête, apparaît une tête qui lui est bien connue, légèrement en marge de la foule. Trop content d’avoir trouvé quelqu’un correspondant à ce qu’il cherchait, son cœur fait un bond dans sa poitrine, et c’est de peu qu’Akiro se retient de courir et sauter dans les bras de Jan tel un enfant retrouvant sa maman.
Il reste donc immobile quelques secondes avant d’y aller, et regarde son vieil ami de là où il est. Celui-ci ne semble pas l’avoir remarqué – mais surtout, il ne semble pas être avec qui que ce soit d’autre. « Yes. » Akiro s’apprête à avancer vers lui, mais soudain, d’un pas fier, sort de la foule un autre blondinet.
Le rouquin s’arrête net, et observe la scène ; voilà Owain, qui bien qu’il soit une personne qu’il connaît et apprécie, lui est bien moins agréable que Jan, qui s’avance vers celui-ci et va lui parler.
« Arg. » Déçu, Akiro détourne le regard et fixe tristement un coin d’herbe. Maintenant qu’il y pense, il aurait peut-être dû se jeter le premier sur Jan – après tout, il aurait dû s’attendre à ce que dans ce type d’activité, il soit relativement populaire. Puis il secoue la tête et un sourire lui échappe ; y réfléchissant plus sérieusement, il se doute bien qu’autant qu’il l’apprécie, son vieil ami ne l’aurait sûrement pas littéralement accueilli les bras ouverts.
Il retourne la tête vers ses deux connaissances, toujours de loin, et les observe. Il se demande si Owain compte réellement rester auprès de Jan – il va donc rester ainsi au moins quelques minutes. Même s’il le fait, il lui faudra peut-être bien aller vers eux au final ; Owain n’est pas la pire personne à avoir de son côté, après tout. Mais, que ça soit rationnel ou non, il préfère attendre pour l’instant.
avatar
Akiro Lynn
Neutral

Fiche de personnage
Âge: 17 ans
Origine(s): Anglais/Japonais
Nombres d'effractions : 0

Akiro Lynn
Neutral

Masculin Messages : 46
Date d'inscription : 02/04/2017
Appartement : Appartement 5, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT PRINTEMPS] Cueillir des fleurs. (ft. des gens)

Message par Katherine Saphard le Ven 26 Mai - 15:43

Event
ft. les gens

Katherine se tenait allongée dans son lit, mastiquant son chewing-gum en pensant, pensant à quoi . Au fait qu'elle devait se rendre au parc pour je ne sais quelle raison, elle n'avait même pas pris la peine de lire le message jusqu'au bout, trop fatigant comme activité. Alors elle s'était affalée sur son lit, songeant à si elle allait se rendre au fameux lieu de rendez-vous.
Peut-être allait-elle rencontrer un autre ou une autre amant/amante. Ou alors un valet, elle avait bien besoin de quelqu'un pour la conseiller dans ses milliers de vêtements (car qui dit femme, dit grande garde-robe). Elle soupira et rassembla son courage pour se lever et quitter son lit, se dirigea vers la salle de bain, elle se peigna les cheveux en deux couettes en rajoutant des barrettes à tête d'ours, se mit une tonne de maquillage sur le visage et un rouge à lèvres rouge sang. Puis elle se parfuma avec son fameux parfum (merci captain obvious) à la vanille avant de sortir de chez elle pour partir en direction du parc en chantonnant une chanson pop. Elle croise sur son chemin quelques connaissances à elle qui lui font des compliments sur sa superbe tenue, elle leurs parle un peu avant de se désintéresser d'eux et de les abandonner.
Arrivée au fameux parc, elle observa les gens avec un sourire mesquin, elle guettait ses futures proies... Mais son attention se détourna des personnes qui l'entouraient pour se focaliser sur Liberty... Brr elle trouvait Liberty flippante ! Si seulement il y avait un moyen de se débarrasser d'elle, un moyen pour qu'elle les laisse tranquille où carrément la supprimer ! Elle écouta le discours de cette connasse... Attendez, quoi ! Cueillir des fleurs ! Sérieusement ? C'était une activité de hippie coincé du cul qui fumait du gazon ça, pas une activité digne d'elle.
Elle serre les poings, se retenant de frapper la première personne qui passait devant elle, au lieu de ça, elle attendit que tout le monde se divise pour rejoindre un de ses «amis», à savoir Owain. Elle se rapproche discrètement de lui et lui embrasse la joue lui laissant une marque de rouge à lèvres avant de sourire, elle lance un bref regard vers l'autre blond mais ne lui adresse pas la parole, elle s'en moque pas mal.


-Hey ! Vous allez bien ? Vous trouvez pas un peu que cette activité c'est un peu nul, genre vraiment, cueillir des fleurs c'est so 2002 quoi ! 

avatar
Katherine Saphard
Neutral

Fiche de personnage
Âge: 20 ans
Origine(s): Américane
Nombres d'effractions : Le cheval et le renard

Katherine Saphard
Neutral

Féminin Messages : 21
Date d'inscription : 25/03/2017
Appartement : Appartement 6, Résidence B

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT PRINTEMPS] Cueillir des fleurs. (ft. des gens)

Message par Jan Lyons le Dim 4 Juin - 1:27


Cueillir des fleurs.
FT. OWAIN ET KATHERINE

Owain se dirige vers lui, son sourire habituel aux dents. Jan ne lui montre pas d’expression particulière ; il le regarde tout simplement, attendant son arrivée.
« Ça fait plaisir de voir un visage familier », dit-il en s’approchant.
Jan ne prend même pas la peine d’exprimer la pensée qui lui passe le plus rapidement l’esprit, qui est qu’il ne devrait pas être si difficile de trouver n’importe quel visage familier, surtout pour quelqu’un comme Owain, lors d’une activité obligatoire pour littéralement tout le monde, et il le laisse terminer.
« Salut, Jan - Liberty t'a pas téléporté de force ici, si ? », demande le nouvel arrivé.
À cela, Jan hoche les épaules. Téléporté ici ? N’importe quoi. Il n’est pas de ceux qui se laisseraient emporter par la force seule d’un programme se voulant surpuissant. Qui plus est, il est si rangé, si sage, et tout le monde le sait – un garçon de bonne famille comme lui ne prétendrait même pas mal agir, ha !
Souriant d’une façon très neutre et presque sage, il lui répond tout simplement, levant la main en guise de salut :
« Heya. Ça ne risque pas, j’ai trop de pitié pour Liberty pour lui désobéir quand elle semble si enjouée. La déception, c’est un sentiment trop désagréable pour que je laisse même un robot le découvrir. »
À cet instant même, il sent une sorte de force autour de son genou, comme s’il réalisait soudainement l’existence d’un bracelet à cet endroit. Ce n’est pas la première fois que cela arrive ; il lui suffit d’y penser pour d’un coup réaliser sa présence. Comme vexé par cette pensée qui lui a rappelé cela alors même qu’il se disait très sage et impassible à toute téléportation, il décide de se dire que de toute manière, il n’est venu là que parce qu’il s’ennuyait, et qu’il serait idiot de ne pas profiter d’une occasion de sortir alors qu’il n’a strictement rien à faire. Il sait parfaitement qu’il est parti pour sentir une gêne sur sa jambe tout l'après-midi, mais il ne s’agit nullement de douleur, et il s’y habitue de plus en plus, aussi décide-t-il de ne même pas tenter d’y toucher pour essayer de faire quoi que ce soit.
Alors il discute avec Owain ; par ce qu’on appelle le small talk anglais, ils discutent plus ou moins de l’activité actuelle, ou de leur présence ici tout simplement. Parvenant à ne pas se concentrer sur son bracelet ou tout ce qui le concerne et ne fait qu’empirer son existence, Jan parvient à tenir une conversation agréable, avec quelqu’un qu’il commence à très bien connaître - que ce soit parce qu’ils se parlent bien assez souvent selon lui, ou parce qu’il cache assez peu quelconque information à son propos.
Cela ne dure pas énormément de temps, quelques minutes peut-être, avant qu’une nouvelle silhouette n’apparaisse. Il lui jette un rapide coup d’œil alors qu’elle s’approche d’eux ; il ne s’agit que d’une blondasse – et ce n’est que parce qu’il a une idée de qui elle est qu’il se permet de penser chose telle. Il n’a pas le plaisir de la connaître, ni l’envie, mais cela importe peu, car ce n’est visiblement pas pour lui qu’elle est là. Elle arrive, et immédiatement embrasse la joue d’Owain, y laissant une marque de rouge à lèvre atroce, à propos de laquelle Jan décide immédiatement de ne pas faire la moindre remarque. L’observant rapidement de bas en haut, celui-ci se demande si son cher camarade n’a pas quelque chose pour les filles se coiffant en couettes car celle-ci ne lui a pas parue être son unique amie ; un trouble lié à l’enfance sans doute, se dit-il, riant intérieurement tant la chose ne lui semble pas drôle.
« Hey ! Vous allez bien ? Vous trouvez pas un peu que cette activité c'est un peu nul ? Genre vraiment, cueillir des fleurs c'est so 2002 quoi ! », dit-elle en le regardant très rapidement, s’adressant plutôt à Owain.
Le jeune homme se retient une grimace de dégoût. La manière de s’annoncer et de s’exprimer de cette jeune femme lui semblent les plus atroces imaginables. Il n’est évidemment pas surpris, mais il souhaiterait fortement qu’elle s’en aille ; là où il peut supporter Owain, il se doute bien que son quota d’envies de meurtre augmente à chaque seconde qu’elle passe en sa présence.
« Et ce bracelet qui m’emmerde. »
Ce n’est pas pour montrer sa désapprobation qu’il décide de ne pas lui répondre, ni par irrespect, mais car il sait parfaitement qu’elle n’est concentrée que sur son petit jouet en face de lui. Laissant Owain gérer la chose, il jette un regard alentour. Après tout, si qui que ce soit d’autre décide de les rejoindre, quelle qu’en soit la raison, autant qu’il s’y attende.
À ce moment-là il aperçoit un rouquin qu’il connaît parfaitement bien ; celui-ci ne croise pas son regard, semblant regarder ailleurs. Jan hausse les sourcils. Bien sûr qu’il le regardait. Il ne s’agit pas d’Akiro s’il ne le regardait pas.
Il l’observe quelques secondes, puis détourne son regard vers ses deux supposés interlocuteurs, poussant un léger soupir. Il pense rapidement à l’angoisse que sentirait Akiro à sa place. Il serait mieux avec lui.
« Mais bien sûr, je m’en fiche. »
avatar
Jan Lyons
Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Fiche de personnage
Âge: 17 ans
Origine(s): Anglais/Français
Nombres d'effractions : 1

Jan Lyons
Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Masculin Messages : 269
Date d'inscription : 10/08/2016
Appartement : Appartement 1, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur http://newwell-city.actifforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT PRINTEMPS] Cueillir des fleurs. (ft. des gens)

Message par Owain S. Baxter le Lun 12 Juin - 22:07

Baxter
Owain

Jan
& Kath

Pick up flowers
-"Heya. Ça ne risque pas, j’ai trop de pitié pour Liberty pour lui désobéir quand elle semble si enjouée. La déception, c’est un sentiment trop désagréable pour que je laisse même un robot le découvrir.

Owain lui rend un sourire connaisseur à ce qu'il comprend être une touche de moquerie de la part du Jan. Il était question de Liberty, et sa présupposée capacité à ressentir des émotions. Pour une certaine raison, ce sujet revient souvent. Non pas Jan en particulier mais, beaucoup de ses connaissances en ont à dire sur Liberty. Peut-être happés par l'illusion qu'elle représente, sujet favori de pamphlétaires et louanges confondues. Il est bien sain de charrier l'IA à son dépourvu, après tout, il fallait bien s'occuper comme il pouvait.

Cela parle avec le blond platine, de commodités, de ce qu'ils comptaient faire de l'activité où tous deux ont été subtilement obligés de se rendre. Rien de ça ne perturbe Owain, et il en comprend qu'il en va du même avis pour Jan. La conversation dure quelques minutes, assez pour que ça lui aille. Il le fait légèrement rire le Jan, un rire franc. Il y a quelque chose de perturbant dans le self-control de Jan, qu'il arrive au blond de vouloir le décontenancer. Sans succès, soit, c'est une force chez son camarade, Owain remarque.

Il voit Katherine arriver et l'embrasser sur la joue de manière brusque au dernier moment. Que dire d'autre qu'il ne la pas vue venir. Elle serait surement outrée par cette révélation, tiens. Ses lèvres le pince, comme elles le font quand elle laissent une marque. Owain lui sourit et émet une onomatopée lui indiquant qu'il acquiesce avec son attitude charmeuse et défiante, il n'a qu'à laisser la marque là - ça lui fera plaisir. Chose qu'elle lui rend de son air fier et malin.

-Hey ! Vous allez bien ? Vous trouvez pas un peu que cette activité, c'est un peu nul, genre vraiment, cueillir des fleurs c'est so 2002 quoi !

- Tsss, 2000, Kath, t'as un train de retard, il tique légèrement d'une expression attentionnée et d'humeur taquine avant de venir la décoiffer alors qu'elle avait, de ce qu'il voit qu'elle porte, prit un temps non négligeable à se préparer. Il a ce sourire tout à fait béat, qu'il est tout à fait conscient de porter. S'accordait-il déjà au thème, c'est en toute franchise une activité qu'il trouve adorable à souhait - comme ceux qui l'entourent, de leurs propres manières.

Katherine éclate de rire, l'expression malicieuse. Peut-être légèrement contrariée qu'il l'aie décoiffée, qu'en sait-il. Il est peu sûr de ce qu'il voulait faire en passant sa main dans ses cheveux, la contrarier, la faire rire, un peu des deux, un peu de son attention. Owain a une légère pause. Il laisse le sujet passer et se tourne vers les deux personnes qui font sa compagnie en commençant à se déplacer.

- Au pire on peut voir à quoi ressemble cette motte de terre dont parlait Liberty et voir ce qu'on fait de là", il reprend ce dont lui et Jan parlaient, pour l'adresser à sa compagnie, d'avis qu'il comprend divergents sur que faire dès lors.
avatar
Owain S. Baxter
Roguelight, smile as sly as it is bright.

Fiche de personnage
Âge: 19 ans
Origine(s): Américaine
Nombres d'effractions : Brebis sur Cthulhu

Owain S. Baxter
Roguelight, smile as sly as it is bright.

Masculin Messages : 66
Date d'inscription : 29/12/2016
Appartement : Appartement 1, Résidence C

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT PRINTEMPS] Cueillir des fleurs. (ft. des gens)

Message par Akiro Lynn le Sam 17 Juin - 18:33

Cueillez.
feat. jan, owain, et katherine
Des gens s’ajoutent et s’ajoutent, et c’est comme un cauchemar pour Akiro.
Il ne s’agit peut-être en réalité que d’une personne, mais le rouquin peut déjà voir la planète entière rejoindre le groupe de son ami, et lui, toujours aussi seul, à les regarder de son air perdu.
Le fait qu’il s’agisse d’une inconnue ne fait qu’empirer la chose. Si il y a une chose qu’Akiro ne sait pas faire, c’est connaissance – et qui plus est, plus il est stressé, et plus sa timidité s’accentue, et plus de gens s’ajoutent, plus il est stressé. Il se sent déjà perdu dans une boucle infinie de panique et de nouvelles têtes, et aussi ridicule qu’il la sache, son angoisse prend le dessus sur tout son être.
Il n’y a pas vraiment de raison pour une telle réaction. Elle arrive presque aléatoirement; il est parfois très à l’aise, et parfois, tel qu’il est actuellement.  
Quelques secondes, ou quelques heures… Akiro ne sait pas depuis combien de temps il est là, à fixer un coin d’herbe, en train de s’imaginer qu’adresser la parole à une inconnue aux airs extravertis sera la fin du monde. Il s’efforce de relever la tête; peut-être que voir celui en qui il a le plus confiance lui permettra de retrouver espoir, ou juste calme. Car ainsi il pourra sûrement s’auto-convaincre qu’il peut oser, il pose son regard son bonhomme préféré, et le regardant ainsi, soupire.
C’est si bête, mais que serait-il, sans celui-là ? À l’instant même où il a reçu ce message de Liberty, Akiro savait que Jan était le seul avec qui il voudrait être. Autant qu’il ait pu prétendre à lui-même qu’il partait à la recherche de n’importe quelle tête connue, c’est ce blondinet qu’il cherchait frénétiquement – et le voilà prêt à vaincre ses peurs pour le plaisir seul de le côtoyer.  
Haha.
Il l’aime.
Honnêtement, cueillir des fleurs, ne pas les cueillir, le regarder, ou être à son côté, qu’importe, tant qu’il s’agit de Jan. Qu’il soit puni ou oublié, quoi que ce soit peut bien lui arriver, car Jan est le seul sens qu’il ait pu jamais trouver à sa vie.
Il ne peut pas le forcer à constamment le côtoyer, car il l’aime trop pour se permettre lui risquer le moindre malaise, mais rien ne peut l’empêcher de constamment penser à lui.
C’est si bête, si bête. Cueillons des fleurs ensemble, et raconte-moi un peu ce que tu veux, car ce sera toujours mieux que quoi que ce soit d’autre dans cet univers. Haha. Si Owain et cette inconnue si lambda méritent de côtoyer Jan, Akiro doit le pouvoir aussi. S’il n’a pas l’amour de son blondinet préféré, il espère au moins avoir réellement son amitié.
Et Akiro se sent presque assez confiant pour aller vers le petit groupe à présent, car il sait par trop qu’il ne souhaite que ça – jusqu’à ce qu'il croise, l’espace d’une seconde, le regard du fameux Jan.
Immédiatement le rouquin détourne les yeux, et prétend regarder ailleurs. C’est un réflexe, au fond si normal, et prévisible du grand angoissé qu’il est, et bien qu’il sache pertinemment que le garçon a remarqué qu’il l’observait, il ne peut pas s’empêcher de faire semblant.
Haha. Tout se passe si vite, mais lui pense être debout, planté, là, depuis des heures. Il n’arrive pas à de nouveau regarder vers Jan – et tout son esprit peut bien lui répéter que ce n’est pas grave, qu’il n’y a pas de raison de s’inquiéter, qu’il est normal de regarder un ami à qui l’on veut parler, et que sûrement il s’y attendait de toute manière, Akiro reste immobile et préfèrerait soudain être enfoncé sous terre.
Il ferme les yeux. « Au pire on peut voir à quoi ressemble cette motte de terre dont parlait Liberty et voir ce qu'on fait de là », entend-t-il.
Il les rouvre. Ah, non. Owain dit bel et bien ça dans le but de partir – ils ne partiront pas sans lui. Non, ce n’est pas question. Il a le droit le premier à Jan. Il était là d’abord, de toutes les manières dont on puisse le voir. Il hésite quelques secondes, le temps de conversation courte qu’il n’entend pas, puis comme pris d’un zèle soudain, il se dirige d’un pas franc vers le groupe. Certain que rien ne se dit, et qu’il ne coupe personne, il dit :
« Salut, un jeune homme angoissé cherche quelqu’un avec qui savoir quoi faire de cette activité. Seriez-vous prêt à l’adopter ? »
Il sourit poliment, ponctuant son air gêné qu’il n’a pas à feinter. Il regarde chacune des personnes autour, l’inconnue en inclinant la tête rapidement, comme signe de salut, Owain un peu plus longtemps, et Jan en dernier. Il le regarde quelques secondes, et ne peut s’empêcher de détourner les yeux vers les deux autres personnes.
Il n’a fait que passer la première étape. Les choses vont lentement pour le petit être sensible qu’il est.
avatar
Akiro Lynn
Neutral

Fiche de personnage
Âge: 17 ans
Origine(s): Anglais/Japonais
Nombres d'effractions : 0

Akiro Lynn
Neutral

Masculin Messages : 46
Date d'inscription : 02/04/2017
Appartement : Appartement 5, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT PRINTEMPS] Cueillir des fleurs. (ft. des gens)

Message par Katherine Saphard le Dim 2 Juil - 18:56

Event
ft. les gens

-Tsss, 2000, Kath, t'as un train de retard

Katherine souris, de ce sourire sensuel qui lui est propre. Elle apprécie énormément Owain, il est son ami, son pote, parfois même son confident dans ses moments de faiblesses, dans les rares moments où elle se laisse les remords prendre le dessus sur elle. Mais cela est très rare, la plupart du temps, ils s'amusent souvent et il la suit dans ses délires. Kath sursaute légèrement quand Owain place sa main dans ses cheveux roses pour la décoiffer.
Elle affiche pendant un court instant une moue boudeuse, elle n'apprécie pas quand touche ses magnifiques cheveux. Mais elle finit vite par éclater de rire, bah pas grave ! C'est Owain son poto qui lui a fait ça, elle lui pardonne !
Elle observe le blond qui tapait la discute avec son ami, il est plutôt mignon, elle le croquerait volontiers... Elle lui fait un clin d’œil joueur.


Au pire on peut voir à quoi ressemble cette motte de terre dont parlait Liberty et voir ce qu'on fait de là"

Katherine hausse les sourcils, il comptait sérieusement qu'elle aille cueillir des fleurs avec eux ? Plutôt crever que de faire cette activité « hippie écologiste de débile». Elle pose sa main gauche sur le torse d'Owain et trace quelques ronds avec ses doigts:

Tu préfères pas regarder ma nouvelle tenue ? Je l'ai acheté spécialement pour te faire plaisir, mon lapin ~

Elle tournoie sur elle-même, fière comme un paon de son vêtement, puis elle se laisse tomber dans les bras de son blondinet préféré en prenant une position dramatique. Avant de remarquer qu'un garçon roux, tout mignon vient de débarquer:

« Salut, un jeune homme angoissé cherche quelqu’un avec qui savoir quoi faire de cette activité. Seriez-vous prêt à l’adopter ? »


Elle cligne plusieurs fois des yeux, comme pour se confirmer que la présence du rouquin est réelle. Un sourire malicieux se dessine sur ses lèvres alors qu'elle s'extirpe d'un seul mouvement souple des bras d'Owain pour se présenter plus correctement à ce nouvel invité, elle fait une petite révérence, laissant au garçon tout le loisir d'observer sa poitrine volumineuse. Avant de se relever et de lui tendre la main:



-Saluttttttt, je m'appelle Katherine Saphard, mais, tu peux me surnommer Kath, Queen Saphard ou même Déesse si tu veux. Eh toi ? Tu t'appelles comment ?

avatar
Katherine Saphard
Neutral

Fiche de personnage
Âge: 20 ans
Origine(s): Américane
Nombres d'effractions : Le cheval et le renard

Katherine Saphard
Neutral

Féminin Messages : 21
Date d'inscription : 25/03/2017
Appartement : Appartement 6, Résidence B

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT PRINTEMPS] Cueillir des fleurs. (ft. des gens)

Message par Jan Lyons le Lun 3 Juil - 20:08


Cueillir des fleurs.
FT. OWAIN, UNE BLONDASSE, ET LE ROUQUIN

La jeunesse flirte à côté de lui, et Jan laisse faire. Il n’a pas grand-chose à dire ou à penser à ce sujet, chacun est bien libre de faire ce qu’il souhaite.
Du moins, les jeux d’amour sont une chose dont le programme leur laisse encore la liberté. Au moins ça ; après tout, les humains en ont bien trop souvent besoin. Le programme ne voudrait pas les empêcher de vivre, non-plus.
Quoiqu’il en soit, il ne les regarde pas trop, sans pour autant les éviter. À ce moment-là, Jan ne fait qu’exister en tant qu’un être humain qui respire, ni plus, ni moins. Il fait ça, parfois ; il ne prête plus attention à sa propre personnalité, ou quelconque de ses propres personnalités, puisqu’il semble malheureusement en avoir plusieurs, et devient un être totalement neutre, qui est là uniquement parce qu’il le faut bien.
Mais cela ne dure pas longtemps, car enfin Owain s’adresse à lui aussi, et dit :
« Au pire on peut voir à quoi ressemble cette motte de terre dont parlait Liberty et voir ce qu'on fait de là. »
« La pause ludique est finie, Jan se dit-il, on peut enfin se remettre au travail. »
Reprenant sans transition son attitude confiante et sage, qui, derrière son air neutre, ne s’est jamais vraiment cachée, il hoche lentement la tête, prenant l’air de prendre cette idée en considération. Il s’en moque en réalité largement, tant que la vie passe et qu’on le laisse tranquille, mais pour que la vie passe, il faut bien jouer son jeu, et pour cela montrer aux gens qu’on les écoute quand ils parlent. Chose que Jan, d’ailleurs fait, car pour comprendre le peuple qu’il entoure, il ne peut pas se permettre de ne pas écouter ce qu’ils disent pour chercher leurs réelles pensées derrière.
À cela, la blondasse répond, d’un air aussi sincèrement que faussement surpris, faisant à présent partie intégrante de l’espace vital d’Owain :
« Tu préfères pas regarder ma nouvelle tenue ? Je l'ai acheté spécialement pour te faire plaisir, mon lapin ! »
Décidément, celle-là ne sait pas quand les jeux doivent s’arrêter. Elle continue à tournoyer, se montrer, se vanter – Jan lui accorde son regard ennuyé, seulement parce qu’il se demande ce qu’il lui faut pour s’arrêter. Elle a gagné, la voilà star du moment, même en plein silence de la part des deux jeunes hommes qui l’entourent ; peut-être est-ce ça qu’il lui faut ?
« Salut, un jeune homme angoissé cherche quelqu’un avec qui savoir quoi faire de cette activité. Seriez-vous prêt à l’adopter ? »
Ah, une surprise vient lui retirer les feux des projecteurs. Le blond se retourne vers l’origine de sa voix, à côté de lui, pile là où il ne pouvait pas la voir, apparemment, et esquisse un sourire tranquille. Voilà bien une voix, un ton, et un type de paroles qu’il connaît. Évidemment qu’il le regardait, et maintenant, le voilà. Celui qui n’est pas là pour jouer à ces jeux. D’autres jeux, peut-être, des plus amusants, et plus sérieux.
Katherine n’hésite pas une seule seconde, et s’échappe des bras de son jouet pour tester le tout nouveau qu’elle vient d’apercevoir. Elle lui offre son plus beau spectacle.
« Saluuut, je m'appelle Katherine Saphard, mais, tu peux me surnommer Kath, Queen Saphard ou même Déesse si tu veux. Et toi ? Tu t'appelles comment ? », dit-elle, demande-t-elle, ou chante-t-elle.
Jan regarde rapidement Owain pour voir quelle est sa réaction, puis rapidement, passant ses yeux sur la blondasse, regarde Akiro de nouveau. Il est impatient de voir, et d’entendre sa réaction face à ça.
« Haha, pauvre Akiro ! », se dit-il, et il ne peut pas s’empêcher de sourire ; sourire car il est satisfait que ce à quoi il s’attendait arrive, car il est content d’avoir la chance de côtoyer une personne d’autant plus normale que la mauvaise actrice à côté, et car ce duo, d’une blondasse et du rouquin, est, au final, des plus amusants. Il l’aidera s’il panique, va, mais c’est un grand garçon, il peut se débrouiller même face à des personnes qui sont son opposé total ; peut-être, voire sûrement même d’une manière plus intéressante que puisse le faire Jan. Voilà à quoi sert le rouquin ; il rend les choses plus intéressantes.
avatar
Jan Lyons
Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Fiche de personnage
Âge: 17 ans
Origine(s): Anglais/Français
Nombres d'effractions : 1

Jan Lyons
Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Masculin Messages : 269
Date d'inscription : 10/08/2016
Appartement : Appartement 1, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur http://newwell-city.actifforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT PRINTEMPS] Cueillir des fleurs. (ft. des gens)

Message par Owain S. Baxter le Jeu 6 Juil - 15:52

Baxter
Owain

Jan
& Kath & Akiro

Pick up flowers
Il essuie la marque de rouge à lèvres de sa manche alors qu’il sent Katherine attirer son attention de cercles sur son torse. Il entrouvre les lèvres, et la regarde, peu insensible à la manœuvre, mais elle prend l’initiative et lui parle avant qu’il ne puisse dire que ce soit :

Tu préfères pas regarder ma nouvelle tenue ? Je l'ai acheté spécialement pour te faire plaisir, mon lapin ~, elle virevolte autour de lui, fière, vive.

Owain avoue être entraîné par son enthousiasme. Il attrape Katherine par la taille alors qu’elle l’enlace, ou plus clairement qu’elle feint lui tomber dessus, prêt à tournoyer avec elle dans le feu de l’action.

- Salut, un jeune homme angoissé cherche quelqu’un avec qui savoir quoi faire de cette activité. Seriez-vous prêt à l’adopter ?

Owain cesse tout ce qu'il faisait, interrompu par une voix qu’il reconnait et se tourne vers la source, reconnaissant Akiro. C’est une bonne surprise qu’il les ait approchés tiens. Katherine glisse ses bras, d'abord puis le reste de son corps, hors de sa portée et se tourne vers ce qu’il comprend être un inconnu pour elle.

- Saluuut, je m'appelle Katherine Saphard, mais, tu peux me surnommer Kath, Queen Saphard ou même Déesse si tu veux. Et toi ? Tu t'appelles comment ?

Il essaie de se convaincre qu’il ne voit pas ce qu’elle flashe son buste au pauvre Akiro. Alors qu’il a une légère absence, lui vint une idée. Il se rapproche de Katherine assez pour être juste derrière elle.

- Hop, hop, pas si vite toi là, il attrape soudainement la taille de Katherine d’un bras, l’attirant vers lui en un rire, et la décoiffant à nouveau de l’autre bras – ça, c’était pour l’avoir lâché. Il la laisse tranquille, satisfait de s’être vengé.

- Salut jeune homme angoissé, il rajoute, amusé, en s’adressant à Akiro. Il connaissait bien son nom, mais ôta de la mentionner, que le roux se présente à sa guise à la jeune actrice blonde lorsqu'il aurait la bravoure mais surtout l'envie. Elle a du le prendre au dépourvu, de sa nature et comportement égocentrique, t’es toujours le bienvenue.»

Il remarque alors que leur groupe de trois est maintenant de quatre du coin d'oeil voir plusieurs groupes se diriger vers une même direction. Peut-être là se trouverait cette botte de terre. En toute franchise, l'activité "cueillir des fleurs" en tant que tel n'était pas inscrit sur son agenda. Owain jugeait juste dommage d'être téléporté à l'extérieur sans plan d'activité en visu, socialiser est toujours une juste opportunité. Après réflexion, il décidera bien, de toute façon, de ce qu'il voudra faire et commence à se déplacer en indiquant aux autres de le suivre.  

avatar
Owain S. Baxter
Roguelight, smile as sly as it is bright.

Fiche de personnage
Âge: 19 ans
Origine(s): Américaine
Nombres d'effractions : Brebis sur Cthulhu

Owain S. Baxter
Roguelight, smile as sly as it is bright.

Masculin Messages : 66
Date d'inscription : 29/12/2016
Appartement : Appartement 1, Résidence C

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT PRINTEMPS] Cueillir des fleurs. (ft. des gens)

Message par Akiro Lynn le Sam 8 Juil - 22:27

Cueillez.
feat. jan, owain, et katherine
Jan est celui qui ne prononce pas un mot. C’était évident, car sa nature est des plus réservées, plus encore en comparaison avec celles de ses deux camarades, mais Akiro ne peut s’empêcher d’en prendre note. Cela ne veut rien dire de particulier, mais il ne peut pas s’empêcher de le remarquer, et y réfléchira probablement pendant de longues heures après coup.
Il sourit, tout de même, au moins ça ; le rouquin se sent soulagé, bien qu’il ait été persuadé qu’il n’était pas stressé à l’idée de le voir, ou lui parler.
Et c’est l’inconnue qui répond la première. Elle sourit largement, et surtout, elle bouge, elle bouge… beaucoup trop pour Akiro, qui en a presque le tournis. Il s’imagine qu’elle est constamment comme ça, et en est fatigué pour elle. Il suit ses mouvements du regard en silence, se demandant ce, et, ou, qui elle peut bien être. De sa position vis-à-vis de Owain, il décrète qu’elle est sa petite amie – il est à moitié étonné. Il ne l’avait jamais vue, aussi leur relation, se dit-il, doit être relativement récente, mais en même-temps, il n’est pas étonné de voir ce blond-là en couple avec n’importe quelle jolie fille.
Elle lui montre presque ses seins. Il ne réagit pas ; il aurait peut-être habituellement rougi, mais son esprit est bien trop tourné vers une personne qu’il trouve plus que magnifique sans ces attraits-ci pour penser quoi que ce soit de ceux de cette inconnue. Qui plus est…
Il aurait probablement rougi pour le principe, et par surprise face à une telle facilité à montrer son corps. Après tout, son esprit a toujours été tourné vers cette personne qu’il a toujours trouvée plus que magnifique en sachant très bien qu’il n’aurait pas ces attraits-ci, et ce, même sans le réaliser.
Ce qui ressemblait à une révérence fini, l’inconnue se relève et dit :
« Saluuut, je m'appelle Katherine Saphard, mais, tu peux me surnommer Kath, Queen Saphard ou même Déesse si tu veux. Et toi ? Tu t'appelles comment ? »
Elle lui tend la main, pour serrer la sienne probablement, mais Akiro ne la lui tend pas immédiatement. Il hésite un instant, un peu surpris, bien qu’il ait pu s’y attendre un minimum en observant ses mouvements, par cette attitude si confiante et un peu over the top.
Mais Owain la rattrape comme si elle était sa propriété en disant : « Hop, hop, pas si vite toi là. » Akiro considère donc que la poignée de mains est chose annulée.
Après avoir décoiffé l’apparemment Katherine, Owain s’adresse à lui, et lui dit :
« Salut jeune homme angoissé, t’es toujours le bienvenu. »
Lui le regarde, et sourit de nouveau. Il est vrai que sa rencontre avec la jeune femme l’a pris au dépourvu, et lui a fait perdre sa contenance ; après tout, il n’a jamais été très à l’aise avec les premiers échanges. C’est qu’il n’en a pas l’habitude.
Il regarde de nouveau Katherine, conservant cette fois-ci son sourire, et perdant l’air quelconque qu’il avait sur le visage – dégoût, peut-être, bien que ce ne soit pas vraiment ce qu’il ressentait, mais plus probablement une certaine forme de surprise.
Il évite entièrement de croiser le regard de Jan. Il a l’impression qu’il est en train de faire absolument n’importe quoi, et en a terriblement honte ; qui plus est, Jan est l’exemple même de la personne qui sait quoi faire lors de rencontres, ou n’importe quel événement social. Il ne peut pas atteindre son niveau, et est persuadé que le blondinet l’en juge négativement… Même si ça ne pourra jamais être aussi négativement que lui-même se juge.
Il inspire puis expire fortement, mais sans bruit.
Il a l’habitude de respirer ainsi pour se préparer à bonjour des plus simples, aussi est-il confiant qu’à moins d’étudier ses faits et gestes, ce que personne ne serait assez intéressé par lui pour faire, personne ne peut le remarquer. Il continue donc de sourire poliment à la jeune femme et la regarde dans les yeux.
« Moi c’est Akiro, et je crains que tu n’aies pas beaucoup d’autres options quant à ta manière de me nommer. D’ailleurs, je crois que je vais me contenter de t’appeler Katherine, si ça ne te dérange pas. », dit-il.
Il ponctue cela d’un de ces rires doux que l’on ne pousse que par expirations nasales, presque devenu uniquement une forme de politesse de nos jours, et ajoute :
« Enchanté, en tous cas. »
Alors qu’il termine sa phrase, il se rend compte qu’Owain a fait signe au groupe de se déplacer. Il n’a pas d’objections à cela, c’est bien pour cette raison qu’il les a rejoints après tout ; les suivre. Quand le groupe se déplace, il le suit tout simplement, sans un mot.
Ce faisant, il se dit que Jan ne lui a toujours rien dit. Il ne lui a rien dit non plus, après tout, et peut-être est-il en train de rendre les choses maladroites. D’ailleurs, celui-ci ne lui avait pas l’air d’adorer l’idée d’être entouré d’Owain et sa petite amie.
Il lui lance un regard furtif, et croisant le sien, sur le coup, ne peut pas s’empêcher de détourner la tête.
Boum.
Son cœur bondit d’un coup rien que pour cela.
Akiro ne devrait pas avoir le moindre mal à parler à son vieil ami, mais il est parfois ainsi, et plus encore ces temps-ci que d’habitude ; il se sent trop gêné pour oser lui dire quoi que ce soit, et son cœur bondit quand il croise son regard. C’est ainsi depuis des années… et il ose se dire qu’il n’avait jamais remarqué ?!
Le rouquin baisse un peu la tête, et continue de suivre le pas sans rien dire. Il se décourage lui-même.

HRP:
Bon du coup y a que Kath qui répond derrière moi, mais selon ce que tu dis ou fait, j'aimerais bien que ça laisse l'occasion à Jan de parler vite fait à Akiro pendant qu'ils marchent (elle peut dire un truc avant ou après, voilà, mais j'aimerais qu'ils aient la possibilité de parler entre eux à un moment donné)
avatar
Akiro Lynn
Neutral

Fiche de personnage
Âge: 17 ans
Origine(s): Anglais/Japonais
Nombres d'effractions : 0

Akiro Lynn
Neutral

Masculin Messages : 46
Date d'inscription : 02/04/2017
Appartement : Appartement 5, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT PRINTEMPS] Cueillir des fleurs. (ft. des gens)

Message par Katherine Saphard le Jeu 27 Juil - 17:12

Event
ft. les gens

-Katherine se sent tirée doucement en arrière alors qu'Owain la prit par la taille et la décoiffe de nouveau. Elle fait une moue boudeuse, par forcément contente que son ami l'est arraché à son «show» alors que tous les regards étaient braqués sur elle. Elle hoche vaguement la tête en direction du nouveau pour montrer qu'elle est d'accord.
Elle suit Owain en marchant à côté de lui, toujours en boudant légèrement, passant sa main dans son dos et collant sa tête sur l'épaule de son copain. Ils marchent sans rien dire, Katherine perdu dans ses pensées. Elle repense à sa famille, plus particulièrement à sa mère. Sa seule vraie famille au final, on ne peut pas vraiment dire que son père a été attentionné avec son enfant. Il la battait, violemment. Elle se rappelle très bien des coups de martinet. Katherine en frissonne rien qu'en se souvenant de la douleur qu'elle éprouvait. La mort de son père alors qu'elle n'avait seulement  dix ans ne l'affecta pas spécialement. C'était la fin pour elle des punitions corporelles. Ensuite, sa mère avait pris soin d'elle, Katherine ne la remercierait jamais assez pour ça. Et maintenant, elle ne savait pas ce que sa chère mère était devenu... Elle se souvient des premiers jours dans le programme où elle restait enfermée dans sa chambre à pleurer. Elle lui manquait tellement... À penser que sa mère devait se sentir bien seule, peut-être qu'elle serait même morte à l'heure qu'il est. Elle arrive à garder un visage impassible. Même si elle a juste envie de hurler contre l'injustice de ce monde:


«Owain, est-ce que ta famille te manques...?»
Parvient-elle à articuler en relevant légèrement la tête pour le regarder dans les yeux.

Elle attend sa réponse en se mordant la lèvre, elle n'avait pas vraiment pour habitude de se confier à un de ses amis, même si rarement avec Owain elle le faisait.
Elle espérait qu'Owain puisse l'aider à évacuer le poids qu'elle sentait peser sur ses épaules. C'était exceptionnel pour elle. Elle comptait bien sur mener la discussion pour faire en sorte de pouvoir parler de sa mère. Elle observe les gens autour d'elle, ils doivent sans aucun doute prendre Owain pour son petit ami, ou son sexfriend, au choix. Sa mère aurait sans doute été heureuse si un jour elle avait ramené un petit ami ou une petite amie. Elle n'a jamais été une enfant facile. Et aujourd'hui, plus qu'avant elle s'en rend compte et culpabilise.

avatar
Katherine Saphard
Neutral

Fiche de personnage
Âge: 20 ans
Origine(s): Américane
Nombres d'effractions : Le cheval et le renard

Katherine Saphard
Neutral

Féminin Messages : 21
Date d'inscription : 25/03/2017
Appartement : Appartement 6, Résidence B

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT PRINTEMPS] Cueillir des fleurs. (ft. des gens)

Message par Jan Lyons le Ven 28 Juil - 20:25


Cueillir des fleurs.
FT. OWAIN, UNE BLONDASSE, ET LE ROUQUIN

Owain se jette sur Katherine afin de l’empêcher de faire quoi que ce soit qu’il risque de ne pas apprécier, et Akiro n’a tout simplement pas le temps de faire quoi que ce soit.
Jan est déçu. Il aimerait montrer sa désapprobation et soupirer, mais il ne peut bien sûr pas faire cela, et conserve son sourire poli et parfait habituel.  Il ne fait qu’observer leurs échanges sans mot dire, faisant un signe de tête poli à quiconque croise son regard, comme s’il était heureux d’être là.
Il jette des coups d’œil assez fréquents au rouquin. Toujours déçu qu’un spectacle à son goût et qu’il ait pu prévoir ait été annulé, il est tout de même plus intéressé par ce que peut dire celui qu’il considère comme le seul être humain décent de ce groupe que par ce que peuvent même seulement penser les autres. Quoiqu’il en soit, c’est ainsi qu’il remarque qu’Akiro évite son regard.
Jan regarde donc face à lui, se disant que s’il en était ainsi, il valait mieux lui éviter d’être mal à l’aise en le regardant. Son expression ne l’exprime nullement, mais découvrir cela ne lui plaît pas du tout. Il tente de réfléchir à toutes les raisons pour lesquelles le rouquin puisse vouloir l’éviter, mais il ne trouve pas ; il ne trouve pas de raison à ce que les choses n’aillent pas tout simplement dans son sens.
Il se sent presque vexé, et s’énerve tout seul en son esprit.
« Pourquoi tu ne me regardes pas ? Il y a un problème peut-être ? Pourquoi tu ne me le dis pas ? Tu ne veux plus tout me dire ? »
Ces pensées criardes ne veulent se taire dans son esprit, mais lui conserve un air tranquille, prétendant suivre la conversation, et le faisant à moitié.
Akiro inspire et expire largement, mais silencieusement, comme il le fait toujours lorsqu’il se prépare à parler.  Évidemment, il est bien temps de répondre à la blondasse – lui non-plus ne voudrait pas se donner une mauvaise image, bien qu’il ignore Jan depuis le début, ha ! Quel faux pas. Clairement, il aura beau essayer, il n’atteindra jamais son niveau. Prétendre aimer les gens et leur parler n’est pas un talent si facile à obtenir que le rouquin ait pu le croire.
Mais bon, si Jan a tort, puisqu’il semble se faire surprendre aujourd’hui, peut-être a-t-il mal analysé le personnage – peut-être Akiro aime-t-il vraiment ces gens et leur parler. Peut-être n’est-il pas si pur qu’il ne le pensait, et
« et et et et et et et et et et et et e »
« Ah. »

Ah. Pff.
Bien sûr que non, Jan n’est pas en colère. C’est ridicule. En plus de parler fort, ses pensées autres sont stupides.
Il cligne rapidement des yeux pour revenir à la réalité. Il se dit que ce qui devrait réellement l’énerver est la rapidité et la discrétion avec laquelle la transition se fait parfois, alors qu’il est si difficile de reprendre le dessus. Entendant la voix douce de son ami en fond, il ne peut que se rappeler que s’il y a bien quelqu’un sur cette planète qui ne puisse rien se reprocher, ce n’est pas lui-même, mais le rouquin.
« Même si j’arrive en deuxième place, quand-même. »
Owain leur fait signe à tous de bouger, et les deux autres semblent suivre sans poser d’objection. Jan suppose qu’il n’a donc rien à dire, et qu’il n’a qu’à gentiment suivre son rôle, et suivre aussi. Après tout, d’autant qu’il sache, ce n’est pas lui le Rebel ici. Il a fait le choix de suivre sagement les règles, et ce il y a très longtemps déjà.
Une fois encore, Akiro évite son regard, mais cette fois-ci, il est clair qu’il a tenté de le regarder. Le blondinet n’arrive pas à comprendre. Il sait le jeune homme timide, mais il sait aussi qu’il n’a pas la moindre raison d’être timide avec lui, surtout qu’il a réussi sans problème à parler aux deux autres personnes qui l’entourent.
Ah, ah. Après tout, il est fort silencieux depuis tout à l’heure, et ne fait qu’observer ce qu’il se passe d’un point de vue presque extérieur. Peut-être joue-t-il un rôle un peu intimidant sans vraiment s’en rendre compte. Après tout, il sait bien qu’Akiro est loin de vivre aussi facilement ses relations avec les gens, quels qu’ils soient, que lui.
Il a baissé la tête. Peut-être est-il fatigué. Jan devrait être plus encourageant que ça, après tout, l’envie n’en manque pas, avec cette seule personne qu’il apprécie ici. Les autres ont l’air de parler sans eux un peu devant, voilà l’occasion de, si ce n’est pas jouer le rôle d’un ami, au moins se montrer poli.
Marchant un peu derrière tout le monde, Jan fait quelques pas en avance pour attraper Akiro par l’épaule et marcher à côté de lui.
« Le touche pas, ça va te salir les mains. »
Le regardant dans les yeux, il lui tire la langue, avec un air neutre, chose qu’il interprétera comme il le souhaitera ; puis il sourit.
« C’est que tu nous as vu et t’es dit « Ah, voilà des bons cueilleurs ! », ou que tu ne pouvais pas te passer de moi ? », demande-t-il.
Il lève la main de son épaule et attend sa réponse. « Allez, regarde-moi dans les yeux, tu sais que tu peux. »

_________________
❝ Blocked by the voice of a demon inside ❞
           Jan Lyons
avatar
Jan Lyons
Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Fiche de personnage
Âge: 17 ans
Origine(s): Anglais/Français
Nombres d'effractions : 1

Jan Lyons
Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Masculin Messages : 269
Date d'inscription : 10/08/2016
Appartement : Appartement 1, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur http://newwell-city.actifforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT PRINTEMPS] Cueillir des fleurs. (ft. des gens)

Message par Owain S. Baxter le Sam 29 Juil - 16:14

Baxter
Owain

Jan & Kath
& Akiro

Pick up flowers
Ses yeux se tournent en direction de Katherine quand il sent sa main glisser dans son dos. Owain a de légers frissons qu’il préfère faire taire. Elle s’appuie contre lui avec surprenante affection quand il y pense. Ils marchent silencieusement, côte à côte, avec sérénité et aise. Il faisait attention à l’état des arbres et quelques fleurs que l’on pouvait voir dans le parc. Un bruit de fond de voix et discussions pouvait se faire entendre alors qu’ils passaient à côté de divers groupes.

Il a une pensée pour Akane et se demande ce qu’elle peut bien faire en ce moment. Elle devrait être ici puisque la présence de tous les habitants de Newwell-City était nécessaire à l’organisation de cette activité. Il lui enverra un message après s’il ne la trouve pas lui-même. Vu les quelques personnes qu’il a vu plus loin devant eux, Owain note que la motte de terre est encore un peu plus loin. Il ne s’était jamais rendu compte que le parc puisse accepter tant d’effectifs.

Le lieu est grand, il le concevait. Il a vu des artistes ici, des gens faire du jogging, d’autres faire de la musique, mais en quelque nombre seulement. C’était vraiment étrange de voir autant de gens ici. C’était évidemment ce qui se passait lors d'événements organisés par Liberty, mais c’est dans cet espace ouvert qu’Owain remarquait tout à fait à quel point le nombre d’habitants de Newwell-City était important. C’est frustrant, car il ne sait toujours pas pourquoi il est là, lui ou les autres. Toute cette population a été ramenée ici contre son gré. Certains ont leurs raisons pour vouloir rester, d’autres ne se pas prononcés, lui, lui – il pense que son mépris pour Liberty croit tous les jours un peu plus. Il pense inévitablement à ce qu’il a laissé derrière lui.

Owain, est-ce que ta famille te manques... ? Katherine lui dit, de mots d’une douceur presque susurrée, il la regarde, expressément surpris.

Il se masse la nuque du bras sur lequel la jeune femme ne s’était pas appuyée.  Il ne s’y attendait pas, enfin pas ici, un espace publique, ni maintenant. Katherine évite de lui montrer ses faiblesses pour des raisons qu’il comprend que trop bien, parce qu’il les gère de façon similaire. Il se serait normalement arrêté dans sa marche pour parler d’un sujet si important, mais ne veut pas alerter les deux jeunes hommes les accompagnant, ce qui attirerait l’attention sur Katherine.

Le sujet lui est particulier, personnel il comprend de son ton. Il lui semble qu’elle lui ait mentionné sa famille une fois, dans une conversation lambda. Dans son quotidien où peu de plaisirs existent encore pour elle, est une bonne actrice, elle n’a presque jamais failli à sa tâche de paraître inatteignable. Elle rêve d’être une déesse, puissante, mauvaise, mais surtout de se débarrasser de ce vide qui la prend des fois. Jusqu’à lors, les confidences qu’ils s’échangeaient, exceptionnelles, étaient au sujet de Newwell–City et les manques en « drogue de diverses et variantes natures » de Katherine. Owain lui a proposé être quelqu’un sur qui elle peut compter et à qui se confier à toute heure de la journée, mais jamais n’a promis.  Il n’a jamais promis être ce qui comblerait ce vide, parce qu’il savait bien où ça aurait le potentiel de les emmener.

- ...Ma mère me manque, il dit, le sourire légèrement abattu vis-à-vis de la situation en général. Elle est un peu ce qui me reste de ma famille avec Edea.

Il ferme les yeux alors que sa respiration se ralentit.

- Elle est seule, sans nous, et j’ai l’impression de rien pouvoir faire. J’aimerais juste la revoir, tu vois. L’entendre rouspéter même, c’est bizarre.

Il a un peu plus parlé qu’il aurait aimé, mais il n’y peut vraiment plus rien à ce point. Katherine essaie de se tourner de lui, que fait-il ? Il parle de lui – très fin, en effet. Elle a l’air nerveuse, de son côté. Elle doit se sentir extrêmement vulnérable alors qu’ils parlent, il pense.  Aussi spontanée que puissent être leur confiance et affection pour l’autre – lorsqu’il s’agissait de la peur de jugement dans cet effroi et faiblesse qu’était la vulnérabilité, leur condition d’humains imparfaits venait les frapper comme une chaîne contre le sol. Il a un rire interne pour sa personne.

- Tu voulais parler de quelqu'un de ta famille en particulier ?» Il lui demande plus directement, de son aisance habituelle.
avatar
Owain S. Baxter
Roguelight, smile as sly as it is bright.

Fiche de personnage
Âge: 19 ans
Origine(s): Américaine
Nombres d'effractions : Brebis sur Cthulhu

Owain S. Baxter
Roguelight, smile as sly as it is bright.

Masculin Messages : 66
Date d'inscription : 29/12/2016
Appartement : Appartement 1, Résidence C

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT PRINTEMPS] Cueillir des fleurs. (ft. des gens)

Message par Akiro Lynn le Sam 29 Juil - 22:14

RIP.
feat. jan, owain, et katherine
Sa main se lève légèrement, purement par réflexe, vers sa bouche, mais Akiro la retient en plein geste. Se ronger les ongles si ouvertement serait la pire manière possible et imaginable de montrer son angoisse à ses interlocuteurs.
Katherine hoche la tête en son sens, un signe approbateur qui indique qu’elle accepte son sort, et que sûrement, la direction dans laquelle cette conversation va lui importe finalement peu – du moins un peu moins qu’elle ait pu en donner l’impression quelques secondes auparavant. Akiro n’ajoute rien à cela ; il n’a pas la moindre idée de chose à dire, et se dit que quelque part, il lui vaut peut-être mieux se taire.
Puis il suit le groupe, qui marche dans une direction qui semble être la même que tous les autres. À vrai dire, c’est en fait Owain que tous suivent, et lui marche à la suite de lui et Katherine. Il ne veut pas s’approcher plus, car il aurait l’impression de trop s’imposer, et puis surtout, il reste bien quelqu’un qui marche encore plus loin derrière lui.
Il n’est pas très loin à vrai dire, Akiro peut entendre le bruit de ses pas. Conservant la tête baissée, tout en jetant de presque furtifs coups d’œil face à lui afin de ne pas perdre ses deux compagnons à l’avant du train, il prête attention au rythme de sa marche, comme s’il pouvait en tirer quoi que ce soit.
Pam. Pam. Pam. Paam, paam.
Bien que ça ait été discret,  il entend le rythme de ses pas accélérer, et a tout juste le temps de se demander si Jan ne serait pas en train d’essayer de le rattraper, quand il sent sa main sur son épaule.
Gasp. Il l’a senti venir, mais le rouquin est tout de même pris par surprise, et sursaute légèrement.
Il tremblerait presque. Diverses pensées se mélangent en son esprit, et il se demande s’il ne va pas s’enfuir, ou faire face à Jan, l’attraper par les épaules et le secouer en lui demandant pourquoi il lui fait ça, avec approximativement trente-deux a dans « ça », mais il ne bouge pas d’un millimètre – il continue bien sûr de marcher, mais il ne bouge pas la tête, ni le haut de son corps.
Il le regarde du coin de l’œil, mais n’arrive pas à lui faire face, et encore moins à le regarder dans les yeux. Il peut le voir tirer la langue, de cet air neutre qui lui est si propre, et il se dit que ça ne veut rien dire, parce que ça veut tout dire. Que Jan ne fait que se servir de son attitude pour exister, et lui tirer la langue est le laisser bien penser ce qu’il veut. Il le sait bien, après tout – il le connaît par cœur.
Il le connaît par cœur, mais il n’arrive pas à le regarder dans les yeux.
Le rouquin se demande pourquoi il est si idiot, si faible, si mauvais. Pourquoi ça le prend comme ça, alors qu’il y est toujours parvenu… Pourquoi il ne peut pas regarder un vieil ami de confiance dans les yeux, et même, pourquoi il ne peut pas regarder celui qu’il aime dans les yeux. Dans les deux cas, ça devrait être si simple, si basique, si normal, mais lui n’y parvient pas, et il sait parfaitement qu’il se fait remarquer, et ça l’angoisse plus encore, mais il ne peut rien n’y faire.
« C’est que tu nous as vu et t’es dit « Ah, voilà des bons cueilleurs ! », ou que tu ne pouvais pas te passer de moi ?  », Jan dit-il, retirant sa main de l’épaule d’Akiro.
Et ça y est, Akiro a définitivement envie de hurler, et c’est plus ou moins ce que son esprit fait. Non seulement il le touche mais en plus il dit ce genre de chose et « ergiojergiojgreiogerj ».
Par réflexe, Akiro lève la tête vers les deux devant, comme s’il pouvait les appeler à l’aide, comme s’il y avait une raison de les appeler à l’aide, mais ils semblent de toute manière trop occupés à discuter. Il reste bloqué ainsi, la bouche entre-ouverte, fixant vers l’avant, marchant machinalement, pendant environ une seconde assez longue pour lui sembler avoir duré une éternité et l’avoir tourné au ridicule.
Mais Akiro ne veut pas être ridicule face à Jan – il ne peut pas se le permettre. Comme si c’était la seule chose qui puisse le forcer à le faire, il tourne la tête vers lui, ne regardant d’abord qu’au niveau de son nez. Et honnêtement, même son nez est beau, beau, beau, et soit la nature a été trop juste avec Jan, soit Akiro a décidément atteint le stade terminal. Mais quoi qu’il en soit, ce n’est pas son nez qu’il doit regarder, à vrai dire, c’est la dernière partie de son visage logique à regarder, et il se force à lever lentement, très lentement la tête, jusqu’à enfin soutenir son regard.
Une seconde, puis deux puis t- et ah, non, c’est fini.
Non, non, ce n’est pas sa faute, s’il est devenu rouge écarlate, et qu’il a détourné le regard à toute vitesse. D’abord, hein, d’abord, Jan n’avait qu’à pas le regarder avec ce sourire, et ces yeux encourageants, qui l’invitent à le regarder, et puis ce n’est pas sa faute s’il a fait une courte étape par ses lèvres en baissant les yeux, elles n’avaient qu’à pas être là, et, et c’est entièrement sa faute.
Akiro regarde face à lui, évitant de nouveau complètement l’existence de Jan. Il peut sentir qu’il est complètement rouge, et il a envie de se donner des claques, mais il ne peut pas encore laisser tomber – il ne peut pas être aussi ridicule. Ne peut-il pas lui-même se donner une chance de se rattraper ?
Il se racle la gorge, et répond, sans le regarder :
« Ça… ça devait être… toi. »
Comme ça, il saura qu’il ne l’évite pas vraiment… «aaarg. » Akiro se retient de peu de se cacher la tête entre les mains.
« Il sait. Il sait complètement. Il le sait, maintenant. C’est pas possible qu’il ne le sache pas. Il le sait. Adieu. RIP Akiro. Arg. Aaaaarg. »
Et là, Akiro ne sait pas trop s’il rit ou s’il pleure, mais cela ressemble, heureusement pour lui, plus à un rire. Un rire qui dure un peu trop longtemps, mais un rire néanmoins – puis il se dit que c’est sa dernière chance de retrouver du courage, et que s’il a de la chance réellement, il pourra le garder. Quasiment sans réfléchir, il se retourne vers Jan, et le fixe droit dans les yeux. Pendant un court instant, il se sent presque paniquer, mais il parvient à oublier, et esquisse un sourire cette fois-ci beaucoup plus normal avant de dire :
« … Mais je ne doute pas de tes capacités de fleuriste. »
Il soutient le regard de Jan. Non, il ne le lâchera pas.
Et quelque part, après s’y être forcé, maintenant que c’est fait, il se sent plus à l’aise, et apprécie presque le moment.
« Voilà, donc si maintenant tu pouvais oublier tout ce qu’il s’est passé une seconde avant, ce serait fantastique. », pense-t-il. « RIP Akiro. »


Illustration du jour:
http://puu.sh/wWpSl.jpg
J'ai pas fait exprès mais Jan a totalement fait un Momota
EDIT : Ah c'est vrai que pas tant, vu qu'au final j'ai changé le post de Jan, mais à la base il devait lui sourire à pleine dents comme ça au lieu de lui tirer la langue kek
avatar
Akiro Lynn
Neutral

Fiche de personnage
Âge: 17 ans
Origine(s): Anglais/Japonais
Nombres d'effractions : 0

Akiro Lynn
Neutral

Masculin Messages : 46
Date d'inscription : 02/04/2017
Appartement : Appartement 5, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT PRINTEMPS] Cueillir des fleurs. (ft. des gens)

Message par Katherine Saphard le Mar 8 Aoû - 14:22

Event
ft. les gens

-Tu écoutes Owain, lui aussi avait perdu sa mère à cause de ce foutu programme. Tu ne sais pas pourquoi on t'as séparée de ta mère. Tu aimerais la revoir, la serrer dans tes bras. «Maman, maman, j'ai battu un garçon à l'école !» tu te rappelles l'expression de son doux visage après lui avoir dit ça, de la peur, mais aussi une certaine fierté dans le regard. Les gens qui dirigent ce programme sont des monstres, ils t'avaient séparée de ta génitrice. De toutes les personnes qui t'étaient chères. Ils t'ont empêchée de te droguer, de boire. Au moins, il te reste les plaisirs de la chair. Mais cela ne suffit pas. Tu vas sortir de ce programme, tu vas retrouver les programmeurs. Et ensuite... Tu les laisseras entre les mains du destin....


«Ma mère... Je voulais parler de ma mère Owain. Elle est le dernier semblant de chose sensée qui me reste dans ma vie. Elle a toujours été gentille et attentionnée avec moi. Plus que mon père en tout cas... Tu sais, mon père il... Il me battait. À coup de martinet... Il m'effrayait. Je faisais des cauchemars où il m'enfermait dans une pièce sombre et après... Je me rendais compte que c'était réelle... Quand il est mort, je n'ai rien ressentie, même pas de la joie, juste le vide. Putain, je-je sais pas. Ce n'est pas normal ça ? J'suis une saloperie d'anomalie... T'sais je buvais beaucoup avant le programme. Je prenais des stupéfiants aussi. Ça me faisait du bien. Je baisais des gens parce que ça me faisait du bien d'être en eux. J'ai faits pleins de trucs débiles dans ma vie, j'en ferais encore d'autres. La vie n'est qu'une vaste blague en fait...»

Et t'a juste envie de rire, de rire de ta vie parce que putain ta vie veut rien dire. T'as plus envie de réfléchir aux conséquences de tes actes, t'as juste envie d'être libre, de plus penser au bien et au mal. De faire tout ce que tu désires. Sans jamais s'arrêter. Tu allais t'éclater. Le programme voulait que ses habitants soient heureux ? Fort bien, t'allais être heureuse Kath. À ta façon....


Finis les prises de conscience, ta mère n'était plus là pour te surveiller. Personne n'allait te dire quoi faire, ce temps est révolue ! Mesdames et Messieurs, veuillez accueillir la nouvelle Katherine Saphard !

avatar
Katherine Saphard
Neutral

Fiche de personnage
Âge: 20 ans
Origine(s): Américane
Nombres d'effractions : Le cheval et le renard

Katherine Saphard
Neutral

Féminin Messages : 21
Date d'inscription : 25/03/2017
Appartement : Appartement 6, Résidence B

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT PRINTEMPS] Cueillir des fleurs. (ft. des gens)

Message par Jan Lyons le Mar 8 Aoû - 23:39


Cueillir des fleurs.
FT. OWAIN, UNE BLONDASSE, ET LE ROUQUIN

Le rouquin prend du temps à lui répondre. Jan fait de son mieux pour cacher son mécontentement, et son incompréhension.
Il se pose trop de questions – il se demande pourquoi Akiro, de toutes les personnes, évite son regard – et il y trouve trop de réponses trop différentes les unes des autres. Chaque partie de son esprit se bat pour avoir raison, et ça ne fait que quelques secondes, qu’il en a déjà marre.
Alors qu’Akiro regarde droit devant lui, l’ignorant, lui continue de le regarder, tentant de comprendre au travers de son attitude ce qu’il se passe. Au fond, il n’est pas – ou plus – vexé d’être ignoré ; il est légitimement confus. Il a besoin de comprendre, il a l’habitude de tout comprendre – et même s’il apprécie un minimum de challenge, ne pas comprendre la seule personne dont il ait pu se dire proche un jour, est pour lui comme une insulte à son existence toute entière.
Le rouquin semble faire un effort énorme en se retournant vers lui pour le regarder. Il lève lentement la tête, et Jan cherche son regard, jusqu’à le croiser ; il le regarde fixement dans les yeux, et essaie d’y lire les réponses à ses questions, mais il a beau essayer, il n’arrive pas à définir ce qu’ils veulent dire.
Soudainement, Akiro rebaisse la tête, et devient rouge comme une tomate. Le blondinet, surpris, se retient de peu de s’arrêter de marcher, hébété. Il se passe la main dans les cheveux et gratte le cuir chevelu ; il n’a pas été aussi confus depuis un moment. Il n’a toujours pas reçu de réponse, et ne s’explique pas pourquoi Akiro est rouge comme ça – il commence à se demander s’il n’a pas fait quelque chose de mal, ou quelque chose de bizarre, mais il a beau réfléchir, il ne trouve rien de ce type non plus.
De nouveau, son ami regarde droit devant lui, et fait comme s’il n’existait pas. Cette attitude est si étrange que Jan ne pourrait pas l’étiqueter comme maladroite – elle n’a juste pas le moindre sens dans ce contexte, et venant de quelqu’un comme Akiro.
Enfin, celui-ci se racle la gorge, et fait mine de vouloir parler. Jan se redresse, d’un geste qui crie presque « Ah, enfin ! », mais conserve son air neutre, et d’attendre patiemment – c’est le peu qu’il laisse passer de ses émotions. Le rouquin ne le regarde toujours pas, mais dit :
« Ça… ça devait être… toi. »
Jan ne prend pas la peine de prétendre réagir, jugeant que si personne ne le regarde de toute façon, ça ne sert à rien. Il prend un moment pour comprendre ce qu’il vient d’entendre – un petit moment pour réaliser que c’est enfin une réponse à la question qu’il a posée il y a déjà trop longtemps, et un petit moment pour additionner a et b et calculer la signification de la réponse par rapport à sa question.
Et soudain, il se sent rougir un petit peu.
« Non, c’est ridicule. »
Il se dit que depuis le début, il ne fait qu’éviter de se rendre à l’évidence, et voir ce que signifient clairement les signes que montre Akiro ; mais il se dit aussi que c’est l’idée la plus ridicule qu’il ait eu depuis un bon moment.
Il sent son cœur battre à toute vitesse dans sa poitrine. Il se répète que ce n’est pas possible, et puis… Et puis, qu’est-ce que ça peut lui faire ? Pourquoi réagir si fort ? Que ce soit vrai ou non, il n’en a rien à faire – et ce n’est pas vrai de toute façon, ils sont amis, non ? C’est ça qui rend Akiro important et c’est ça qui devrait rendre Jan important – et puis rien ne le prouve, il est peut-être juste fatigué, Akiro a toujours été maladroit socialement – et  ce n’est qu’une idée qu’il a eue, il en a eu d’autres et n’a eu aucun souci à les rejeter – et ce n’est pas une raison pour réagir comme ça – et
Akiro rit, d’un de ces rires gênés, qui durent un peu trop longtemps. Le visage de Jan exprime trop d’émotions, et il est trop confus pour les contenir ; il se bat contre son esprit, celui qui se dit logique, pour s’assurer que c’est une idée ridicule qu’il vient d’avoir. Sûrement rit il parce qu’il réalise qu’il a dit quelque chose de bizarre, hein ? On ne peut pas se baser que sur une phrase qui sonnait étrangement, surtout venant de quelqu’un qui a tant de soucis à s’exprimer et gérer son angoisse sociale. Le reste ? Quel reste ? C’est toujours un mystère, c’est tout. Hein ?
Le rouquin regarde enfin Jan dans les yeux. Il a choisi le pire moment.
Mais Jan parvient à retrouver son air impassible à vitesse éclair. Peut-être son cœur bat il encore un peu trop vite, sans aucune raison, et peut-être ses joues sont-elles légèrement rouges encore si l’on y prête attention, mais ses yeux ne crient plus à l’aide, c’est ridicule, non voyons, et tais-toi - et ils n’ont plus cet air légèrement outré dans le fond.
C’est cette fois-ci lui qui a du mal à soutenir le regard de son interlocuteur, mais il s’y force beaucoup plus facilement, et ne le montre nullement. Il le regarde donc dans les yeux, et questionnant ce sourire maintenant plus calme qu’il voit du coin de l’œil, écoute ce qu’il a à dire.
« … Mais je ne doute pas de tes capacités de fleuriste. », Akiro ajoute-t-il.
Par réflexe, le blondinet lui sourit en échange. Il soutient son regard un instant, mais maintenant, c’est lui qui regarde droit devant.
Il n’est plus gêné. Jan ne se laisse pas avoir par quelconque situation « étrange » ou « maladroite ». Il décide d’ignorer l’idée qu’il a eue, et de la ranger dans la catégorie Stupide ; eh, il a déjà vu de ces gens qui étaient amoureux de lui, mais Akiro ? Aucune chance. Encore heureux.
Il pousse un soupir, mais sourit au passage. « Ah, lala. »
En marchant à son côté, il lui jette un regard en coin. C’est fini, va.
« Damn right, commence-t-il. Je te comprends. Dieu sait que je suis de très bonne compagnie ET que je suis un homme de nombreux talents !»
Il lui tire encore la langue, mais cette fois en souriant. « Dis, faire deux fois le même geste idiot, ça en fait le soulagement de stress de la journée, tu ne trouves pas ? »
Il hoche la tête et détourne le regard, dans un signe qui signifie que la conversation est finie. S’il est bizarre comme ça, il n’a pas envie de discuter plus avec Akiro – il ne veut pas se fatiguer à trop réfléchir, et avoir de nouveau des idées aussi idiotes.
« Et puis je m’en fiche. »
C’est peut-être juste un jour où leurs caractères s’entrechoquent.

Pour ne pas juste rien faire et que le rouquin comprenne qu’il a juste décidé qu’il ne voulait plus lui parler – qu’il pense qu’il lui a été désagréable d’une manière ou d’une autre
« Qu’il le comprenne, plutôt. »
- Jan jette un regard alentour, prétendant chercher quelque chose de particulier.
Il se surprend lui-même quand il trouve, en effet, quelque chose d’intéressant. Il s’arrête, et penche la tête en regardant ce qui semble être une motte de terre d’une couleur claire qui ressort par rapport au reste, prétendant l’inspecter. Assez fort pour que ceux qui marchent devant l’entendent, pas assez pour briser les tympans du sensible bout de chou qui est à côté de lui, il dit :
« Je déteste vous interrompre, les jeunes, mais j’ai trouvé un truc qui ressemble pas mal à ce qu’on cherche. »
Sans détourner le regard, il pointe du doigt ce dont il parle. Il attend qu’ils y trouvent intérêt.
Au moins, ça lui change les idées, et ça ne rend pas leur petite promenade inutile.

_________________
❝ Blocked by the voice of a demon inside ❞
           Jan Lyons
avatar
Jan Lyons
Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Fiche de personnage
Âge: 17 ans
Origine(s): Anglais/Français
Nombres d'effractions : 1

Jan Lyons
Award de celui qui prend le plus la pose sur son avatar

Masculin Messages : 269
Date d'inscription : 10/08/2016
Appartement : Appartement 1, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur http://newwell-city.actifforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT PRINTEMPS] Cueillir des fleurs. (ft. des gens)

Message par Owain S. Baxter le Jeu 10 Aoû - 13:47

Baxter
Owain

Jan & Kath
& Akiro

Pick up flowers
Il n'est pas tout à fait prêt pour ce qui va suivre.

Ma mère... Je voulais parler de ma mère, Owain. Elle est le dernier semblant de chose sensée qui me reste dans ma vie. Elle a toujours été gentille et attentionnée avec moi.

Elle t'aime, c'est une des rares personnes pour lesquelles tu sais que tu comptes - des rares. Tu lui en es reconnaissante car c'est le plus beau cadeau qu'elle puisse te faire - avec son soutien, malgré la faitigue, la difficulté.

- Plus que mon père en tout cas...

Elle baisse des yeux, un instant, Owain ne la quitte pas des siens, attentif.

- Tu sais, mon père il... Il me battait. À coup de martinet... Il m'effrayait. Je faisais des cauchemars où il m'enfermait dans une pièce sombre et après... Je me rendais compte que c'était réel... Quand il est mort, je n'ai rien ressenti, même pas de la joie, juste le vide.

C'est compliqué, c'est extrêmement compliqué, il ne sait pas tout à fait ce qu'il veut dire, il ne veut pas l'interrompre, et Owain ne veut dire de bêtise par précipitation. Il s'y connaît en figure paternelle qui n'a su assumer son rôle de père jusqu'au bout, plutôt pris par son égo et sa malveillance que de remplir la promesse qu'il avait fait en le concevant, en l'aimant même.

Il a eu son lot de punitions physiques - parce que c'était le garçon et l'aîné, et que les premières bêtises étaient les siennes. Il a eu la ceinture de la part du père - mais c'était sa propre faute. Le jeune homme est encore heureux qu'Edea n'aie jamais à subir le fait d'être enfermée dans une armoire ou qu'on lui lève la main dessus. C'est parce que les mentalités changent.

N'y a-t-il surement pas une part d'elle même qui s'est dite être bien débarrassée de cet homme qui lui pourrissait la vie ? Ce devait être sans raison sauf la frustration de cette excuse de paternel que Katherine devait subir ces violences...    

- Putain, je-je sais pas. Ce n'est pas normal ça ? J'suis une saloperie d'anomalie...

...Mais il reste son père. Owain perçoit impatience et chagrin, colère et déception non pas dirigés vers lui, ni même le père de la jeune femme, non, mais envers elle-même. Il la regarde, et son cœur se serre.

- T'sais je buvais beaucoup avant le programme. Je prenais des stupéfiants aussi. Ça me faisait du bien. Je baisais des gens parce que ça me faisait du bien d'être en eux. J'ai faits pleins de trucs débiles dans ma vie, j'en ferais encore d'autres. La vie n'est qu'une vaste blague en fait...

- Une peu drôle, il murmure, sans rien de plus pertinent à ajouter.

Quelle réponse pourrait-il apporter après tout ? Il ne conçoit pas tout à fait ce qu'elle a vécu - bien heureux, encore, et il s'en veut de penser ainsi. Qu'est ce qu'il peut faire alors ? Il n'est que ce mec avec qui elle est coincée à débiter tout ce qui ne va pas dans sa vie.

Il y a quelque chose qu'il peut faire pour elle, et qu'il peut faire pour lui. C'est en ce jour qu'Owain fait la première promesse à Katherine - qu'il n'est pas sûr de se tenir à lui même.

- On sortira d'ici, il compte bien en faire une réalité alors qu'il lui sourit comme si de rien n'était.

Il ne la touche pas cette fois, pour être sûr que ce soit ces mots qui le fassent pour lui.

- Je déteste vous interrompre, les jeunes, mais j’ai trouvé un truc qui ressemble pas mal à ce qu’on cherche.

Owain manque de sursauter quand Jan s'adresse à eux, il tourne en sa direction, puis devant, là ou le blond platine pointait. Et en effet, il voit une motte de terre à quelques mètres devant. Owain ne réalise que là que c'est vraiment le printemps.

La motte de terre est assez grande pour que plusieurs groupes puissent s'y approcher. Le nombre de couleurs de tulipes qu'il voit est phénoménal. Le temps est un peu plus ensoleillé depuis le discours de Liberty. Pendant des instants, il trouve ça beau.

Owain a une idée, et comme ses idées sont aussi brillantes que belle est la vue, il la prend un grand sourire sur sa tronche qu'Akane qualifierait de gland. Le blond approche le roux du groupe, se préparant pour quelque chose par l'étirement de ses manches. Il s'accroupit rapidement en face de lui et le porte sur son épaule de sa force seule avant de se redresser.

- Prépare-toi Akiro ! J'vais ramasser un nombre ouf de fleurs avec toi sur mon dos tu verras.»

Bien sûr il dit ça alors qu'il le porte déjà, et qu'Akiro n'a pas donné son accord, il n'y a rien à faire, cependant, Owain s'élance déjà. Rien ne l'arrête quand il compte gagner.

avatar
Owain S. Baxter
Roguelight, smile as sly as it is bright.

Fiche de personnage
Âge: 19 ans
Origine(s): Américaine
Nombres d'effractions : Brebis sur Cthulhu

Owain S. Baxter
Roguelight, smile as sly as it is bright.

Masculin Messages : 66
Date d'inscription : 29/12/2016
Appartement : Appartement 1, Résidence C

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [EVENT PRINTEMPS] Cueillir des fleurs. (ft. des gens)

Message par Akiro Lynn le Jeu 17 Aoû - 21:56

Analysant le regard de son vieil ami, il se dit qu'aussi impassible qu'il se montre, lui n'y croit pas une seule seconde. Il prête très attention, trop attention aux sentiments qui se cachent derrière, à tel point qu'il inspecte chaque millimètre de son visage comme s'il souhaitait l'apprendre par cœur - mais il le connaît déjà par cœur. C'est parce qu'il le connaît par cœur, justement, qu'il se sent découragé, soudain. Il voit bien qu'il est gêné. Il voit bien qu'il a accompli l'exploit de gêner Jan.
« Aaaah. »
Il aimerait tout laisser tomber, laisser tomber sa tête en arrière, laisser tomber lourdement un soupir de plusieurs kilogrammes sur le sol en-dessous de lui. Mais il garde la tête levée, parce qu'il sait parfaitement qu'il fait face à quelqu'un pour qui savoir faire face importe plus que n'importe quoi au monde.
Et Jan fait face. Il cache ses sentiments et sourit poliment, gentiment peut-être. Voir cela écope un sourire du visage d'Akiro aussi; on ne réalise pas souvent ce que ça peut être beau, le sourire de quelqu'un. Il pourrait se laisser rêvasser, rêver de jours qui feraient sourire le blondinet et qui le laisseraient regarder, mais son combat à lui est bien plus que se donner une image; il s'agit plutôt de se forcer à rester dans le monde réel, et ne pas se laisser aller au monde des rêves, un monde tellement plus facile parfois - et beau, se dirait-il, mais c'est Jan qu'il a face à lui dans la vraie vie.
« Ah, lala. »
Le jeune homme soupire, et souriant, dit ça. Akiro soutient son regard, à présent plus naturellement.
« Damn right », dit-il. Le rouquin soupire légèrement d'aise. Il reconnaît ce ton malin; il reconnaît cette petite attitude que son blond préféré adopte parfois et qui a tant de charme.
« Je te comprends. Dieu sait que je suis de très bonne compagnie ET que je suis un homme de nombreux talents ! », termine-t-il.
Le rouquin hoche la tête, souriant. Que dire ? Il apprécie la plaisanterie. Il apprécie que Jan réagisse correctement... qu'il cache la gêne qu'il a provoqué. Il comprend ce que signifie son signe de tête, et suit tout simplement le mouvement.
Il regarde droit devant lui, et marche tranquillement, d'une tranquillité forcée, pour cacher toute son angoisse, sa gêne, ses sentiments, tout ce qu'il faut cacher pour faire face à Jan, mais aussi pour faire face au monde.
Quand soudain, du coin de l’œil, il aperçoit le blondinet s'arrêter, il sursaute, un peu trop peut-être, surpris. Immédiatement, il s'arrête lui aussi ; il a quasiment suivi ses gestes au détail près, mais il est à quelques pas de lui.
« Je déteste vous interrompre, les jeunes, mais j’ai trouvé un truc qui ressemble pas mal à ce qu’on cherche. » ,dit-il assez fort, semblant s'adresser aux deux personnes le précédant de quelques mètres.
Akiro bouge ostensiblement la tête vers Jan, puis vers les deux, puis vers Jan, très rapidement, trop rapidement peut-être, pris au dépourvu, cherchant à comprendre où se situe l'action et de quoi il s'agit -  il met quelques secondes à assimiler ce qu'il vient d'entendre mais retisse tous les liens quand Jan tend le doigt et qu'il longe son bras du regard, jusqu'audit doigt, puis dans la direction vers laquelle il pointe.
Appercevant la motte de terre étrange un instant, il cligne plusieurs fois des yeux, et décide de les fermer. Il inspire, puis expire ; le monde de rêve, où seules les choses qui lui plaisent arrivent, et seules les personnes de son choix figurent, ne vaut pas la réalité. Il se doit d'accepter de jouer un rôle dans la vie, et au lieu de se concentrer sur ce qui le fait sourire en secret, se concentrer sur ce qu'il y a face à lui, et ne pas oublier ce qu'il est censé faire.
Il rouvre les yeux et décide de ne pas regarder son vieil ami de nouveau. Le monde de rêve ne se concentrerait que sur lui, mais c'est la réalité, et des choses arrivent en dehors de leur histoire à eux - histoire de rêve ou histoire réelle, les deux étant en quelques points identiques et différentes. Il se concentre plus, il se concentre trop, sur cette terre un peu plus claire que le reste, oubliant presque toute fleur, comme si son but ici n'était que de trouver cette sorte d'anomalie qui n'en semble pas être une.
Il va se retourner vers ses deux camarades qu'il pense entendre s'approcher, quand soudain, Owain apparaît, et l'attrape de force. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, il se retrouve sur ses épaules, complètement hagard.
« Mais..! »
Il ne sait pas pourquoi de toute les réactions, la contradiction a été son premier réflexe, mais quoiqu'il en soit, il ne termine pas sa pensée et est laissé sans voix. Il panique un peu, et se retient de tomber en tenant fermement les épaules du blond ; il les serre sûrement un peu trop fort, mais il n'arrive pas à s'en retenir.
« Prépare-toi Akiro ! J'vais ramasser un nombre ouf de fleurs avec toi sur mon dos tu verras. », l'entend-t-il dire.
Lui secoue la tête sans y réfléchir ; « M... » commence-t-il, mais il se retient au dernier moment de répéter exactement la même chose inutile.
Il n'a même pas le temps de bouger, il n'a même pas le temps de réfléchir, qu'Owain prend déjà de l'élan, et part en courant. Akiro se redresse tel une pique, et ne presse que plus les épaules de son agresseur, mais il ne peut rien faire.
Il prend son souffle et, confus, sa décision de se calmer encore trop jeune, il commence à paniquer. Il ne peut même pas réfléchir à une raison. Il ne s'agit pas d'Owain, ou de tomber, ou peut-être un peu, il ne sait pas, mais il s'agit surtout de... Comment dire ? Tant de mouvement, rapides, et l'imprévu, et Dieu seul sait, mais il panique, c'est tout ce qu'il y a.
Et il ne sait pas ce qu'il fait, pas plus qu'il ne sait ce qu'il lui arrive, mais d'une de ces voix presque cassées mais juste assez aiguës pour lui donner l'air d'un animal mignon sans défense, il s'écrie :
« Jaaaaaaannn ! »
Il ne sait plus ce qu'il fait. C'est la fin. C'est fini. C'était déjà fini. Tout prend fin à présent.
Il est crispé sur les épaules d'Owain et a l'impression de perdre tout contrôle.
avatar
Akiro Lynn
Neutral

Fiche de personnage
Âge: 17 ans
Origine(s): Anglais/Japonais
Nombres d'effractions : 0

Akiro Lynn
Neutral

Masculin Messages : 46
Date d'inscription : 02/04/2017
Appartement : Appartement 5, Résidence A

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum